Formation d’un gouvernement : que va décider Reouven Rivlin

A douze heures de la fin du délai imparti à Binyamin Netanyahou pour former une coalition, la question de la décision que prendra le président de l’Etat Reouven Rivlin dans les trois jours que lui accorde la loi. La question d’une demande de prolongation du délai ne semble pas poindre à l’horizon.

Parmi les trois solutions qui s’offrent au président, celle du chois d’un autre candidat est la plus probable. L’opposition à Binyamin Netanyahou fait tout pour que Reouven Rivlin ne décide pas de remettre ce mandat à la Knesset, ce que la loi lui permet, car à ce moment là, tout candidat devrait réunir une majorité absolue, soit 61 députés, pour former une gouvernement. S’il charge par contre un député précis, ce dernier pourra présenter une coalition à majorité simple autrement dit un gouvernement minoritaire. Dans le camp de gauche on fait pression pour que ce candidat soit Yaïr Lapid, qui est à la tête du parti le plus important de l’opposition. Ce dernier dispose de 45 députés qui le soutiennent et les informations en provenance de la résidence présidentielles semblent indiquer amrdi que c’est vers ce scénario que l’on se dirige s’il n’y a pas de développement dramatique d0ici mardi soir minuit.  Dans ce cas, il faudra voir alors ce que décidera Naftali Benett qui avait de manière démonstrative signé un document devant les caméras s’engageant solennellement à ne pas siéger sous Lapid dans aucune constellation.

Pour le Premier ministre, quelques options lui restent à défaut d’un ralliement de dernière minute du parti Yamina : proposer un membre du Likoud pour former un gouvernement ou faire voter une loi d’élection personnelle au poste de Premier ministre dans le cadre de la commission d’organisation de la Knesset.

Amit Segal dénonce l’hypocrisie des médias

Photo  Flash90

Le journaliste de la chaîne ‘Hadashot 12 a une nouvelle dénoncé l’hypocrisie de la plupart de ses collègues des grands médias. Il leur reproche leur soutien subit et appuyé à Naftali Benett et Ayelet Shaked alors qu’ils se préparent à renier tous leurs engagements et franchir le rubicond pour rallier la gauche pour mettre fin au pouvoir de Binyamin Netanyahou. Amit Segal affirme avec raison que dans un scénario inverse, par exemple un ralliement de Gideon Saar à un gouvernement Netanyahou, les médias auraient tiré à boulets rouges sur Saar et l’auraient « massacré » selon ses propres termes.

« Si Benett et Shaked rejoignent la gauche, ce sera entre autres parce qu’ils auront bénéficié d’un soutien inconditionnel de la part des médias ». Avec lucidité, Amit Segal rappelle que le temps viendra rapidement où Naftali Benett et Ayelet Shaked seront à nouveaux qualifiés de « fascistes » par ceux-là mêmes qui aujourd’hui se servent d’eux pour faire se débarrasser de Binyamin Netanyahou. Le journaliste conclut en disant qu’il est impossible de savoir si un tel gouvernement d’alternance serait mieux ou moins bien que des 5e élections, mais ce qui est certain, dit-il, est que cette hypocrisie criante des médias « ne mérite que du mépris ».

Photo Noam Revkin Fenton / Flash 90

SourceLPHINFO.COM

ARTICLES POPULAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire cette semaine

Derniers Commentaires