La source de cet article se trouve sur ce site

VIDÉO – Un entrepreneur veut relancer le projet du train sur coussin d’air abandonné dans les années 70. Moins cher à construire et à entretenir qu’une ligne LGV, le Spacetrain permettrait aux régions de développer leur réseau de transport pour relier des métropoles comme Orléans ou Le Havre à la capitale.

Il faut parfois s’inspirer du passé pour inventer le futur. C’est la démarche adoptée par Emeuric Gleizes, CEO de Spacetrain, qui a décidé de ressortir des cartons le projet de l’aérotrain. Dans les années 70, l’ingénieur Jean Bertin avait conçu un véhicule sur coussin d’air se déplaçant sur un monorail, malheureusement le président de l’époque, Valery Giscard d’Estaing, préféra miser sur le TGV qui était alors en cours de développement par la SNCF.

L’heure de la revanche est peut être venue. Le coût de développement et d’entretien d’une ligne LGV est devenu trop élevé pour les régions et l’Etat et ne peut en aucun cas résoudre les problèmes de fermeture des petites lignes. Pour Emeuric Gleizes, Spacetrain s’impose comme la solution. « Nous avons gardé le principe d’une voiture sur coussin d’air, en l’améliorant, car ce mode de déplacement est intéressant en termes de maintenance. Il n’y a pas de frottement, donc cela représente un gain sur les frais d’entretien du rail. C’est aussi un moyen de transport peu polluant. Nous avons remplacé la turbine à réaction du modèle original par un moteur à induction linéaire », détaille Emeuric Gleizes.

540 kilomètres/heure de moyenne

La navette a elle aussi été repensée, et sera en carbone pour plus de légèreté. Entièrement automatique, elle ne nécessitera pas de conducteur et pourra atteindre une vitesse moyenne de 540…

Lire la suite sur BFMTV.com

Cette vidéo peut également vous intéresser : 

A lire aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.