ENTRETIEN VIDÉO – « Ma maison n'est pas une zone de tir militaire » : sur le terrain à Masafer Yatta

5

L’émission intitulée « My Home is Not a Military Firing Zone : Sur le terrain à Masafer Yatta », l’animateur Mark Seddon, qui a écrit les discours de l’ancien secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, s’entretient avec les journalistes Basil Al-Adraa et Yuval Abraham.

Adraa est un journaliste palestinien, activiste et résident local de Masafer Yatta et Abraham est un journaliste et activiste juif-israélien, écrivant pour +972 Magazine.

Seddon commence par diffuser deux vidéos tournées par Adraa récemment à Masafer Yatta. La première, prise le 22 juin, montre des soldats israéliens poussant et traînant agressivement des Palestiniens tout en leur demandant de quitter la zone. Adraa commente :

« Cela s’est passé la semaine dernière, mercredi dernier, lorsque l’armée est venue faire un exercice militaire dans la zone de Masafer Yatta. C’est le premier exercice militaire après la décision de justice du 4 mai, qui a donné le feu vert à l’armée israélienne pour évacuer les gens et faire leurs exercices militaires au sein de nos communautés. »

Le 4 mai, la Cour suprême d’Israël a rejeté une pétition contre l’expulsion de plus de 1 000 habitants palestiniens de la zone, déclarant que les résidents palestiniens n’étaient pas des résidents permanents de la zone lorsque l’armée israélienne l’a déclarée zone de tir dans les années 1980.

Début des exercices militaires à Masafer Yatta

« L’armée a annoncé que [les exercices] allaient se dérouler pendant un mois », explique Adraa.



« Pendant cet exercice militaire, ils bombardent, et aujourd’hui ils ont tiré. Ils viennent avec des tanks dans les champs, dans les villages et à côté des maisons… Personne n’est autorisé parmi les Palestiniens à se déplacer dans le village… aujourd’hui par exemple, un étudiant a [raté] son examen du secondaire. On l’a empêché [de se rendre] à son école. « 

Les habitants de Masafer Yatta et les groupes israéliens de défense des droits affirment que la plupart des familles palestiniennes vivaient en permanence dans cette zone de 3 000 hectares bien avant qu’Israël ne s’empare de la Cisjordanie lors de la guerre de 1967. Leur expulsion constituerait une violation du droit international.

La décision, qui tisse une interprétation juridique sans fondement avec des faits décontextualisés, montre clairement qu’il n’existe aucun crime que les juges de la Haute Cour ne trouveront pas le moyen de légitimer », déclare B’Tselem.

Décrivant les circonstances entourant le deuxième clip qui montre des soldats israéliens faisant irruption dans la maison d’Adraa le 23 mai, Adraa dit :



« Depuis février jusqu’à aujourd’hui, au moins sept fois, les soldats ont fait irruption dans la maison de ma famille. Deux fois, lors de ces raids, mon père a été arrêté. J’ai été battu et attaqué brutalement alors que je filmais. »

Adraa affirme que des militants israéliens ont également été battus et se sont vu confisquer leurs caméras dans ce qu’il décrit comme une « punition collective » pour leur militantisme. Depuis décembre, il affirme que les soldats israéliens ont confisqué cinq de ses caméras et un ordinateur portable lors de descentes au domicile de sa famille.

Adraa décrit comment les Palestiniens de son quartier souffrent depuis les années 1980 lorsqu’ils ont « ressenti la présence de l’occupation israélienne dans la région » par la construction de colonies illégales et la construction d’infrastructures d’eau, d’électricité et de routes uniquement pour les colons.

Dès 1999, Adraa se souvient que les Palestiniens ont été déplacés de force de la zone :

« L’armée a fait venir des camions, ramassant tout le monde… les rayant de la carte… pendant six mois, les gens ont essayé de retourner travailler leurs terres… beaucoup d’entre eux se sont fait attraper et arrêter par les soldats et ils ont été envoyés en prison. »

Abraham considère le contexte plus large, éclairant les politiques d’apartheid d’Israël qui fragmentent les communautés palestiniennes en Cisjordanie occupée, laissant les résidents de Mustafa Yatta particulièrement vulnérables et exposés :

« La zone C est sous le contrôle militaire israélien complet, ce qui signifie que l’armée israélienne est aussi celle qui est responsable des choses civiles. Par exemple, un village palestinien vivant dans la zone C, si les résidents veulent obtenir un permis de construire, un permis pour construire une route, pour se raccorder à l’eau, tout doit passer directement par l’armée israélienne. »

La zone C représente plus de 60 % des terres palestiniennes en Cisjordanie, où plus de 5 000 lois et édits militaires dominent la vie des Palestiniens. Au cours des cinq dernières années, Israël a approuvé moins de 0,4 % des demandes palestiniennes de permis de construire. Abraham poursuit :

« Nous avons Masafer Yatta et près de 200 villages palestiniens qui sont dans la zone C, et il leur est impossible de vivre. Ils ne peuvent rien construire. Tout ce qu’ils construisent est détruit et c’est vraiment une politique brutale qui répond à la vision du gouvernement israélien de concentrer les Palestiniens dans des enclaves. C’est une forme de nettoyage ethnique. Ils veulent que les Palestiniens soient entassés dans les villes palestiniennes, tandis qu’Israël contrôle tout l’espace environnant. C’est ce qui se passe actuellement à Masafer Yatta, et d’une certaine manière, c’est ce qui se passe dans toute notre région, du fleuve à la mer. C’est ce qui se passe à Jérusalem et dans le Néguev. »

Le rôle des colons et des colonies

Enquêtant sur l’implication et le rôle des colons dans le déplacement forcé des Palestiniens à Masafer Yatta, Abraham dit :

« Mark, c’est drôle que vous posiez cette question maintenant parce que pas plus tard qu’hier, j’ai découvert ce document dans les archives du protocole d’Ariel Sharon qui était un homme politique israélien, il était le Premier ministre et le ministre de la Défense israélien. C’est lui qui a participé à la création de ces zones de tir en Cisjordanie. Dans ce protocole, il dit en fait, c’est une citation directe de sa part, il dit : « J’ai déclaré ces zones de tir afin qu’il y ait un territoire réservé pour les colonies israéliennes ».

En effet, Haaretz a fait état en 2020 de la découverte du procès-verbal d’une réunion de juillet 1981 du Comité ministériel pour les affaires de colonisation, Ariel Sharon, alors ministre de l’agriculture, préconisant « d’étendre et d’élargir les zones de tirs » afin de « garder ces zones, qui sont si vitales, entre nos mains ».

« Il est très, très clair que c’est un outil politique d’Israël, mais même Sharon le disait. Près de 20 % de la Cisjordanie est une zone de tir. C’est clairement, je pense que pour moi, ce n’est même pas une question discutable. C’est vraiment un fait historique que ce n’est pas un besoin militaire. Il s’agit clairement d’un outil politique pour s’emparer des terres palestiniennes en Cisjordanie, et les dirigeants sionistes qui en parlent le savent », affirme Abraham.

Il continue de mettre en lumière le rôle et l’impact de la violence des colons sur les ambitions coloniales d’Israël en Cisjordanie :

« D’après ce que je vois, la violence des colons est aujourd’hui l’un des principaux mécanismes en soutien à ce que l’armée fait à Masafer Yatta. D’un côté, vous avez les bulldozers qui détruisent les maisons et les soldats et la Cour suprême qui décide d’expulser les gens. D’autre part, vous avez les colons des avant-postes et des colonies voisines qui descendent dans ces villages et attaquent les résidents. »

En examinant de plus près le comportement des colons à Masafer Yatta, Abraham se souvient de ses expériences :

« Moi et Basil étions ensemble en novembre lorsque les colons sont venus en masse, plus de près de 100 colons pour l’un de ces villages, avec des clubs. Ils étaient masqués, avec des gourdins et des battes, et ils ont commencé à frapper toutes les voitures et les maisons, à jeter des pierres dans les fenêtres. Ils ont cassé la tête d’un enfant de trois ans, lui ont fracturé le crâne, et vous voyez ces différentes formes de violence qui se soutiennent mutuellement. Une violence est la violence légale. C’est comme si la loi militaire faisait la violence, et l’autre violence est illégale, mais elle se produit avec le soutien de la loi, donc c’est ce mécanisme qui fonctionne ensemble. »

Seddon demande à Adraa si certains des colons ont été poursuivis et ce qu’il pense des politiciens israéliens qui semblent condamner certaines violences des colons dans des messages sur les médias sociaux :

« Cela ne se passe que sur Twitter et dans les médias, mais sur le terrain, la violence des colons ne cesse de croître. »

« La violence des colons est une politique de l’État d’Israël… ils volent nos terres, étendent le filet, obtiennent toutes les infrastructures [de] l’État d’Israël. Alors que nous, qui possédons la terre, qui possédons les preuves que nous possédons cette terre, sommes empêchés d’avoir des infrastructures, empêchés de construire des maisons ou des écoles ou des cliniques ou de bonnes routes sur notre terre, mais les colons qui ne possèdent rien, les États leur fournissent tout pour venir et vivre dans cette région. »

Condamnation internationale superficielle – des mots, pas des actes

Seddon demande si les récentes déclarations de condamnation de l’UE, de l’ONU et du Royaume-Uni ont un quelconque impact sur les politiques israéliennes sur le terrain :

« Non, il n’y a aucun impact de ces condamnations que nous entendons de temps en temps », répond Abraham.

« Au contraire, je pense que sur le terrain, la situation empire pour les Palestiniens, et l’occupation devient de plus en plus inscrite dans le système israélien. Je pense que ce qu’il faut faire, ce sont des actions concrètes. Nous voyons la façon dont l’Occident a réagi, par exemple, à l’occupation russe en Ukraine, et nous savons qu’il y a, pour moi qui vis ici, qui ai la citoyenneté israélienne, je crois que l’Occident doit absolument prendre des mesures concrètes sous la forme des nombreuses choses que le mouvement BDS suggère et pour vraiment faire sentir aux Israéliens aussi qu’ils paient un prix pour cela. »

D’accord avec Abraham, et appelant à l’action, pas seulement aux mots, Adraa dit :

« Pour nous, nous sommes vraiment blessés par l’hypocrisie de la communauté internationale qui ne cesse de… presque tout dire, de condamner, d’envoyer des déclarations et de venir prendre des vidéos. Ce ministre [britannique] est venu aujourd’hui et a pris une vidéo, mais maintenant l’armée continue à s’entraîner et à bombarder. Les faits sur le terrain sont juste créés par les colons israéliens et les soldats d’occupation israéliens [qui] détiennent le pouvoir de faire ce qu’ils veulent. »



« Je pense que si la communauté internationale souhaite trouver une solution à nos problèmes en tant que Palestiniens, elle est la seule à pouvoir le faire en imposant des sanctions aux autorités israéliennes, afin qu’elles cessent leurs agissements », déclare Adraa, avant d’appeler l’opinion publique mondiale à faire

« J’aimerais que les gens continuent à faire pression sur leurs gouvernements pour qu’ils imposent des sanctions à Israël, qu’ils soient solidaires. Les gens protestent, continuent d’écrire et de publier des articles sur Masafer Yatta, partagent notre histoire. C’est très important. »

En clôture de l’émission, Abraham délivre un message fort condamnant les fausses allégations d’antisémitisme lancées contre ceux qui réclament justice pour les Palestiniens :

« Je veux dire peut-être en tant que personne juive, qu’il y a beaucoup de diffamations en cours de critiques contre l’apartheid israélien qui sont étiquetées comme de l’antisémitisme, ou d’une certaine manière contre les Juifs ou les Israéliens. Je pense que c’est une erreur. Vraiment, écoutez votre conscience, écoutez votre cœur. C’est l’apartheid qui se passe sur le terrain. C’est très, très clair, et il est temps de prendre des mesures concrètes contre cela parce que nous sommes vraiment en train de descendre, descendre, descendre, ça se détériore, et c’est très effrayant. »



Traduction : AFPS

SourceFRANCE-PALESTINE.ORG

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici