Le fantôme d'Al-Qaeda plane encore

Alors que le terrorisme a encore frappé devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, l’organisation djihadiste est affaiblie, mais n’a rien perdu de sa volonté de mener des attaques.

Ce n’est qu’une vague silhouette et une voix chargée d’émotion. En ce vendredi 25 septembre, le témoin répondant au matricule 562SI s’adresse à la cour d’assises spéciale de Paris, derrière un store opaque. Il est le premier membre de la Direction générale de la sécurité intérieure à prendre la parole au procès des tueries de janvier 2015. Interrogé en visioconférence, il défend son service et réfute tout ratage. « Chaque attentat […] a été ressenti comme un échec par nous tous et nous a aussi blessés », assure-t-il, lorsque dans la salle, les téléphones se mettent à vibrer. Un message apparaît sur les écrans : « Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo. »  

Deux salariés de l’agence Premières Lignes viennent d’être gravement blessés à coups de hachoir, devant la fresque murale qui rend hommage à Cabu, à Charb, à Wolinski et à tous les autres. L’agresseur, un jeune Pakistanais, croyait que l’immeuble de la rue Nicolas-Appert dans le XIe arrondissement de Paris abritait toujours le siège du magazine satirique. 

Article réservé aux abonnés

Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous et profitez de notre OFFRE SPÉCIALE RENTRÉE

1€ /mois pendant 2 mois

Je m’abonne maintenant

SANS ENGAGEMENT

Inclus dans l’abonnement Numérique et Audio

  • Magazine audio et magazine numérique augmenté
  • Masterclass de L’Express
  • Accès illimité aux articles sans pub
  • Accès à toutes les newsletters

SourceLEXPRESS.FR

ARTICLES POPULAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire cette semaine

Derniers Commentaires

SourceLEXPRESS.FR