Guerre en Ukraine : La Russie montre les muscles avant le sommet suisse pour la paix

Vues:

Date:

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h45. Entre les déclarations fortes, les avancées sur le front et le bilan des combats, voici l’essentiel de la journée.

Le fait du jour

Signe d’une progression lente mais constante des unités russes sur le front depuis plusieurs mois, Moscou a revendiqué lundi la prise du village de Staromaïorské, dans l’un des rares secteurs où l’armée ukrainienne avait obtenu des gains territoriaux au cours de sa difficile contre-offensive l’été dernier. « Les unités du groupe de troupes Est ont continué à avancer profondément dans la défense ennemie et ont libéré la localité de Staromaïorské », dans le sud de la région orientale de Donetsk, a annoncé le ministère russe de la Défense dans son rapport quotidien.

Dans cette région, où se concentre l’essentiel des combats, des soldats ukrainiens interrogés dimanche par l’AFP ont décrit une situation au mieux « difficile », voire démoralisante, face aux assauts quotidiens. L’ennemi a « fortement avancé » et, côté ukrainien, « il y a eu beaucoup de pertes, c’était difficile de tenir les lignes », admet, auprès de l’AFP, Danylo Madiar, un soldat de 23 ans répondant au nom de guerre « Macron ».

Le président russe Vladimir Poutine a revendiqué la semaine dernière la conquête de 880 km2 de terrain depuis le début de l’année et d’une cinquantaine de localités par son armée.

Le chiffre du jour

7. Le nombre de personnes qui ont été blessées ce lundi dans la ville frontalière de Chebekino : quatre ont sauté sur une mine, dont un caméraman de la télévision russe, et trois ont été victimes de frappes ukrainiennes, selon le gouverneur Viatcheslav Gladkov.

Côté ukrainien, un homme a été tué et deux autres blessés dans un bombardement russe sur le village de Dergatchiv, dans la région de Kharkiv, d’après le gouverneur local Oleg Synegoubov.

La phrase du jour

« Il n’y aura pas de processus de paix sans la Russie. » »

C’est ce qu’a admis ce lundi Ignazio Cassis, le ministre suisse des Affaires étrangères lors de la présentation du Sommet pour la paix que doit accueillir son pays samedi et dimanche. Plus de 90 Etats et organisations attendus sont attendus en Suisse, dont le président français Emmanuel Macron, la vice-présidente américaine Kamala Harris, le chancelier allemand Olaf Scholz ou le Premier ministre japonais Fumio Kishida. Mais pas de représentants de la Russie, ni a priori de la Chine.

La « Conférence de haut niveau sur la paix en Ukraine », son nom officiel désormais, se déroulera dans la foulée de la réunion du G7, de jeudi à samedi, dans le sud de l’Italie, avec la participation aux deux rencontres du président ukrainien Volodymyr Zelensky. Les dirigeants du G7 espèrent parvenir à un accord sur l’utilisation des intérêts provenant des avoirs russes gelés pour aider l’Ukraine.

La tendance du jour

La ligne de front va-t-elle encore s’étirer pour une armée ukrainienne déjà à la peine ? C’est ce que laissait entendre l’annonce faite ce lundi par le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov qui revendiquait d’avoir fait chuter le village avec ses troupes le village de Ryjivka, dans la région de Soumy, Mais Volodymyr Zelensky a démenti cette avancée. « S’agissant du village de Ryjivka, l’occupant a tenté d’y mener une opération de propagande. Depuis ce matin, le drapeau russe [qui y a été hissé] a été détruit et il n’y a aucune présence de l’occupant », a déclaré le président ukrainien.

Selon lui, les « forces [ukrainiennes] contrôlent totalement la situation » dans cette zone qui avait été partiellement occupée au début de l’invasion en février 2022 et avant la retraite russe du nord ukrainien au printemps suivant.

La source de cet article se trouve sur ce site

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER:

spot_imgspot_img