Israël doit se préparer à frapper l’Iran, les Etats-Unis ne lèveront pas le petit doigt

LES + VUS CHEZ LES PRO

Ancien conseiller à la sécurité nationale Yaakov Amidror : « le monde ne lèvera pas le petit doigt ». 

AIEA : Le temps presse pour mettre fin à l’impasse sur l’accès des caméras de sécurité à l’usine de centrifugeuses.

Par  JNS , Reuters et le personnel d’ILH  Publié le  25-11-2021 08:14 Dernière modification : 25-11-2021 09:30

Le président américain Joe Biden, le président iranien Ebrahim Raisi dans le contexte de la centrale nucléaire de Bushehr en Iran | Photo : AP

Sans dissuasion militaire, l’Iran ira jusqu’à la bombe

Alors que les puissances mondiales se préparent à se réunir à Vienne pour de nouvelles négociations nucléaires avec l’Iran, l’ancien conseiller à la sécurité nationale Yaakov Amidror a déclaré que “sans menace militaire et pression sur l’Iran, rien ne sortira d’un accord“.

Amidror a fait ce commentaire alors qu’il participait à un panel à l’Université Reichman à Herzliya lors de la conférence “Sécurité et politique” de l’Institut de Jérusalem de Politique et de Strategie. Il a farouchement défendu une approche qui ferait qu’Israël développe sa capacité militaire pour frapper l’Iran par ses propres moyens.

“Le monde ne lèvera pas le petit doigt“, a déclaré Amidror. « Les Américains n’effectueront pas une seule mission.

S’exprimant dans le même panel, l’ancien chef de l’agence de renseignement du Mossad, Tamir Pardo, a déclaré qu’Israël disposait de « la meilleure armée au monde pour faire face à des attaques ciblées singulières », mais a averti que la situation entourant l’Iran « n’était pas du même registre ».

Faire face à la complexité des défis

Alors qu’Israël a réussi à lui seul à arrêter les programmes nucléaires en Irak en 1981 et en Syrie en 2007, chacun impliquant une cible unique « l’Iran implique des dizaines de cibles », a-t-il déclaré.

Brett McGurk, coordinateur du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, qui a été interviewé en ligne lors d’une session précédente, a déclaré que les États-Unis « sont pleinement engagés envers la sécurité d’Israël », mais a été vague quand il a s’agi d’expliquer ce que l’Amérique avait exactement en tête lorsqu’il s’agissait d’une réponse militaire en cas d’échec des pourparlers visant à revenir à l’accord nucléaire.

“Comme l’a dit le président [américain] [Joe] Biden, nous sommes prêts à poursuivre d’autres options si la diplomatie échoue, mais pour le moment, nous restons toujours très attachés à la voie diplomatique”, a déclaré McGurk.

Etats-Unis : des engagements vagues qui ne rassurent pas

“Personne dans l’administration Biden ne se fait d’illusions sur l’Iran”, a-t-il ajouté. “L’Iran n’est pas d’ami. C’est un adversaire… Bien sûr, la désescalade ne fonctionne que si vous avez également une capacité de dissuasion. Nous sommes donc tout-à-fait déterminés à faire en sorte que tous nos partenaires au Moyen-Orient aient les capacités de défendre et se protéger alors qu’ils poursuivent des voies de désescalade.”

Alors que McGurk a reconnu les actions déstabilisatrices de l’Iran au Moyen-Orient, il a également suggéré que les sanctions internationales contre Téhéran “ne fonctionnent pas pleinement“.

Il a déclaré que si l’administration Trump avait une position maximaliste à l’égard de l’Iran, l’administration Biden s’efforçait de ” revenir à l’essentiel ” et se concentrait sur ” une politique saine, une bonne gouvernance “.

USA : une réthorique sécuritaire qui ne se donne pas les moyens de sa politique

Joseph Votel, ancien commandant du Commandement central des États-Unis, a déclaré à la conférence via une transmission en direct que « contenir l’aventurisme de l’Iran dans la région et les empêcher d’obtenir des armes nucléaires est un intérêt de sécurité nationale pour les États-Unis ».

Votel a souligné que les États-Unis avaient l’intention de « prévenir l’instabilité dans la région » et de protéger la sécurité d’Israël.

Il a reconnu les inquiétudes d’Israël concernant la politique américaine vis-à-vis de l’Iran, mais a insisté sur le fait qu’il existe des « intérêts mutuels durables ».

Concernant l’option militaire, Votel a déclaré : “Nous devrons voir comment se déroulent les négociations et comment nous avançons dans ce domaine particulier”.

Quand l’hyperpuissance bat en retraite et dit qu’elle reviendra

“Démontrer qu’on est en mesure d’exercer nos capacités militaires et notre capacité à renvoyer des forces dans la région est un outil de pression (levier) important pour nos diplomates et nos dirigeants civils, à mesure que nous avançons”, a-t-il ajouté. “Il est vital que nous continuions à le faire. Nous devons régulièrement démontrer notre capacité à faire venir des forces dans la région [et démontrer] que nous pouvons protéger nos intérêts.”

Votel a défendu les pourparlers avec l’Iran, en déclarant : « En tant qu’officier militaire, je pense qu’il doit y avoir un moyen pour nous de poursuivre un dialogue avec nos adversaires alors que nous travaillons sur des problèmes de sécurité sous haute tension.

Amidror a déclaré que l’accord nucléaire “est formidable pour les Iraniens, et si j’étais iranien, je ferais n’importe quoi pour revenir à l’accord. Il leur permet de continuer à développer des parties de leur programme nucléaire, et d’ici 2030, ils recevront une légitimité complète pour faire à peu près tout ce qu’ils veulent.”

La diplomatie sans la force ne débouche sur rien

Alors qu’il a déclaré qu’Israël doit continuer à essayer de parvenir à une solution diplomatique parce que c’est la meilleure option, Amidror a souligné qu’il était “très pessimiste” et ne croyait pas que les efforts diplomatiques porteraient leurs fruits.

Il a noté qu’en 1995, Israël a approché les États-Unis pour leur apporter des renseignements selon lesquels l’Iran développait des armes nucléaires, mais il a fallu deux ans pour que les Américains soient convaincus que les renseignements étaient exacts. “Et ce n’est pas parce qu’ils n’avaient pas les donées”, a-t-il déclaré. “Ils avaient tous les faits parce que nous leur avons donné les faits. Ils ont refusé de reconnaître le fait que l’Iran développait un programme nucléaire militaire.”

Même devant un faisceau de preuves, l’Amérique reste dans le déni

Il a dit : « Je mentionne cela parce que cela fait partie de notre problème. Selon Amidror, les États-Unis veulent maintenant un flagrant délit, mais ils ne reconnaîtront aucune preuve fournie par Israël comme un casus belli parce que les Américains n’ont tout simplement pas la volonté de lancer une opération militaire contre l’Iran.

Ancien conseiller à la sécurité nationale Yaakov Amidror (Oren Ben Hakoon)

En fin de compte, Israël devra prendre des mesures de son propre chef, a-t-il soutenu. “Je ne sais pas si nous avons ou n’avons pas la capacité [de frapper les installations nucléaires de l’Iran] mais si nous ne le faisons pas, nous le devrons quand même.”

« La capacité de nous défendre est tout l’objectif de l’État d’Israël », a-t-il déclaré, ajoutant que l’État juif existe justement de sorte que « nous n’ayons pas besoin de nous rendre à Washington pour leur demander de nous défendre ».

L’existence même d’Israël repose sur la garantie de sa propre sécurité

Alors que l’ancien chef du renseignement de Tsahal, Amos Yadlin et Pardo, ont déclaré que c’était une erreur de la part des États-Unis de quitter le Plan d’action global commun, également connu sous le nom d’accord sur le nucléaire iranien, en 2018, Amidror a déclaré que c’était la bonne décision. À son avis, l’erreur avait été de ne pas avoir de « plan B ».

“Pour de nombreux Américains, l’Iran n’est pas un problème”, a déclaré Amidror. « Les Américains considèrent les droits de l’homme et la question palestinienne comme des problèmes bien plus importants à traiter que la menace iranienne.

Amidror a répété son argument principal selon lequel Israël doit être prêt à détruire lui-même les installations nucléaires militaires de l’Iran. “J’espère que ça n’en arrivera pas là, mais malheureusement, je crois qu’à la fin, nous n’aurons pas le choix“, a-t-il déclaré. “Les Américains ne veulent pas agir.”

Le temps presse

Pendant ce temps, le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Rafael Grossi, a averti que le temps était compté pour que l’observatoire atomique de l’ ONU obtienne l’accès nécessaire afin de réinstaller des caméras dans un atelier de pièces de centrifugeuses en Iran. En conséquence, l’agence sera bientôt incapable de garantir que l’équipement n’est pas détourné pour fabriquer des bombes atomiques, a-t-il déclaré mercredi.

Grossi a fait cette remarque au lendemain d’un voyage à Téhéran au cours duquel il a déclaré qu’il n’avait fait aucun progrès sur plusieurs questions, dont la plus urgente était le manque d’accès à l’atelier du complexe TESA Karaj deux mois après que l’Iran a promis d’accorder cette inspection.

Si l’Iran voulait négocier, il laisserait l’AIEA travailler

L’atelier fabrique des pièces pour des centrifugeuses avancées – des machines qui enrichissent l’uranium – et a été la cible d’un sabotage apparent en juin. Téhéran accuse Israël de ce qu’il dit être une attaque qui a détruit l’une des quatre caméras de l’AIEA sur le site. L’Iran a ensuite retiré toutes les caméras et détruit les images manquantes des caméras.

Dans une déclaration à la presse le premier jour d’une réunion trimestrielle du conseil des gouverneurs de son agence, composé de 35 pays, Grossi a expliqué : “Nous sommes proches du point où je ne serais pas en mesure de garantir la continuité des vérifications”. Grossi faisait référence à une lacune dans la surveillance par l’AIEA des installations sensibles qui pourrait permettre le détournement d’une quantité importante de matières ou d’équipements contribuant à un programme secret d’armes nucléaires.

Dans une déclaration à la réunion du Conseil des gouverneurs, les États-Unis ont déclaré que l’Iran devrait laisser l’AIEA réinstaller des caméras à Karaj City « immédiatement » et qu’une impasse persistante sur la question compliquerait les efforts pour relancer un accord nucléaire identique à celui de 2015 entre l’Iran et les principaux puissances occidentales.

Des négociations, alors que l’Iran rend le monde aveugle?

L’AIEA a déclaré à plusieurs reprises qu’elle n’avait aucune indication que l’Iran avait un programme d’armement secret, et l’Iran insiste sur le fait que ses objectifs sont pacifiques. Grossi, cependant, a déclaré qu’il ne savait toujours pas si Karaj était opérationnel cinq mois après l’attaque apparente.

“Il est évident qu’une si longue période sans que nous ayons accès au site, sachant s’il y a des activités opérationnelles en cours, est quelque chose qui en soi m’empêcherait à un moment donné de continuer à dire ‘J’ai une idée de ce qui s’y passe, ‘”, a déclaré Grossi.

Les pourparlers indirects entre les États-Unis et l’Iran devraient reprendre lundi à Vienne. L’objectif est de ramener l’Iran et les États-Unis en pleine conformité avec l’accord.

Le JCPOA a levé les sanctions internationales contre Téhéran en échange de restrictions sur les activités nucléaires de l’Iran, mais il reste actuellement peu de choses de ce pacte dans la pratique.

Le président américain de l’époque, Donald Trump, a retiré Washington de l’accord en 2018 et a réimposé les sanctions américaines, incitant l’Iran à enfreindre progressivement ses restrictions et à continuer de faire progresser ses activités nucléaires.

Les États-Unis et leurs alliés européens feraient normalement pression sur l’Iran sur la question par le biais d’une résolution du Conseil des gouverneurs, mais les diplomates disent qu’ils s’abstiendront de continuer à pousser l’Iran, de peur de compromettre les pourparlers plus larges du JCPOA.

JNS.org a  contribué à ce reportage.

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook