Etats-Unis : La Chambre refusera en l’état d’examiner l’aide à l’Ukraine, annonce le Speaker

Vues:

Date:

Cela risque d’être le clou dans le cercueil de l’aide américaine à l’Ukraine. Le chef républicain de la Chambre des représentants a assuré lundi que la chambre basse du Congrès américain n’examinerait pas en l’état le texte négocié par les sénateurs prévoyant de nouveaux fonds pour Kiev.

« Le projet de loi sur l’aide aux pays étrangers du Sénat reste muet sur le problème le plus urgent auquel notre pays est confronté », a fustigé Mike Johnson dans un communiqué, évoquant la crise migratoire à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique.

Un accord pour rien au Sénat

Dimanche, le Sénat avait pourtant fait un pas crucial pour l’adoption d’une nouvelle aide colossale à l’Ukraine, avec un vote de procédure qui devait être confirmé, pour un texte prévoyant notamment 61 milliards pour l’Ukraine, 14 milliards pour Israël contre le Hamas et près de 5 milliards de dollars pour Taïwan

« Aujourd’hui, il n’est pas exagéré de dire que les yeux du monde sont tournés vers le Sénat américain », avait lancé le chef de file des républicains à la chambre haute, Mitch McConnell. « Nous n’avons pas doté les courageux peuples d’Ukraine, d’Israël ou de Taïwan d’équipement létal dans le but de remporter des distinctions philanthropiques (…). Nous le faisons parce que c’est dans notre propre intérêt », a-t-il ajouté.

Pression de Trump

Deux ans après le début de l’invasion russe, les élus des Etats-Unis, principal soutien militaire à l’Ukraine, ne parviennent pas à se mettre d’accord sur la validation de nouveaux fonds.

En pleine campagne présidentielle, l’équation s’est transformée en bras de fer à distance entre le président démocrate Joe Biden, qui réclame de toute urgence ces nouveaux fonds, et son prédécesseur Donald Trump, qui assure que s’il était réélu en novembre, il réglerait la guerre entre la Russie et l’Ukraine « en 24 heures » – sans expliquer comment.

Même sans mandat, l’ancien président a récemment réussi à torpiller la conclusion au Congrès d’un compromis sur l’enveloppe à l’Ukraine. Et samedi, il a menacé, en cas de retour à la Maison Blanche, de ne plus garantir la protection des pays de l’Otan face à la Russie si ceux-ci ne payaient pas leur part, affirmant même qu’il « encouragerait » Moscou à s’en prendre à eux. Joe Biden a qualifié dimanche ses propos d’ « affligeants et dangereux ».

La source de cet article se trouve sur ce site

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER:

spot_imgspot_img