Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky est à Washington, Vladimir Poutine est « un criminel de guerre »

Vues:

Date:

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs. Entre les déclarations fortes, les avancées sur le front et le bilan des combats, voici l’essentiel de ce mardi 9 juillet 2024.

Le fait du jour

Le Conseil de sécurité des Nations unies, dont la Russie assure actuellement la présidence tournante, a tenu une réunion d’urgence sur l’Ukraine, à la demande de Kiev, à la suite de ces frappes qui ont fait au moins 38 morts dans le pays. Et « lancer intentionnellement des attaques contre un hôpital protégé [par le droit international] est un crime de guerre dont les auteurs doivent rendre des comptes », a déclaré la sous-secrétaire générale de l’ONU aux affaires humanitaires, Joyce Msuya.

Ce mardi, les services de sécurité ukrainiens ont affirmé que l’hôpital avait été directement touché par un missile de croisière russe, mais l’armée russe assure que les dégâts ont été provoqués par la chute d’un missile antiaérien ukrainien. La représentante du Haut-Commissariat des droits de l’homme de l’ONU en Ukraine a, de son côté, estimé ce matin qu’il y avait une « forte probabilité » que l’hôpital d’Okhmatdyt ait été touché par « un tir direct » de missile russe. Danielle Bell, qui a souligné qu’il faudrait mener une enquête plus approfondie mais qui se basait sur des images vidéo, a affirmé que l’hôpital avait été touché par un missile de croisière de type KH101 « lancé par la Fédération de Russie ».

La déclaration du jour

« Vladimir Poutine est un meurtrier et un criminel de guerre. Sa place est en prison. » »

Tels sont les mots de l’opposante en exil Ioulia Navalnaïa. la veuve d’Alexeï Navalny mort en prison en février fait l’objet depuis ce mardi d’un mandat d’arrêt émis par la Russie. « Ioulia Borissovna [Navalnaïa] s’est soustraite à l’enquête préliminaire et a donc été inscrite sur la liste des personnes recherchées », a indiqué le service de presse des tribunaux de Moscou sur Telegram. Le tribunal Basmanny de Moscou a aussi ordonné par contumace le placement en détention provisoire de l’opposante, qui réside à l’étranger.

Le chiffre du jour

Entre 35 à 50. La Russie s’est engagée à faire rentrer chez eux « dès que possible » ces dizaines de citoyens indiens recrutés de façon trompeuse pour combattre dans l’armée russe en Ukraine. Le secrétaire indien aux Affaires étrangères a indiqué ne pas avoir de chiffres précis sur le nombre de ces ressortissants, mais l’Inde estime qu’ils sont « environ 35 à 50 », même si certains médias en Inde estiment que le nombre est plus élevé. Sur ce total, « dix ont déjà pu être ramenés en Inde », a précisé Vanay Kwatra, lors d’un point presse à Moscou.

Ces derniers mois, plusieurs citoyens ont indiqué avoir été recrutés dans l’armé russe avec l’assurance qu’ils n’iraient pas au combat et travailleraient uniquement à des « emplois de soutien ». Ils ont néanmoins été entraînés au maniement des armes, puis déployés sur le front en Ukraine.

La tendance du jour

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est arrivé à Washington pour participer au sommet de l’Otan et y réclamer davantage d’armes. « Aujourd’hui, c’est Washington », a indiqué Zelensky dans son adresse vidéo quotidienne postée sur Instagram. « Nous nous battons pour obtenir davantage de défense antiaérienne » et « davantage d’avions F-16 », dont la livraison à l’Ukraine est attendue prochainement, a-t-il ajouté.

Après soixante-quinze ans d’existence, l’Otan se retrouve dès ce mardi pour un sommet censé confirmer son soutien à l’Ukraine, mais dominé par le climat d’incertitude politique aux Etats-Unis. Au lendemain de frappes russes particulièrement meurtrières, Kiev attend de ses alliés qu’ils concrétisent enfin leurs promesses. De Varsovie où il se trouvait lundi, Volodymyr Zelensky, qui doit faire un discours devant l’Institut Ronald-Reagan, a réclamé une « réponse plus forte » face à la Russie.

Le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre indien Narendra Modi marchent après leur rencontre à la résidence d'État de Novo-Ogaryovo, à l'extérieur de Moscou, en Russie.
Le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre indien Narendra Modi marchent après leur rencontre à la résidence d’État de Novo-Ogaryovo, à l’extérieur de Moscou, en Russie. - Gavriil Grigorov/SPUTNIK/SIPA

Parallèlement, le Premier ministre indien Narendra Modi et le président russe Vladimir Poutine ont entamé des entretiens approfondis à Moscou destinés à renforcer leur partenariat, après près de deux ans et demi de conflit en Ukraine, que New Delhi n’a jamais condamné explicitement. Les deux hommes ont visité ensemble mardi midi à Moscou une exposition sur l’histoire du nucléaire. Modi est arrivé lundi dans la capitale russe, avant un tête-à-tête « informel » d’environ trois heures dans la résidence de Vladimir Poutine à Novo-Ogariovo, près de la capitale russe. Il avait dit en amont « attendre avec impatience » l’entretien officiel avec son « ami » Vladimir Poutine afin de « renforcer les liens d’amitié entre l’Inde et la Russie ».

La source de cet article se trouve sur ce site

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER:

spot_imgspot_img