Dr Sylvain Hawanini. Comment la technologie peut aider à lutter contre le commerce illégal d’espèces sauvages

76

Il y a quelques années, en tant que vétérinaire fraîchement diplômé, je me suis lancé dans ma destination de rêve pour toujours : la brousse africaine. J’ai eu l’incroyable opportunité de rejoindre l’ ONG locale GRI ou Game Rangers International et de monter un projet de vétérinaire animalier pour soutenir les Services Vétérinaires du Département des Parcs Nationaux et de la Faune Sauvage (DNPW). 

Pour chaque jeune vétérinaire fraîchement diplômé, votre premier emploi est le moment où les choses deviennent enfin réelles. Vous pouvez appliquer et utiliser toutes les connaissances que vous avez acquises pendant 7 ans. C’est souvent loin de ce que l’on imagine au départ, et chaque poste aura son ajustement spécifique à faire. Mais d’après mon expérience, travailler dans la conservation de la faune vous met face à une dure réalité.

Sylvain en Afrique

Face à la dure réalité

Mon projet vétérinaire faisait partie d’une ONG axée sur le parc national de Kafue en Zambie. L’un des plus grands parcs d’Afrique (de la taille du Pays de Galles ou du Massachusetts), il abrite une faune et une population d’oiseaux étonnantes. Game Rangers International (GRI) aiderait le DNPW dans différents projets : sensibilisation de la communauté, bien-être animal, recherche, lutte contre le braconnage et services de renseignement. Mon séjour là-bas m’a permis de comprendre et d’apprendre comment se livre cette bataille sans fin.

Souvenirs sylviens d'Afrique
“Mon séjour là-bas m’a permis de comprendre et d’apprendre comment se déroule cette bataille sans fin.”

Technologie et conservation de la faune

La technologie peut être utilisée pour lutter contre le braconnage à tous les niveaux, du champ au consommateur. Grâce à l’analyse ADN, nous pouvons facilement retracer les origines d’une partie d’animal braconné, puis transférer des ressources vers ces régions pour soutenir davantage de patrouilles anti-braconnage. Par exemple, il peut soutenir l’application de la loi en poursuivant les braconniers ou les trafiquants en justice et en identifiant une espèce en voie de disparition dans la taille de la viande de brousse. Être capable de les attraper même après que les marchandises ne leur soient plus accessibles pourrait être un puissant moyen de dissuasion.

Sylvain en Afrique avec un portable Lenovo

Les unités anti-braconnage s’appuient également sur différents outils pour enquêter sur les parcs ou surveiller les populations animales. L’un d’eux est les pièges photographiques, renforcés par des capteurs de mouvement à micro-ondes et de chaleur infrarouge sensibles à la lumière. Grâce à l’intelligence et à la connectivité, les pièges photographiques peuvent révéler les points chauds et les itinéraires des braconniers dans les zones protégées. De plus, des technologies et des outils d’intelligence artificielle ont été développés pour aider à analyser les données recueillies avec ces outils afin de soutenir le travail des gardes forestiers et des chercheurs. Par exemple, l’Inde a créé une base de données d’images de tigres qui a été utilisée pour identifier les peaux provenant du commerce illégal d’espèces sauvages.

Les Rangers s’appuient également sur d’autres outils de surveillance comme les drones. Moins chers et plus faciles à utiliser, ils remplissent désormais un rôle essentiel pour les ONG de conservation et les gouvernements pour arrêter les braconniers. Ils permettent aux équipes de patrouille d’atteindre les régions éloignées.

Combinées à des clôtures de haute technologie autour de certaines réserves, au Kenya, ces technologies visent à arrêter jusqu’à 90 % du braconnage dans ces réserves.

Sylvain et une girafe

Les colliers GPS sont également un excellent moyen de collecter des données et de surveiller les individus. La localisation presque en temps réel tracera également toute activité anormale (augmentation de la vitesse ou arrêt) et les partagera avec l’équipe locale. Certains projets utilisent également des micropuces GPS pour les parties souhaitables telles que les cornes de rhinocéros ou les défenses d’éléphants. Il serait alors plus facile et plus rapide de réagir à tout changement de lieu ou de déplacement de l’animal. Un logiciel d’intelligence artificielle peut également détecter automatiquement la présence d’un braconnier via la réponse d’individus surveillés. Cependant, les braconniers et les trafiquants seront toujours un peu plus loin et la cybersécurité est désormais essentielle pour protéger les données des étiquettes de conservation attachées aux animaux protégés.

Tous ces outils soutiennent le travail quotidien des rangers et des services de renseignement. Cependant, la technologie peut également être utilisée pour soutenir des efforts parallèles de conservation.

Un front uni contre le braconnage

Pendant mon séjour en Zambie, l’une des plus grandes leçons que j’ai apprises était à quel point l’autonomisation de la communauté était essentielle pour atteindre nos objectifs. Grâce à des programmes de sensibilisation communautaire, toutes les personnes impliquées dans des conflits humains-animaux pourraient bénéficier de la technologie, comme l’utilisation de tablettes et/ou d’ordinateurs portables Lenovo pour partager des informations.

Pour moi, l’une des choses les plus efficaces que l’on puisse faire est d’utiliser les médias sociaux. Lorsque vous voyagez et photographiez des espèces menacées, il est très important de ne jamais partager l’emplacement de vos photos, car les braconniers sont connus pour traquer également les rhinocéros ou les éléphants via des plateformes sociales spécifiques.

Éléphant

© Dr Sylvain Hawawini, vétérinaire et innovateur Lenovo 

Si vous êtes intéressé par nos projets et mon  parcours #LenovoInnovators , suivez-nous sur Instagram  @dr_shawa_vet .

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici