Ethiopie : Abiy Ahmed, le choix de la guerre

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed à la télévision publique éthiopienne le 4 novembre 2020

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed à la télévision publique éthiopienne le 4 novembre 2020

afp.com/-

Article Abonné

La scène semble appartenir à un passé lointain. Le 10 décembre 2019, à Oslo, le bouc soigneusement taillé, le dirigeant quadragénaire, tout sourire, reçoit la médaille en or du prix Nobel de la paix. Devant les caméras, Abiy Ahmed vante « le façonnement d’une paix durable » dans la région. En seulement quelques mois à la tête de l’Ethiopie, le Premier ministre est parvenu à enterrer la hache d’une guerre de vingt ans avec son voisin érythréen, libérer des milliers de prisonniers politiques, et enclencher une libéralisation économique du pays. L' »abiymania » bat son plein. 

Moins d’un an plus tard, le 4 novembre 2020, vers 2 heures du matin, c’est en treillis militaire, le regard sévère, que le dirigeant apparaît à la télévision nationale, alors que les yeux du monde entier sont rivés sur la présidentielle américaine. Il déclenche une opération armée pour mater les autorités du Tigré – un Etat régional du nord du pays – qui ont des velléités sécessionnistes. Cette guerre civile sans images a déjà fait des centaines de morts, peut-être même des milliers. Au moins 36 000 habitants ont dû fuir vers le Soudan voisin. 

Article réservé aux abonnés

Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous et profitez de notre OFFRE LIMITÉE

2 mois pour 1€

Je m’abonne sans engagement

Inclus dans l’abonnement Numérique et Audio

  • Magazine audio et magazine numérique augmenté
  • Masterclass de L’Express
  • Accès illimité aux articles sans pub
  • Accès à toutes les newsletters

Opinions

Numérique

Jack Ma, fondateur du géant chinois du commerce en ligne Alibaba.Par Frédéric Filloux

France

Toutes les associations témoignent d'un envol de la pauvreté se traduisant par un recours accru aux banques alimentaires.Par Nicolas Bouzou

Les nouvelles choses

"Les internautes qui regardent Hold-up ne nous boycottent pas pour ce que nous écrivons, mais pour ce que nous sommes". Jean-Laurent CasselyPar Jean-Laurent Cassely

Le meilleur des mondes

"En fait, ouverte, fermée, absolue, relative, de combat, civile, tolérante, rigoureuse, la laïcité a besoin encore aujourd'hui, pour être bien comprise, d'adjectifs", constate Sylvain Fort.Par Sylvain Fort

SourceLEXPRESS.FR

ARTICLES POPULAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire cette semaine

Derniers Commentaires