Georges Ibrahim Abdallah doit être libéré !

LES + VUS CHEZ LES PRO

Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais, ardent défenseur de la cause palestinienne, entame sa 38ème année de détention derrière les murs de cette prison, bien qu’il soit libérable depuis 1999.

Il est l’un des plus anciens prisonniers politiques en Europe.

Il a été condamné pour complicité d’homicide volontaire pour des actes qu’il a toujours niés.

Il est juridiquement libérable depuis 1999, à l’issue d’une période de sûreté de quinze ans. La juridiction de l’application des peines s’est prononcée deux fois pour sa libération. Alors que la première fois en 2003 la cour d’appel a annulé cette décision, elle l’a validé en 2013. Mais cette décision n’a jamais été appliquée suite à des pressions des USA et d’Israël.

Yves Bonnet, ancien patron de la DST au moment de son arrestation, a lui-même dénoncé en 2016 une « vengeance d’Etat » et réclamé officiellement la libération de celui qui n’a « commis et exprimé que des opinions politiques », selon ses propres termes.

En 2012 le Tribunal de l’application des peines se prononçait en faveur de la libération de Georges Ibrahim Abdallah, que la Cour d’appel confirmait en 2013. Mais la signature de l’arrêté d’expulsion nécessaire était alors bloquée par le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, contre la position de Madame Taubira, alors ministre de la Justice.

Georges Ibrahim Abdallah est toujours détenu.

Des ingérences étrangères, notamment américaines et israéliennes, sont manifestement en cause.

Et maintenant, où en est-on ?

Il s’agit d’une réclusion à perpétuité, de fait. Les dispositions de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’Homme sur la réclusion perpétuelle en rejettent le principe lorsqu’elle est sans espoir de rémission ou de réexamen.

Les mobilisations pour que Georges Ibrahim Abdallah puisse enfin rentrer dans son pays, le Liban, continuent.

Le président de la République doit faire procéder à son expulsion vers le Liban.

Notre justice doit être souveraine

Nous n’acceptons pas l’emprisonnement à perpétuité d’un prisonnier politique.

Liberté immédiate pour Georges Ibrahim Abdallah !

Plusieurs groupes locaux de l’AFPS se joindront à la manifestation devant sa prison le 23 octobre et plusieurs membres du Conseil national y seront présents.

Le Bureau national de l’AFPS

22 octobre 2021

SourceFRANCE-PALESTINE.ORG

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook