L'attaque de la police israélienne contre les personnes qui portent le deuil de Shireen Abu Akleh suscite un tollé

3

Des milliers de personnes se sont rassemblées à Jérusalem-Est occupée pour les funérailles de la journaliste d’Al Jazeera, abattue par les forces israéliennes.

Les attaques des forces israéliennes contre les personnes présentes aux funérailles de la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, ont suscité des condamnations, les Nations unies et les États-Unis qualifiant les scènes de « profondément bouleversantes » – bien que les États-Unis se soient abstenus de condamner explicitement Israël pour ces violences.

Des milliers de personnes se sont rassemblées vendredi à Jérusalem-Est pour les funérailles de la journaliste chevronnée d’Al Jazeera, deux jours après avoir été abattue par les forces israéliennes alors qu’elle couvrait un raid en Cisjordanie occupée.

Alors que son corps quittait l’hôpital Saint-Joseph, la police israélienne a attaqué le cortège funéraire – forçant presque les porteurs du cercueil à le laisser tomber. Les forces israéliennes ont saisi les drapeaux palestiniens des personnes en deuil et ont ensuite brisé la vitre du corbillard transportant le corps d’Abu Akleh et arraché un drapeau palestinien.

Le Croissant Rouge de Jérusalem a déclaré que 33 personnes ont été blessées dans ces attaques et que six ont été hospitalisées. Les autorités israéliennes ont déclaré que six personnes ont été arrêtées après que des membres du cortège ont jeté des « pierres et des bouteilles de verre ».

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s’est dit « profondément troublé » par les violences, selon un porte-parole.

L’Union européenne s’est dite « consternée par la violence dans l’enceinte de l’hôpital Saint-Joseph et par le niveau de force inutile exercé par la police israélienne tout au long du cortège funéraire ».



Le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré que les États-Unis étaient « profondément troublés de voir les images de la police israélienne s’immiscer dans son cortège funéraire [vendredi]… Chaque famille mérite de pouvoir enterrer ses proches d’une manière digne et sans encombre ».

La porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a également qualifié ces images de « profondément bouleversantes ».

Elle a déclaré que l’accent aurait dû être mis sur « la commémoration d’une journaliste remarquable qui a perdu la vie ».

« Nous regrettons cette intrusion dans ce qui aurait dû être une procession pacifique », a-t-elle ajouté.

Mais lorsque les journalistes ont ensuite demandé au président américain Joe Biden s’il avait explicitement condamné les actions israéliennes lors des funérailles, il a répondu : « Je ne connais pas tous les détails, mais je sais que cela doit faire l’objet d’une enquête ».

Samedi, la fondation de l’archevêque sud-africain Desmond Tutu, lauréat du prix Nobel de la paix, a déclaré que les scènes de la police israélienne attaquant les porteurs du cercueil rappelaient de manière effrayante ce qui s’était passé lors des funérailles de militants anti-apartheid.

Al Jazeera a déclaré dans un communiqué que l’attaque de la police israélienne contre le cortège funéraire « viole toutes les normes et tous les droits internationaux ».

« Al Jazeera Media Network dénonce cette violence dans les termes les plus forts, et tient le gouvernement israélien pleinement responsable de la sûreté et de la sécurité de toutes les personnes en deuil et de la famille de notre collègue Shireen. »

Al Jazeera a également déclaré que « de telles violences ne le dissuaderont pas de rapporter la vérité ».

L’ONU, l’UE et les Nations unies ont soutenu les appels à une enquête complète sur le meurtre d’Abu Akleh.

Saleh Hijazi, directeur régional adjoint pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International, a déclaré à Al Jazeera que cette attaque était « conforme aux politiques et pratiques d’apartheid israéliennes contre les Palestiniens chaque fois qu’elles veulent réprimer et opprimer la liberté d’expression et les droits sociaux et culturels ».

« Le bilan des enquêtes israéliennes montre qu’il n’y a ni volonté ni capacité d’enquêter sur les violations des crimes lorsqu’il s’agit de Palestiniens. »

L’Autorité palestinienne a rejeté les appels israéliens à une enquête conjointe, qualifiant Israël d’ »autorité occupante ».

Diana Buttu, une avocate spécialisée dans les droits humains, a déclaré à Al Jazeera lors des funérailles d’Abu Akleh qu’elle était largement vénérée par les Palestiniens pour sa couverture médiatique de la vie sous l’occupation israélienne, et que la violence israélienne contre les personnes en deuil soulignait son influence.

« Tant de gens l’aimaient et continuent de l’aimer [pour] la force de ses reportages, mais aussi pour son amour de la Palestine », a déclaré M. Buttu.

« Les gens savent que ce que fait Israël est un crime de guerre. Elle se souciait de la façon dont l’occupation affectait les vies, en expliquant aux gens ce que l’occupation signifie à un niveau personnel. Elle aimait sincèrement les gens et était révoltée par l’occupation israélienne. »

Traduction : AFPS

© Eye on Palestine

SourceFRANCE-PALESTINE.ORG

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici