Houkat: la vache rousse, une mitsva indéchiffrable (vidéo)

Vues:

Date:

Cette parasha s’intitule HOUKAT car il va être question de la vache rousse et de tout ce qui la concerne et il s’agit donc d’une HOUKA, d’une loi, ou d’une disposition à propos de laquelle on ne possède pas d’explication rationnelle mais que l’on doit appliquer même sans la comprendre uniquement parce qu’HaShem nous a imposé cette loi, et que nous y obtempérons par amour et par crainte révérencielle du Ciel.

Houkat: la question de la vache rousse? Vidéo

A propos de la difficile institution de la vache rousse, les Sages s’interrogent pourtant sur toutes les nuances de cette loi pourquoi une vache, pourquoi doit-elle être rousse, pourquoi si jeune etc… mais aussi, pourquoi la parasha se nomme-t-elle HOUKAT et non pas MITSVA.

Car, la vache rousse est un commandement mais, si l’être humain peut comprendre ce qu’est le commandement de respecter les parents ou de ne pas tuer son prochain, pour ce qui concerne la vache rousse, il est toutefois très difficile pour un être humain de comprendre cette mitsva.

Tout le monde a entendu parler de ces dispositions détaillées dans la Torah à propos de la vache rousse: il s’agit d’une toute jeune vache sans aucun défaut, dont le poil serait entièrement roux n’ayant jamais été chevauchée et n’ayant jamais porté de charge.
Cette mitsva est assez ardue à comprendre, car le cerveau humain ne peut saisir les raisons qui entourent toutes ces conditions lesquelles réduisent à très peu le nombre potentiel de vaches rousses et, pourquoi les cendres de cette vache devraient permettre de purifier et pourquoi le fait de la brûler rendrait impur?

Rashi s’exprime ainsi: Satan ou les autres nations pourraient dire à Israël au sujet de la vache rousse ou aussi bien que pour d’autres mitsvoth telles que l’interdiction de mélanger viande et lait ou de mélanger lin et soie: pourquoi avez-vous de telles lois et pourquoi les observez-vous ? Il faudrait donc répondre par conséquent : « Ce sont des lois qui appartiennent à D. et que nous devons observer sans chercher à les comprendre même si on peut nous proposer des dizaines de raisons ou de prétextes philosophiques, chimiques, médicales ou physiques ». Et donc, à ce propos, le Sage de Troyes propose de ne pas essayer de trouver quelque prétexte qu’il s’agisse et d’user d’humilité.

Les eaux de Mériva

Pendant toutes les années de pérégrinations dans le désert, les enfants d’Israël ne manquèrent pas d’eau grâce aux mérites de Myriam. Mais, à sa mort, ils manquèrent d’eau et Moïse, au lieu de parler au rocher, au lieu de réciter une halakha comme il aurait dû faire, il frappa le rocher ceci passera pour un manque de confiance en D. et c’est ainsi qu’Aharon et Moïse ne purent conduire le peuple jusqu’à l’intérieur du pays.

Il est à remarquer que l’élément de l’eau accompagne Myriam dans son parcours en effet c’est Myriam qui suit le berceau de Moïse bébé sur les eaux du Nil, c’est encore lors de la traversée de la Mer Rouge que Myriam chante et danse pour entraîner et encourager les femmes et c’est grâce à ses mérites que le Peuple d’Israël a bénéficié d’eau douce tout au long de ces 40 années de traversée du désert et, de même que Myriam a vécu de manière humble, elle va mourir et être enterrée dans l’humilité et tout comme Moïse, elle sera enterrée sans que l’on ne sache avec précision le lieu de sa sépulture : ותמות שם מרים ותקבר שם Myriam mourut là-bas et fut enterrée là-bas…. Ce fut le 10 Nissan. Le puits disparut dès que la prophétesse s’éteignit.

C’est trois mois plus tard, le 1er Av, sur le Mont Hor (Hor HaHar) qu’ Aharon le prêtre va « rejoindre ses pères ». C’est grâce aux mérites d’Aharon que toute cette traversée du désert pendant ces 40 années que le peuple fut abrité et protégé par les Nuées le jour et avec des colonnes de feu la nuit. A la mort d’Aharon les nuées disparurent pour réapparaître par la suite. La disparition de ces trois frères et sœurs se fait dans la discrétion et l’humilité, dans la simplicité qui les avait déjà caractérisés.

La parasha va nous entretenir du serpent d’airain (nehash ‘hanehoshet)..Qu’est-ce que ce serpent. Nous savons pour l’avoir lu dans la parasha précédente que D a mis à la disposition des Enfants d’Israël deux « remèdes » pour arrêter la mortalité lors d’épidémies notamment: le premier étant l’encens ou ketoreth et le second le serpent d’airain. Lorsque la mortalité frappa les enfants d’Israël après que la terre se fût entr’ouverte et eût avalé les 250 personnes qui entouraient Korah, Datan et Aviram, Moïse ordonna à Aharon d’aller « balancer » son encensoir entre les rangs des Bné Israël pour arrêter la progression de la mort dans le camp.

De même, dans cette sidra, la mortalité commença à se répandre et D. Lui-Même ordonna à Moïse de forger un serpent d’airain pour que quiconque le verra soit sauvé. Le serpent a condamné l’humanité de par sa perfidie à entraîner Eve à pêcher ; le serpent réapparaît dans la cour de Pharaon lorsque Moïse avec le bâton d’Aharon opère le premier prodige et que le serpent avale ceux produits par les magiciens de Pharaon.

Et, c’est le serpent qui va être doté de la vertu « salvatrice » dans le désert et chaque homme qui y posera son regard sera sauvé de la mort. Bien que des légendes rapportées de la mythologie grecque se rapportent au caducée (symbole médical) il semble plutôt que le serpent entouré autour d’un sceptre soit le serpent d’airain.
Ceux qui ont pu se rendre en Jordanie au Mont Nébo où Moïse est décédé, ont pu admirer le serpent d’airain.

JForum.fr avec Caroline Elishéva REBOUH

La rédaction de JForum, retirera d’office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

La source de cet article se trouve sur ce site

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER:

spot_imgspot_img