Daniel Sarfati. Virginie Efira, la georgette, mon dentiste et moi

72

Mon dentiste n’est pas abonné aux “Cahiers du cinéma”, ni même à “Télérama”». Ça n’est pas un intello, mais il est très habile et très doux, ce qui m’incite à continuer de le fréquenter.

De toute façon, la bouche ouverte avec un filet de bave dégoulinant sous le menton, je n’aurais jamais le dernier mot avec lui sur la validité de la Palme d’Or pour “Titane”.

Justement, ce matin, c’est du Festival de Cannes qu’il me cause. “T’as vu Virginie Efira en maîtresse de cérémonie hier à la télé ?”

Je grommelle un “Mmmh…”

Il abandonne la roulette entre 2 de mes pré-molaires, et va chercher son portable. Il me lit l’article de “Madame Figaro” :”L’actrice d’origine belge portait une robe St Laurent, signée Anthony Vaccarello, en georgette de soie entièrement brodée de paillettes et de perles argentées. Une robe largement fendue jusqu’en haut des cuisses. Une paire de sandales à talons en cuir métallisé et une pièce de joaillerie, un collier Cartier orné d’un saphir central… “

Je le sens pensif. “Tu sais ce que c’est, toi, de la georgette ?”

Je bats des bras, en apnée, pour lui signifier que je crains que la roulette n’entame ma gencive.

En bon professionnel, il arrête tout et me tend un gobelet d’eau. “Tiens, tu peux cracher… “

Ayant retrouvé toute ma dignité, je lui répond : “Chais pas c’que c’est de la georgette… Ça lui va bien en tout cas… Elle est très belle Virginie Efira, mais tu sais, question actrice, elle fait débat… “

Je sens dans le regard de mon dentiste comme une pointe d’admiration devant mon savoir cinéphilique.

Daniel Sarfati

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici