Le Billet de Marco Koskas. Invasion annuelle

LES + VUS CHEZ LES PRO

Comme chaque année à cette époque, l’Etat d’Israël ouvre ses portes aux Arabes de Judée – Samarie pendant une journée ou deux, peut—être même pendant toute la semaine de l’Aïd.

Rien ne justifie cette entrée de centaines de milliers de personnes, mais disons que ça fait partie des incohérences de la relation jamais réciproque avec nos voisins. Car si nous nous aventurons chez eux, c’est toujours en courant un risque majeur pour notre vie, alors qu’ils déambulent dans nos rues et sur nos plages, sans la moindre inquiétude, les femmes couvertes de la tête au pied comme des momies dans un film gore, et les hommes ventre à l’air, bedonnant et transpirant.

Un raccourci

Cette invasion crée en nous, les Juifs, un sentiment anxiogène qui est sans doute dû au fantasme d’invasion et de destruction que nous promettent les Arabes depuis 72 ans. C’est un raccourci de ce que nous subirions si nous n’étions pas en situation de supériorité militaire. Toute la beauté d’Israël, liberté et mixité, égalité et sensualité, disparaitrait ; toute la beauté de nos mélanges entre Falashas et Ukrainiens, culture kibboutznik et culture orientale, serait anéantie. Inutile de dire que nous respirons mieux, une fois qu’ils regagnent leurs pénates.

Incident contrôlé

Et pourtant, aujourd’hui sur la plage, un incident a éclairé ma lanterne. Un groupe de jeunes Arabes s’étant mis à jouer au foot sur le sable, je leur ai dit que c’était interdit. Je l’ai répété, mais ils faisaient la sourde oreille et continuaient à taper dans la balle. Je l’ai donc dit une troisième fois, et là, un Arabe a accouru, leur a ordonné de cesser leur partie et ils se sont arrêté. J’ai alors compris que cette invasion anxiogène était contrôlée jusqu’au moindre mouvement par leur police, en collaboration sans doute avec notre Ministère de l’Intérieur, la consigne étant d’éviter toute embrouille avec des Israéliens.

Mon anxiété a alors nettement décru, et je me suis dit que décidément, l’Etat d’Israël a quelque chose de plus qu’un état ordinaire. Quelque chose comme une force intérieure pour un individu, mais à l’échelon d’un état, pour organiser sans paniquer une telle “visite “.

© Marco Koskas

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 64804085_2318109531805409_6047190824645558272_n-300x300.jpg.

Marco Koskas, pensionnaire de la Villa Médicis de 1980 à 1982 et auteur, a publié récemment Aline Pour qu’Elle Revienne, décrit comme un “polar lyrique et déjanté”, et Sentimental Oxymore, une “série ” israélienne en 43 épisodes.

Pour le lecteur Juif, Marco Koskas est aussi le regard nécessaire car distancié porté sur les errements et l’israélophobie français

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook