Conférence de presse de Yaïr Lapid et Moshé Yaalon

99

Yaïr Lapid et Moshé Yaalon on donné une conférence de presse l’un après l’autre après leur départ de Bleu-Blanc qui a entraîné la désintégration de ce bloc.

Photo  Flash 90 

A les voir et à les entendre il était impossible de ne pas souvenir de certaines images d’un passé pas très lointain avec quatre membres d’un « cockpit » qui dansaient sur une tribune,  se congratulaient mutuellement, assuraient que « l’aventure Bleu-Blanc était là pour rester » et qu’ils remplaceraient bientôt Binyamin Netanyahou ».

Les discours des deux députes ont été très virulents, traduisant la frustration énorme de ces deux hommes face à l’échec de leur rêve de voir Binyamin Netanyahou quitter le pouvoir.

« Benny Gantz a capitulé sans combattre et a rampé vers le gouvernement Netanyahou », « Benny Gantz a choisi de rejoindre un gouvernement dirigé par un homme inculpé pour corruption », il a « trahi ses électeurs et volé leur voix » sont quelques unes parmi les accusations entendues de la bouche de ces deux députés qui ont oublié tous deux leurs propres trahisons récentes en s’alliant avec la Liste arabe en dépit des promesses répétées à ces mêmes électeurs.

Pour rajouter encore davantage de ton dramatique à leur propos, tous deux ont repris l’accusation alarmiste et fantaisiste de la « démocratie en danger ». Visiblement en colère contenue, Moshé Yaalon empruntant un langage de gauche a fait la liste des « défauts » du gouvernement Netanyahou duquel il a pourtant fait partie durant plusieurs années: « Danger pour la démocratie, menace pour l’Etat de droit, raciste, diviseur, incitateur » etc.

Sur le plan politique, il semble que Yesh Atid et Telem (dont Yaalon est désormais le seul représentant) ont décidé de rester ensemble en gardant l’appellation Bleu-Blanc. La

Photo Gili Yaari / Flash 90

SourceLPHINFO.COM

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici