Israël : les implantations contre l’accès aux côtes d’Iran?

 Une Knesset divisée s’est réunie jeudi pour déclarer fermement qu’Israël souhaite la paix avec ses voisins arabes lorsque la Knesset a voté 80-13 (= – la Liste Arabe Unifiée) pour approuver un accord de paix avec les Émirats arabes unis.

Ce fut un moment inhabituel étant donné les divisions profondes et les conflits internes qui ont empêché la formation d’un gouvernement pendant 18 mois et contraint les manifestants à descendre dans la rue et qui menace toujours de conduire à une quatrième élection en moins de deux ans.

Le fait que les parlementaires du chef du Parti travailliste et du ministre de l’Économie Amir Peretz au chef du parti Yamina Naftali Bennett aient soutenu l’accord était une démonstration claire du désir d’Israël de paix avec le monde arabe.

La majeure partie du débat de neuf heures à la Knesset était centrée sur le conflit israélo-palestinien. Les parlementaires de droite ont tonné contre la décision du Premier ministre Benjamin Netanyahu de suspendre l’annexion des implantations de Cisjordanie afin que l’accord avec les Émirats arabes unis puisse aller de l’avant. C’était un argument qui détournait l’attention de l’un des principaux éléments de l’accord; une nouvelle alliance régionale pour lutter contre la menace croissante de l’Iran.

L’unité nationale est l’un des éléments les plus critiques face à un ennemi, de sorte que le fait que 80 parlementaires sur 120 aient soutenu l’accord a également envoyé un message important à l’Iran.

Le moment choisi, le 15 octobre, était également important. Certes, la date est en partie liée aux élections américaines du 3 novembre et à la possibilité de nouvelles élections israéliennes. Si le président américain Donald Trump est évincé de la Maison Blanche et si le gouvernement de Netanyahu tombe, les deux hommes n’auront pas le poids politique nécessaire pour mettre toutes leur forces derrière l’accord. Donc, plus tôt il est approuvé, mieux c’est.

Il est également possible que Netanyahu l’ait proposé maintenant pour aider Trump lors des élections. Mais il est probable que la date la plus importante soit ce dimanche 18 octobre, lorsque l’embargo du Conseil de sécurité des Nations unies sur l’Iran sera levé. Cela signifie que la communauté internationale peut vendre des armes à l’Iran et que cela a le potentiel de renforcer considérablement son armée.

Les États-Unis ont tenté de contrecarrer cette décision, d’abord lors d’un vote du CSNU pour prolonger l’embargo, qui a échoué, puis par un coup de théâtre pour mettre fin à l’accord avec l’Iran en insistant sur le fait qu’il pourrait annuler les sanctions contre Téhéran.

Les États-Unis ont insisté sur le fait que les sanctions levées en 2015, lorsque l’accord avec l’Iran a été mis en place, ont été rétablies, y compris un embargo sur les armes.

Dimanche, il deviendra probablement clair qu’aucune reprise de ce genre n’a eu lieu, étant donné que 13 des 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont refusé d’accepter la demande américaine de réimposition des sanctions.

Mais si l’administration Trump n’a pas réussi à affaiblir diplomatiquement l’Iran à l’ONU, elle a réussi à renforcer l’alliance contre au Moyen-Orient, en particulier par le biais d’accords de normalisation Israël-EAU-Bahreïn.

Le Premier ministre alternatif et ministre de la Défense Benny Gantz a lié l’accord avec les Émirats arabes unis et l’accord en suspens avec Bahreïn, lorsqu’il s’est exprimé jeudi à la Knesset.

« Israël est renforcé et l’Iran est affaibli » avec cet accord, a déclaré Gantz.

«Ces jours-ci, alors que le régime de l’ayatollah iranien cherche à reprendre le flot d’armes dirigé vers lui avec la levée de l’embargo», a-t-il dit, Israël a des alliances militaires et de nouvelles et anciennes pour combattre cette menace. Ces alliés «se battront avec nous pour la paix et la stabilité», a-t-il déclaré.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a également évoqué le lien entre les accords de normalisation, connus sous le nom d’accords d’Abraham, et l’Iran, dans une interview accordée à Morning News sur WIBC Indianapolis.

Il a expliqué comment Trump avait changé le paradigme du conflit entre Israël et les Palestiniens au Moyen-Orient, à une confrontation qui mettait en évidence le danger de l’Iran pour les États arabes modérés du Moyen-Orient.

«Le président est entré et a dit que le problème n’était pas le conflit entre Israël et les Palestiniens. C’est le défi présenté par la République islamique d’Iran. Et donc les accords d’Abraham sont un corollaire naturel à cela », a déclaré Pompeo.

Pour mieux comprendre la signification de la nouvelle alliance, il vous suffit de regarder une carte. En juillet, avant l’annonce des accords, Israël était confronté à une impasse avec l’Iran, avec une profondeur de frontière qui ne se prolongeait que jusqu’à la Jordanie voisine.

Entre la Jordanie et l’Iran se trouvait l’Irak. Mais aussi, entre la Jordanie et l’Iran se trouvent l’Arabie saoudite et le Golfe. En saillie sur le bord entre l’Arabie saoudite, le Golfe et l’Iran sont deux pays; Bahreïn et les EAU.

Maintenant, quand Israël regarde la carte, il a une alliance avec deux pays qui font face à l’Iran directement de l’autre côté du Golfe (Photo: FLICKR / MAGNUS HALSNES)

Quelle différence font trois mois! Maintenant, quand Israël regarde la carte, il a une alliance avec deux pays qui font face à l’Iran directement de l’autre côté du Golfe.

Israël et l’Arabie saoudite n’ont pas formé d’alliance, mais le pays a apporté son soutien tacite aux accords de normalisation et a permis à Israël de survoler son espace aérien, directement vers les Émirats arabes unis ou Bahreïn et au-delà.

Cela signifie que si l’Arabie saoudite signait également un accord, Israël aurait une alliance géographique directe qui le porterait sur les côtes iraniennes.

Netanyahu a qualifié l’accord des EAU de «paix contre la paix». Mais cela pourrait aussi être considéré comme du commerce, dans lequel il a échangé une carte d’annexion (souveraineté) contre une carte régionale de ligue contre l’Iran.

Les discussions sur les accords de paix avec les États du Golfe ont semblé rêveuses, comme des colombes flottant dans la brise, vibrantes, surtout, de possibilités économiques et autres.

Mais derrière les ailes au doux bruissement, se trouve une carte nouvellement délimitée qui renforce la portée (militaire, sous-marine, navale et aérienne) d’Israël vers l’Iran, précisément au moment où le danger est sur le point d’augmenter.

SourceJFORUM.FR

ARTICLES POPULAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire cette semaine

Derniers Commentaires

SourceJFORUM.FR