Il n’y aura pas de troisième chance avec l’Iran

Réunis à Vienne (Autriche) le 14 juillet 2015, les ministres des Affaires étrangères des pays signataires de l’Accord annoncent le succès des négociations. De gauche à droite : la Chine, la France, l’Allemagne, l’Union européenne, l’Iran, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis.

L’ultimatum que l’Iran a donné aux États-Unis sur la levée des sanctions imposées à l’économie de Téhéran et son engagement en faveur de l’accord nucléaire de 2015 a expiré.

Il a également été révélé que les deux chancelleries avaient mené des négociations clandestines pendant des semaines dans le but de reprendre les pourparlers sur le pacte et, en outre, plusieurs responsables qui faisaient partie des négociations sous la présidence d’Obama ont participé à ces conversations, ce qui explique le pourquoi une sensation de déjà-vu.

Les négociations clandestines avaient également eu lieu fin 2012 et ont fini par ouvrir la voie à des discussions publiques. La différence est qu’alors il y avait un consensus international sur le fait que les négociations étaient impossibles tant que l’Iran insistait pour enrichir l’uranium, l’accord a finalement donné à l’Iran ce qu’il voulait le plus: la reconnaissance internationale de son «droit fondamental» d’enrichir l’uranium comme il l’entendait.

Une autre ressemblance étrange est la discussion sur un calendrier.

Plutôt que de se concentrer sur le fait d’empêcher l’Iran de devenir un État nucléaire, les négociations semblent essayer d’évaluer «quand» l’Iran le deviendrait, plutôt que «si» cela se produit.

Les pourparlers qui ont précédé l’accord de 2015 avaient un caractère d’urgence pour parvenir à un accord sur cette même question, tout comme les négociations actuelles. Ceux qui l’ont négocié ont admis qu’à son expiration, «l’Iran serait a-meme dans la capacité d’avoir une bombe quelques mois plus tard». Donc, en fait, les pourparlers avec l’Iran n’essaient pas de prévenir la menace, mais simplement de la retarder.

Bien que l’Iran ait violé l’accord à gauche et à droite, il ne s’est jamais vraiment séparé de celui-ci, car il vaut la peine de prétendre qu’il le maintient. Comme le souligne l’Institut de recherche sur les médias du Moyen-Orient, «l’Iran ne se retirera jamais de l’accord nucléaire, car il le reconnaît comme un État nucléaire, un statut approuvé et reconnu par le Conseil de sécurité de l’ONU».

Le Conseil de Sécurité de l’ONU à New York

Donc, essentiellement, le Conseil de sécurité de l’ONU a reconnu, de jure, le droit de l’Iran d’enrichir de l’uranium, ainsi que la reconnaissance de facto du régime de l’Ayatollah. Le supprimer sera très difficile.

L’Iran n’a pas retiré les 8,5 tonnes d’uranium enrichi de son sol, comme l’avait ordonné l’Agence internationale de l’énergie atomique; il n’a pas détruit le réacteur à eau lourde d’Arak, comme il s’était engagé à le faire dans l’accord de 2015; Il n’a pas non plus renoncé aux aspects militaires de son programme nucléaire, comme l’a démontré le dossier nucléaire publié par Israël en 2018.

Rien de tout cela n’a toutefois été suffisant pour que le Conseil de sécurité change de position.

Le scénario israélien suit également une ligne similaire. L’opposition n’a pas soutenu la bataille du Premier ministre Benjamin Netanyahou contre l’accord à l’époque, elle est restée têtue et, au lieu de se ranger du côté du gouvernement pour produire un front uni contre l’Iran, l’opposition perd une fois de plus l’occasion de démontrer sa responsabilité.

Étant donné que tous les acteurs empruntent à nouveau le même chemin, on ne sait pas si cela fait intentionnellement la sourde oreille à la réalité ou s’ils sont chroniquement naïfs. Dans tous les cas, tout le monde devrait se réveiller car il n’y aura pas de troisième chance lorsqu’il s’agira de traiter avec l’Iran.

Dr Limor Samimian-Darash sur Israël Hayom

JForum ‒ Infos Israel-news

Légendes photo:

Réunis à Vienne (Autriche) le 14 juillet 2015, les ministres des Affaires étrangères des pays signataires de l’Accord annoncent le succès des négociations.

De gauche à droite : la Chine, la France, l’Allemagne, l’Union européenne, l’Iran, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Le Conseil de Sécurité de l’ONU à New York

SourceJFORUM.FR

ARTICLES POPULAIRES

1 COMMENTAIRE

  1. Lors de cette photo de groupe,l’Iranien Zarif a éclaté de rire en pensant au bon tour qu’il avait joué aux représentants des pays signataires en les roulant dans la farine !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire cette semaine

Derniers Commentaires