La procureure demande 2 ans de prison et un mandat d’arrêt international contre le cybercriminel Grégori Chelli

LES + VUS CHEZ LES PRO





Vendredi, à la 14ème chambre correctionnelle du Palais de Justice de Paris, les victimes de Chelli, dit « Ulcan », et leurs avocats ont continué leurs témoignages et plaidoiries, face au banc vide de la défense, puisque ni Chelli, ni son avocat historique et porte-parole télévisuel de l’extrême-droite française, M° Gilles-William Goldnadel, n’avait eu le courage de se présenter.

Le jugement sera rendu le 11 janvier prochain à 13 H 30 par la même chambre, le tribunal ayant pu mesurer la violence et la lâcheté des actes de cet individu enfui en 2013 en Israël, pays où il a tranquillement continué ses méfaits, nationalité israélienne en plus.

La procureure demande 2 ans de prison et un un mandat d'arrêt international contre le cybercriminel Grégori Chelli
Grégory Chelly, dit Ulcan, sur une plage en Israël

Les avocats des parties civiles, dont Me Dominique Cochain qui représentait Olivia Zémor, ont parfaitement démontré que le terme de « canular » était totalement inapproprié concernant les actes de Chelli, et que nous n’avions pas affaire à un « hacker » mais à un « cybercriminel », un « mégalomane » certes, mais loin d’être un « fou ».

« Il est très malin, capable de préparer soigneusement des coups tordus, de tromper beaucoup de gens », a souligné Me Cochain, en expliquant que s’il clamait lâchement aujourd’hui : « Vous ne pouvez pas prouver que c’est moi », et qu’il avait déclaré à ses fans, le 9 octobre 2014 en Israël : « Je ne revendiquerai plus mes attaques pour plus d’efficacité » , il s’était en même temps vanté d’en avoir mené 500.

L’avocate a également souligné que Grégori Chelli disposait d’appuis, en Israël, mais aussi en France, ce qui expliquait qu’il avait bénéficié de peines très légères, avec quelques mois de sursis, y compris après le saccage de la librairie Résistances en juillet 2009 où son avocat William Goldnadel avait produit à l’audience, pour impressionner les juges, une lettre de recommandation de Claude Guéant, le secrétaire général de la présidence de Sarkozy à l’époque.

Tous les avocats ont également démontré qu’il ne pouvait y avoir erreur sur la personne et que c’était bien lui qui avait commis les actes décrits à l’audience.

La procureure, lors de son réquisitoire final a conclu dans le même sens, estimant que Grégori Chelli « loin d’être un ‘Patriote’, » comme un film israélien veut le montrer, n’est « pas un justicier », « ne défend pas des idées », mais « fait preuve d’une grande lâcheté tant dans ses méthodes d’agression violentes et quasiment physiques, que dans son refus à se présenter devant un tribunal ». « Avec le nom de son site « Viol vocal », tout est dit », a-t- elle fait observer. Regrettant que seules 5 affaires le concernant aient pu venir devant la justice à ce jour, et que « de très nombreuses autres ne soient pas encore traitées », « On peut comprendre que ses victimes puissent craindre de nouveaux passages à l’acte de la part de cet individu », a-t-elle conclu.

Elle a donc demandé que soit « mis fin à ses méthodes dilatoires », estimé qu’il n’y avait « aucun doute sur l’imputabilité des faits » à Chelli, et qu’il fallait qu’il cesse « d’organiser son impunité à partir d’un Etat qui avait bien peu collaboré avec la justice française jusqu’à maintenant ».

Le ministère public a requis 2 ans de prison (ferme) et un mandat d’arrêt diffusé au plan international.

Délibéré le 11 janvier prochain.

CAPJPO-EuroPalestine





SourceEUROPALESTINE.COM

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook