La source de cet article se trouve sur ce site

« La population civile d’il y a 100 ans, la nôtre, les Français, et celle qui meurt à l’autre bout du monde aujourd’hui, c’est la même ! », s’insurge la députée LREM Sandrine Mörch à la veille du Forum pour la Paix qui se tient à Paris du 11 au 13 novembre.

« Je suis pour qu’on s’indigne un petit peu plus au présent », a expliqué samedi 10 novembre sur franceinfo Sandrine Mörch, députée LREM de Haute-Garonne, mobilisée avec d’autres élus aux côtés des civils victimes de guerres, au moment des commémorations de la Grande guerre, et à la veille du Forum pour la Paix qui se tient à Paris du 11 au 13 novembre. Mercredi dernier, l’ONG Handicap International a organisé une mobilisation devant l’Assemblée nationale pour dénoncer l’augmentation « effrayante » du nombre de civils victimes de guerres, 90% aujourd’hui contre 40% pendant la Première Guerre mondiale (1914/1918).

« Je trouve ça intéressant qu’au moment du centenaire, on réexhume ces « gueules cassées » [expression pour désigner les survivants de la Grande guerre qui ont subi des blessures], souligne Sandrine Mörch.

Un député qui était avec moi sur la manifestation de l’ONG Handicap International disait que les « gueules cassées » d’aujourd’hui étaient les civils qui continuent de mourir sous les bombardements

Sandrine Mörch

à franceinfo

« 61 pays contaminés par les mines »

La députée affirme que « la population civile d’il y a 100 ans, la nôtre, les Français, et celle qui meurt à l’autre bout du monde aujourd’hui, c’est la même ! »

Sandrine Mörch a insisté sur les civils victimes, à l’étranger, des mines antipersonnel. « Les enfants qui sautent aujourd’hui sur les bombes, les gars qui vont travailler leur champ et sautent sur les bombes enfouies il y a dix ans, ce sont des victimes de la même manière, sauf que ce ne sont pas nos (…)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here