« J’aime Israël, même quand il me devient insupportable ».

LES + VUS CHEZ LES PRO

 » …Et maintenant, un petit aveu: j’aime Israël, même quand il me devient insupportable. S’il devait m’arriver de tomber un jour dans la rue, je veux que ce soit dans une rue en Israël. Pas à Londres, ni à Paris, ni à Berlin et ni à New-York.

Ici, on me relèvera. Quand je serais à nouveau debout, d’aucuns souhaiteraient me voir tomber à nouveau, mais si cela devait se reproduire, à nouveau on m’aidera à me relever. L’avenir m’inquiète énormément.

Il m’est bon d’être israélien. Il m’est bon d’être citoyen d’un Etat qui comprend 9 millions de Premier ministre, 9 millions de prophètes, 9 millions de messie. Chacun avec sa vision personnelle de la rédemption.

Tout le monde crie, et peu écoutent. On ne s’ennuie pas ici… » Amos Oz (1939-2018), extrait de son dernier ouvrage  » Chers fanatiques », Gallimard.

Quand un géant de la littérature s’en va, le monde rapetisse. Va en paix, Monsieur Amos Oz, et dans les générations qui se succéderont sur cette terre, dans cet Israël que tu chérissais tant, tu continueras à vivre toi aussi.

SourceISRAELVALLEY.COM

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook