La marche nationaliste des drapeaux regagne Jérusalem dans toute sa laideur

9

Après quelques années relativement calmes, puis une année où le défilé a été annulé en raison de la pandémie de coronavirus, et une année où il a été détourné en raison de tensions sécuritaires, la Marche du Drapeau est revenue à la porte de Damas et au quartier musulman de Jérusalem, dans toute sa laideur.

Dans les années précédant 2020, sous la pression de la Haute Cour de justice, des médias et de la police, les organisateurs de la marche se sont efforcés de minimiser les chants violemment racistes des participants, et cela a semblé fonctionner. Les marcheurs qui ont commencé à chanter « Mort aux Arabes » et « Que votre village brûle » ont été réduits au silence par les organisateurs et menacés d’arrestation par la police. Les marches se sont poursuivies dans un calme relatif, certains magasins palestiniens situés le long du parcours restant même ouverts.

Cette année, tout était à l’inverse. Dès le matin, des centaines de manifestants et de célébrants ont commencé à envahir les rues de la vieille ville. À la porte Moghrabi, les organisations du Mont du Temple ont enregistré le nombre le plus élevé de Juifs se rendant sur le site en une seule journée depuis 1967, avec 2 600 personnes arrivant sur le site. Certains se sont prosternés, d’autres ont brandi des drapeaux.

Dans les ruelles voisines, des dizaines de groupes de jeunes juifs ont scandé, maudit et bloqué l’accès aux Palestiniens. Les policiers ont commencé à faire sortir les Palestiniens des rues et les commerçants ont compris ce qui allait se passer et ont fermé leurs magasins. Certains groupes ont trouvé des allées où il n’y avait pas de policiers et sont entrés dans des cours privées, insultant et affrontant les résidents arabes. Mais ce n’était que le début.

À midi, d’autres groupes de Juifs ont commencé à affluer dans la vieille ville, et la foule s’est agrandie jusqu’au début de la marche. Des milliers de personnes ont franchi la porte de Damas, avec sur les lèvres le chant le plus populaire, un chant religieux entonné lors des malheureuses noces de la haine, après l’incendie criminel meurtrier de Douma, se terminant par des mots bibliques sortis de leur contexte, appelant à maudire les Palestiniens, « que leur nom soit maudit », les derniers mots prononcés dans un cri. Cette chanson a remplacé une chanson vantant Jérusalem, qui était chantée lors de cette marche les années précédentes.

Les groupes les plus extrémistes ont franchi la porte avec un enthousiasme extatique, en chantant « Mort aux Arabes » et « Que votre village brûle », « Mahomet est mort », « Shoafat brûle », etc. D’autres groupes moins extrêmes, chantant des chansons moins incendiaires, ne pouvaient pas passer sans frapper sur les portes en tôle des magasins fermés. On ne peut qu’imaginer ce que cela a pu représenter pour les centaines de familles palestiniennes qui sont restées enfermées chez elles pendant des heures.

Par moments, il semble que la police ait perdu le contrôle. Dans un cas, une femme palestinienne assez âgée a levé les bras en réponse aux insultes et a été accueillie par des gaz lacrymogènes et des coups de pied par les célébrants. Lorsqu’elle a été évacuée sur une civière, des bouteilles d’eau ont été lancées sur celle-ci. Les Palestiniens ont répondu en lançant des chaises et d’autres objets. Les Juifs ont utilisé des gaz lacrymogènes. Dans un autre cas, un journaliste palestinien a été attaqué, et dans un troisième cas, un manifestant a sorti une arme et a menacé les Palestiniens sur la place devant la Porte de Damas.

Des affrontements ont éclaté dans les rues adjacentes, avec quelques blessés signalés après que les deux parties aient jeté des pierres. Vers la fin de la marche, des dizaines de Juifs ont attaqué des maisons et des véhicules palestiniens à Sheikh Jarrah. Les Palestiniens ont répondu en lançant des pierres. Un juif a été blessé.

La réponse à la question de savoir pourquoi la marche est revenue à son ancien format cette année peut être apportée de deux manières. La première est la campagne extrémiste des Bibi-istes, qui a balayé l’aile droite dans le courant de l’année dernière. Parmi les drapeaux israéliens, trois autres drapeaux étaient présents à la marche – des drapeaux du Likoud, des drapeaux avec le visage de Benjamin Netanyahu et des drapeaux de l’organisation suprémaciste juive Lehava.

Il semble que la haine envers tout ce qui est perçu comme arabe, de gauche ou lié aux médias ait macéré pendant de nombreux mois dans l’esprit des manifestants, trouvant un exutoire dès qu’ils franchissaient la porte de Damas ou rencontraient des passants palestiniens.

La deuxième explication est ce qui est arrivé à la marche l’année dernière. Le fait qu’après 30 ans, la marche n’ait pas franchi la porte et le quartier musulman a été perçu comme une débâcle à laquelle il fallait remédier, en organisant cette année une marche plus importante et plus extrémiste.

Ici et là, des personnes tentent de faire taire les cris racistes et de calmer le jeu, mais elles sont généralement accueillies avec dédain, voire diffamation. L’une de ces personnes était Yaki Saada, du village religieux de Givat Washington, qui s’est disputé avec des dizaines de jeunes dans le but de faire cesser les chants racistes. « Cela me rend fou », a-t-il déclaré. « Je viens ici chaque année, c’est important pour moi de faire la fête mais pas de provoquer les gens. Ce sont de petits enfants sans pasteur, ce n’est pas le judaïsme », dit-il. Mais des voix comme la sienne ont été noyées par les coups frappés sur les portes et les chants racistes.

Dans les jours qui ont précédé la Journée de Jérusalem, une guerre des drapeaux a éclaté à Jérusalem. Elle a commencé avec les funérailles de la journaliste Shireen Abu Akleh, au cours desquelles des drapeaux palestiniens ont été déployés sur le Mont du Temple et dans les quartiers palestiniens. Les Juifs ont répondu par des milliers de drapeaux lors de la marche, mais aussi par d’immenses drapeaux accrochés sur la vieille municipalité et sur le Pont des Cordes à l’entrée de Jérusalem.

Les murs de la vieille ville étaient également illuminés de drapeaux israéliens. Il semblait que les Israéliens étaient en train de gagner cette guerre. Mais des activistes palestiniens ont réussi à faire voler un drône portant le drapeau palestinien au-dessus des célébrants à la porte de Damas. Ce n’était pas une mince affaire, car il fallait échapper à la surveillance de la police. La police a réussi à le faire tomber en utilisant des moyens technologiques, mais il s’agit tout de même d’une petite victoire palestinienne.

En fin de compte, à l’heure où nous écrivons ces lignes, la Journée de Jérusalem s’est terminée de manière relativement « calme ». Il est peut-être trop tôt pour se réjouir, car l’expérience passée montre que les voyous parcourent les rues de Jérusalem la nuit, à la recherche de victimes palestiniennes.

À Sheikh Jarrah, les jets de pierres se sont intensifiés. Le Hamas, comme prévu, n’a pas lancé une nouvelle série d’hostilités et la police a réussi à maîtriser la plupart des incidents sans faire de blessés graves. Les marcheurs vont rentrer chez eux et nous passerons au sujet suivant. C’est bientôt Shavuot, et les gens se rendent sur le Mont du Temple dans un contexte de tension accrue.

Mais quelles sont les implications réelles d’une telle marche ? Quelle empreinte laissera-t-elle dans l’esprit de milliers de jeunes qui ont été enflammés par la haine raciste et ultra-nationaliste ? Quelle empreinte laissera-t-elle sur les résidents palestiniens ? À 20 h 30, devant la porte de Damas, le sol couvert de bouteilles en plastique, d’autocollants et de mâts de drapeau brisés, alors que les derniers fêtards défilent, l’avenir s’annonce sombre.

Traduction : AFPS

SourceFRANCE-PALESTINE.ORG

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici