L’argentier de Daech capturé

LES + VUS CHEZ LES PRO

Considéré comme le “ministre des Finances” de l’État islamique, Sami Jassem Al-Jabouri a été arrêté par les renseignements irakiens lors d’une opération en Turquie. Un revers pour le groupe djihadiste, toujours présent de manière diffuse en Irak et en Syrie.

Son visage hirsute rappelle celui de l’ex-président irakien déchu Saddam Hussein au moment de son arrestation en 2003. La capture de “l’argentier de Daech”, Abou Jassem Al-Jabouri, “est le résultat d’une coordination irako-turque”écrit le journal irakien Az-Zaman.

Appréhendé sur le territoire turc par les services de renseignements irakiens, ce haut responsable du groupe djihadiste État islamique (EI“a été transféré à bord d’un avion militaire en Irak, puis transporté à Bagdad”, rapporte le quotidien.

Cette arrestation a eu lieu, selon toute vraisemblance, autour du dimanche 10 octobre, pendant les élections législatives anticipées qui avaient lieu en Irak, comme le laisse entendre le Premier ministre irakien, Moustafa Al-Kazimi, dans son annonce de l’arrestation d’Al-Jabouri sur Twitter.

Qui est Al-Jabouri ?

Âgé de 46 ans, Sami Jassem Al-Jabouri, dont le parcours islamiste a débuté au début des années 2000 aux côtés du fondateur d’Al-Qaïda en Irak, Abou Mossab Al-Zarqaoui, a été proche aussi bien de l’ancien leader de l’EI, Abou Bakr Al-Baghdadi, tué en 2019 dans une opération américaine en Syrie, que de son successeur, Abou Ibrahim Al-Qourachi, explique le site Al-Monitor.

À leurs côtés, cet homme “a géré les finances de l’État islamique”, ajoute le site, qui rappelle que Washington offrait une récompense pouvant aller jusqu’à 5 millions de dollars pour toute information le concernant. Un expert cité par le quotidien panarabe Asharq Al-Awsat le décrit comme le “ministre des Finances” du groupe djihadiste.

Jabouri “n’était pas seulement le numéro deux de l’EI, mais son gestionnaire, lui qui a si efficacement exploité les réserves de combustibles fossiles de l’Irak et de la Syrie pour soutenir l’organisation”écrit The Times.

Pour le quotidien britannique, la capture d’Al-Jabouri est assurément un “coup” porté à Daech, mais pas forcément le “coup de grâce qu’il aurait pu être s’il avait été arrêté lorsque le califat [de l’EI] était à son apogée”. Son arrestation va, en tout cas, “entraver les tentatives de retour au premier plan” de l’organisation djihadiste.

Après avoir conquis de vastes territoires en Irak et en Syrie en 2014, l’EI a vu son califat démantelé par de vastes offensives menées dans ces deux pays. Néanmoins, le groupe djihadiste, dont les combattants sont revenus dans la clandestinité, y demeure une menace.

Courrier International

SourceJFORUM.FR

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook