La Grande-Bretagne refuse le chantage iranien

287

Facebook

Twitter

Google+

Pinterest

WhatsApp

Changement de gouvernement, changement de politique? Le nouveau gouvernement britannique formé rapidement par le nouveau Premier ministre Boris Johnson semble vouloir adopter une attitude plus ferme face à l’Iran.

Après avoir kidnappé le cargo britannique Stena Impero dans le Golfe persique, Téhéran a proposé un marché à Londres: la libération du cargo et de son équipage contre celle du pétrolier iranien Grace 1 arraisonné dans les eaux de Gibraltar pour violation de l’embargo imposé par l’Union européenne.

Dominic Raab / Wikipedia

Lundi matin sur la BBC, le nouveau ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab a catégoriquement repoussé ce chantage: « Il n’y aura pas de contrepartie. Il ne s’agit pas ici de troc ou d’échange de bons procédés.  Il s’agit du respect du droit international et de règles juridiques qui s’imposent à tous. Nous serons inflexibles là-dessus ».

Parallèlement à cette prise de position politique, la Grande-Bretagne a décidé d’envoyer un second bâtiment de guerre dans le Golfe pour assurer la protection des navires commerciaux britanniques qui traversent le détroit d’Ormuz.

Le nouveau ministre de la Défense Ben Wallace a insisté sur la nécessité de liberté de navigation pour tous les bateaux dans le détroit d’Ormuz.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici