Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome, les candidats au coude-à-coude

LES + VUS CHEZ LES PRO

Les Romains commencent dimanche à voter pour élire leur maire au deuxième tour d’élections qui s’annoncent serrées, dans une ville accablée par des transports publics défaillants et une gestion désastreuse des ordures.


A lire aussi : Entre poubelles et sangliers, les Romains élisent leur nouveau maire


Le scrutin municipal, prévu sur deux jours, débute au lendemain d’une grande manifestation dans la capitale italienne pour réclamer l’interdiction de l’extrême droite, après de violentes manifestations contre le pass sanitaire le week-end précédent, pendant que le candidat de droite fait l’objet d’accusations d’antisémitisme et d’attitude pro-fasciste.

Les sondages donnent le candidat de centre gauche, l’ex-ministre de l’Economie et des Finances Roberto Gualtieri (Parti démocrate, PD), favori face au candidat de la droite et de l’extrême droite Enrico Michetti, avocat et animateur radio. Les deux candidats sont âgés de 55 ans.

La maire sortante défaite

Au premier tour, Enrico Michetti avait remporté 30% des voix et Roberto Gualtieri 27%, mais ce dernier devrait récupérer une bonne partie des voix du candidat indépendant centriste Carlo Calenda et de la maire sortante Virginia Raggi (Mouvement 5 Etoiles, anti-système) défaits au premier tour début octobre.

Enrico Michetti a été accusé d’antisémitisme en raison d’un article affirmant l’existence d’un « lobby » juif « capable de décider du sort de la planète » qu’il a écrit l’année dernière et a été ressorti par un journal de gauche. Il a par ailleurs suggéré cette année d’utiliser pendant la pandémie de coronavirus le salut romain avec un bras levé, communément utilisé par les fascistes, en assurant que c’était plus hygiénique.

Enrico Michetti est soutenu par une alliance des partis d’extrême droite Fratelli d’Italia (Frères d’Italie) de Giorgia Meloni et La Ligue de Matteo Salvini avec le parti de droite Forza Italia de Silvio Berlusconi.

Matteo Salvini a qualifié la manifestation contre l’extrême droite organisée samedi de manœuvre électorale de la gauche.

Rome ne peut se résigner à ne parler que d’ordures et de nids-de-poule

La campagne des municipales a été dominée par des plaintes sur la dégradation de la situation dans la métropole de 2,8 millions d’habitants, l’une des plus étendues d’Europe, au point que des sangliers, attirés par les monceaux d’ordures entassés à même le sol, circulent régulièrement dans certaines zones résidentielles.

Sujet Jt du 2 octobre :

« Rome ne peut se résigner à ne parler que d’ordures et de nids-de-poule« , a déclaré vendredi Roberto Gualtieri lors de son dernier meeting électoral avant le scrutin, « Rome est une grande capitale européenne« .

Enrico Michetti, qui se réfère fréquemment à la gloire de la Rome antique, a fini sa campagne sur une place voisine en déclarant qu’il existe « beaucoup d’affection dans cette ville, beaucoup de désir de renaître et se relever« .

Les électeurs votent pour le deuxième tour des municipales dimanche et lundi à Rome ainsi que dans les grandes villes de Trieste et Turin dans le nord du pays et une soixantaine d’autres villes. Au premier tour, les partis d’extrême droite avaient réalisé une mauvaise performance et perdu la bataille dans plusieurs villes-clefs comme Milan, Naples et Bologne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité.

OK

SourceRTBF.BE

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook