Le Qatar encourage les listes communautaires aux municipales en France

LES + VUS CHEZ LES PRO

By  | 

Durant une conférence organisée au sein d’un think tank qatari, les musulmans de France ont été appelés à “taper là où ça fait mal, il faut taper aux urnes” en présentant des listes communautaires aux élections municipales de 2020.
L’idée de présenter des listes communautaires aux élections municipales aurait pris forme trois semaines avant la manifestation parisienne du 10 novembre contre l’islamophobie, renommée Manif de la honte, lors d’une réunion du le Centre arabe de recherches et d’études politiques (Carep), le principal think tank qatari, rapporte Marianne. Celui-ci possède plusieurs filiales dans le monde, dont une à Paris.
Officiellement neutre, le Carep est la vitrine du lobbying politique du Qatar et des Frères musulmans. Fondé par l’ex-député arabe à la Knesset (le parlement monocaméral de l’État d’Israël siégeant à Jérusalem), Azmi Bishara, le think tank milite en faveur d’un renouveau du nationalisme arabe à travers une alliance stratégique avec l’« islam politique » cher aux Frères musulmans.

À Paris, c’est l’islamologue François Burgat, qui est aux manettes. Lui ne cache pas sa sensibilité aux idées véhiculées par les Frères musulmans. Selon Marianne, le 18 octobre, il prend la parole pour parler de «La France face à la radicalisation». La réunion se serait alors transformée en une charge contre la France, où l’heure est à l’«hystérie antimusulmane». Pour contrer cette dernière, François Burgat prône le vote communautariste et d’ajouter, selon l’hebdomadaire, que «tous ceux qui ne sont pas d’accord avec ce processus de criminalisation de la communauté musulmane doivent savoir qu’ils ont 6 millions de voix à portée de main». Alors, il invite les musulmans de France de «taper là où ça fait mal, il faut taper aux urnes, c’est l’endroit le plus fragile».
Source :
https://www.valeursactuelles.com/politique/le-qatar-encourage-les-listes-communautaires-aux-municipales-en-france-113991
Azmi Bishara est resté membre de la Knesset jusqu’à sa démission en 2007 et sa sortie définitive d’Israel après avoir été poursuivi juridiquement par Israël à la suite de plusieurs accusations, d’être un soutient du Hezbollah

happywheels

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook