La source de cet article se trouve sur ce site

Voir les photos
Ce jeudi, les députés ont voté un amendement permettant aux élèves de 4e et 3e ainsi qu’aux lycéens de 1ère et Terminale de faire un stage d’une journée en milieu professionnel prise sur le temps scolaire. 

Les collégiens de 4e et 3e ainsi que les lycéens de 1ère et terminale pourront faire un stage en milieu professionnel d’une journée chaque année, pendant le temps scolaire, ont voté jeudi soir les députés. Un amendement de la rapporteure Catherine Fabre (LaRem) en ce sens a été adopté dans le cadre de l’examen du projet de loi pour « la liberté de choisir son avenir professionnel », avec l’avis favorable du ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer, présent dans l’hémicycle aux côtés de Muriel Pénicaud.

Opposition à gauche et à droite 

« Ce dispositif a pour objectif d’encourager une part d’initiative de la part des élèves dans la découverte métier », est-il expliqué dans son exposé des motifs. Le chef d’établissement devra donner son accord.
    
Gauche et droite ont critiqué la mesure. « Ca rime à quoi? C’est absurde » et l’idée provient de « gens qui n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise », s’est élevé Gérard Cherpion (LR), évoquant aussi les questions de « responsabilité » et « assurance ». Selon son collègue Patrick Hetzel, les élèves « vont pouvoir sécher une journée de cours » alors que le ministre devrait lutter contre « l’absentéisme ». « Une journée, ça n’a aucun sens » et ce sera « encore une fois une prime au piston », a abondé l’élue d’extrême droite Emmanuelle Ménard.

Le communiste Jean-Paul Lecoq a partagé ces analyses et dit espérer « que les jeunes n’auront plus…

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.