En Colombie, on distribue des contraceptifs aux encombrants hippopotames de Pablo Escobar

LES + VUS CHEZ LES PRO

Le problème n’est pas neuf, mais il embarrasse de plus en plus ceux qui habitent près de l’ancienne propriété de Pablo Escobar. Le narcotrafiquant colombien avait fait venir quatre hippopotames dans le zoo privé de son hacienda Napoles située à environ 180 km à l’est de Medellin.

A sa mort en 1993, les animaux ont été laissés à eux-mêmes. Ils se sont depuis reproduits pour former aujourd’hui un troupeau de quelque 80 individus. Pour mettre fin à cette prolifération, une campagne de stérilisation a été récemment mise en place.

Le traitement n’est pas chirurgical, mais prend la forme d’un contraceptif administré avec des fusils à fléchettes. Son nom : le Gonaco, un « contraceptif efficace à la fois sur les mâles et les femelles » selon Cornare, une organisation régionale de protection de l’environnement.

« La stérilisation est une procédure complexe et coûteuse que notre organisation a déjà utilisée. Avec ce médicament, nous allons réduire ce coût parce que nous n’avons pas besoin d’anesthésie ou de capturer les animaux. Nous leur injectons simplement le médicament« , explique Gina Serna, une vétérinaire participant à l’opération.


►►► À lire aussi : « La vie secrète de Pablo Escobar », les mémoires de sa veuve, près de 30 ans après sa mort


Au total, 24 hippopotames descendants de ceux importés par Pablo Escobar ont reçu le contraceptif. C’est la première fois que ce produit est utilisé sur des hippopotames. « Nous avons fait des études sur ce médicament au cours des 7 à 10 dernières années et il est très efficace chez les chevaux, rapporte Jason Bruemmer, chef de projet au département de l’Agriculture des Etats-Unis. Il est aussi utilisé pour les cerfs de Virginie, mais dans une moindre mesure parce que la chasse régule déjà leur population.« 

Interrogé par l’Agence France-Presse, David Echeverri, un biologiste membre de Cornare, souligne quant à lui que « la présence de ces animaux dans un écosystème qui n’est pas le leur entraîne des conséquences, comme le déplacement de notre faune locale« , la « modification des écosystèmes » et les « attaques » contre les pêcheurs, tout cela en raison d’une « croissance démographique hors de contrôle« .

Sur place, on estime que, sans intervention humaine, les descendants des quatre hippopotames pourraient former une colonie de 1500 animaux d’ici 2040.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité.

OK

SourceRTBF.BE

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook