La banalisation du terrorisme et de la haine des juifs

Vues:

Date:

La normalisation du terrorisme et de la haine des juifs

par Robert Williams

Il n’est apparemment jamais venu à l’idée des dirigeants de l’ONU ou de l’UE de considérer que si vous êtes une organisation terroriste qui commet des crimes de guerre, vous n’avez pas le droit de choisir la manière dont une guerre que vous avez déclenchée est menée contre vous.

Si vous ne voulez pas un « bain de sang », ne prenez pas d’otages, cachez-les parmi les civils, essayez d’empêcher leur sauvetage, puis, s’ils sont sauvés, déclarez être choqué par les retombées que vous avez vous-même préparées.

La BBC a demandé sans sourciller si, pour épargner la vie des « civils » gazaouis qui retenaient les otages enfermés chez eux, Israël avait donné un avertissement avant de lancer son opération de sauvetage. Le porte-parole israélien, tout aussi impassible, a poliment répondu qu’un avertissement aurait pu mettre en danger les otages et rendre le sauvetage plus difficile.

L’ironie de tout cela semble complètement échapper aux élites politiques et médiatiques, qui n’ont cessé de répéter que l’opération de sauvetage israélienne était en quelque sorte immorale. En condamnant l’opération de sauvetage israélienne, ils suggèrent que le massacre et l’enlèvement de 240 personnes sont des actes moraux qui ne devraient pas nécessiter de réponse militaire.

Le nouvel accord de cessez-le-feu du Hamas semble s’accompagner d’un « obstacle majeur: le groupe terroriste soutenu par l’Iran exige désormais des « garanties écrites » que les médiateurs continueront à négocier une trêve permanente, une fois la première phase du plan entrée en vigueur, a déclaré le représentant du Hamas. »

Essentiellement, cette exigence signifie que le Hamas et ses commanditaires, l’Iran et le Qatar, voudraient déclencher des guerres et ensuite demander à quelqu’un d’autre de les arrêter quand ils ne sont pas satisfaits de la manière dont elles se déroulent.

En violation des conventions de Genève, le Hamas a refusé de permettre à la Croix-Rouge de vérifier le bien-être des otages. On peut imaginer pourquoi.

Aujourd’hui encore, le sort des otages de Gaza ne suscite que peu ou pas d’intérêt. Au contraire, les Palestiniens nient que les atrocités du 7 octobre aient eu lieu, et se préoccupent presque obsessionnellement de la sécurité des Gazaouis et de l’aide humanitaire qu’ils reçoivent. Lorsque l’ONU n’est pas en mesure de leur fournir l’aide nécessaire, c’est Israël, et non l’ONU, qui est accusé.

Les meurtres, les viols, les brûlures vives de bébés et les enlèvements commis par le Hamas – toutes les raisons pour lesquelles Israël a été contraint d’entrer en guerre contre le Hamas – sont désormais relégués au second plan.

Ce qui semble importer à ceux qui définissent les agendas politiques et médiatiques, c’est d’utiliser une fois de plus la guerre du Hamas pour diaboliser les Juifs comme le peuple le plus inhumain du monde, qui veut vivre en paix sur sa terre historique sans les massacres quotidiens de l’Iran et de ses mandataires – le Hamas, le Jihad islamique palestinien, le Hezbollah et les Houthis – qui prévoient apparemment de les encercler dans un « anneau de feu » – « six fronts d’agression contre Israël » – dans le cadre de la tentative d’hégémonie de l’Iran au Moyen-Orient.

Les élites occidentales semblent heureuses de les aider dans ce combat.

Robert Williams est un chercheur basé aux États-Unis.

JForum.fr avec www.gatestoneinstitute.org

Sur la photo : Naama Levy, une Israélienne enlevée et emmenée à Gaza par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023, alors qu’elle avait 19 ans. Elle est toujours retenue en otage par le Hamas. (Source de l’image : Hamas)

La rédaction de JForum, retirera d’office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

La source de cet article se trouve sur ce site

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER:

spot_imgspot_img