Guerre en Ukraine : La Russie grignote le pays et attaque au Tatarstan

Vues:

Date:

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Entre les déclarations fortes, les avancées sur le front et le bilan des combats, voici l’essentiel de la journée.

Le fait du jour

Une attaque au cœur de la Russie. « Une attaque de drone aérien a été effectuée ce matin contre des usines du Tatarstan situées à Ielabouga et Nijnekamsk », a indiqué sur Telegram le service de presse de Roustam Minnikhanov, le chef de cette république du centre de la Russie, située à plus de 1.000 kilomètres de l’Ukraine.

L’attaque « n’a pas provoqué de graves dégâts, le processus technologique des entreprises n’a pas été perturbé », a assuré le communiqué, sans préciser quelles usines ont été visées. Le ministère de la Santé du Tatarstan a en revanche fait état de 13 personnes blessées par l’explosion provoquée par le drone qui sont « des étudiants, dont deux mineurs ».

Une source au sein du secteur ukrainien de la défense, interrogée par l’AFP, a affirmé qu’il « s’agissait d’une opération du GUR », le renseignement militaire ukrainien, qui a revendiqué par le passé de multiples attaques de ce type sur le sol russe. « C’était une attaque de drones ukrainiens sur une entreprise assemblant des drones Shahed. Des dégâts importants ont été infligés au site », a affirmé cette source, sans préciser si l’attaque avait été lancée depuis le territoire russe ou ukrainien.

Le chiffre du jour

576. C’est, en millions d’euros, la contribution de l’Allemagne à l’initiative tchèque d’achats groupés de munitions hors de l’Union européenne pour soutenir l’Ukraine. Avec cette somme, « l’Allemagne financera l’achat de 180.000 munitions » et fournira « près de 40 % du montant total » promis par les Etats européens participant à ce projet, a expliqué mardi le ministère de la Défense. Ces munitions devraient être livrées « à partir de juin » sur le front ukrainien. Prague avait déclaré en février avoir identifié 800.000 obus disponibles dans des pays non européens qui pourraient être rapidement envoyés en Ukraine.

La déclaration du jour

« Afin de minimiser le risque de sanctions secondaires, Interbank Processing Center […] informe de la cessation du service des cartes bancaires Mir dans son infrastructure à partir du 5 avril 2024. » »

Les sanctions occidentales envers la Russie feraient-elles effet ? Le Kirghizstan a annoncé ce mardi, via son opérateur national de paiements, renoncer aux cartes de paiement russes Mir par crainte de « sanctions » secondaires des États-Unis. Cette annonce intervient quelques jours après deux décisions similaires prises par les banques arméniennes et le système de paiement mobile Samsung Pay. Mi-février, le département du Trésor américain avait mis en place des sanctions contre le système Mir qui « permet » à la Russie, selon Washington, d’« échapper aux sanctions » financières occidentales..

La tendance du jour

Lentement, mais sûrement, les forces russes progressent en Ukraine, profitant des pénuries de munitions côté ukrainien. « Au total, depuis le début de l’année, 403 km2 de territoire des nouvelles régions de la Fédération de Russie sont passés sous notre contrôle », a revendiqué le ministre de la Défense Sergueï Choïgou lors d’une réunion militaire, selon son ministère. Ce dernier que ses soldats continuaient « à pousser les unités ukrainiennes vers l’ouest ».

Notre dossier sur la guerre en Ukraine

Ces derniers mois, l’armée russe a revendiqué la prise de plusieurs villages et, surtout, d’Avdiïvka, ville forteresse de l’Est à laquelle les forces ukrainiennes s’agrippaient tant bien que mal depuis des années. Les soldats russes n’ont toutefois pas réussi de percée majeure, de larges pans du front restant gelés. Ils semblent néanmoins avoir profité des difficultés de l’armée de Kiev, confrontée à une pénurie de munitions, des difficultés de recrutement et l’enrayage de l’aide occidentale.

L’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW) a estimé la semaine dernière que la Russie s’était emparée de 505 km2 de territoire en Ukraine depuis octobre dernier. Des « contraintes matérielles » limitent les capacités des soldats ukrainiens à « mener des opérations défensives efficaces », a noté l’institut.

La source de cet article se trouve sur ce site

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER:

spot_imgspot_img