le réseau qatari Al Jazeera enfin fermé à Jérusalem

Vues:

Date:

La Knesset adopte une loi pour fermer le réseau qatari Al Jazeera en Israël

Par Hana Levi Julien

Le Parlement israélien a finalement adopté un projet de loi qui accorde aux hauts ministres le pouvoir d’interdire les réseaux d’information étrangers considérés comme un risque pour la sécurité, comme Al Jazeera, propriété du Qatar , et les réseaux libanais Al Mayadeen , liés au Hezbollah .

La loi, adoptée par 70 voix contre 10, donne au Premier ministre Benjamin Netanyahu et au ministre des Communications Shlomo Karhi le pouvoir d’ordonner la fermeture des réseaux étrangers opérant en Israël et de saisir leurs équipements s’ils portent atteinte à la sécurité de l’État. .

Netanyahu a salué l’adoption de la loi par la Knesset et a promis d’« agir immédiatement » pour mettre fin aux opérations d’ Al Jazeera en Israël dans une déclaration publiée sur le réseau social X.

« Al Jazeera a porté atteinte à la sécurité d’Israël, a participé activement au massacre du 7 octobre et a incité à la haine contre les soldats de Tsahal », a écrit Netanyahu. « Il est temps de retirer le shofar du Hamas de notre pays.

« La chaîne terroriste Al Jazeera n’émettra plus depuis Israël. J’ai l’intention d’agir immédiatement conformément à la nouvelle loi pour arrêter l’activité de la chaîne.

« Je salue la loi promue par le ministre des Communications Shlomo Karai avec le soutien des membres de la coalition dirigée par le président de la coalition Ofir Katz. »

Al Jazeera, basée à Doha, est le porte-parole du gouvernement du Qatar. Mais le réseau aide également depuis des années les efforts des terroristes de l’Autorité palestinienne, en particulier ceux du Hamas, dont les dirigeants internationaux vivent une vie protégée d’un luxe sans précédent dans la capitale qatarienne.

En plus de publier des mensonges purs et simples sur les décisions du gouvernement israélien et les actions des Forces de défense israéliennes – comme l’affirmation selon laquelle des soldats de Tsahal auraient violé des femmes arabes lors d’opérations à Gaza – plusieurs journalistes du réseau ont été dénoncés comme de véritables terroristes du Hamas.

Les législateurs et les responsables gouvernementaux israéliens expriment depuis des années le désir de fermer Al Jazeera , mais un certain nombre de raisons ont empêché cette décision.

Tout d’abord, le Qatar est un proche allié des États-Unis, où se trouvent le quartier général avancé du CENTCOM (Commandement central) américain et le centre d’opérations aériennes combinées. Le gouvernement de Doha a également contribué à hauteur de plus de 8 milliards de dollars depuis 2003 au développement de la base aérienne d’Al-Udeid, utilisée par les forces américaines. La base a été construite en 1996 pour un coût de plus d’un milliard de dollars. En janvier dernier, les États-Unis ont discrètement signé un accord visant à prolonger leur présence militaire sur la base pour une décennie supplémentaire.

Le Qatar a également été profondément impliqué, aux côtés des États-Unis et de l’Égypte, dans la négociation de cessez-le-feu et de négociations de libération d’otages entre Israël et le Hamas, qui ont initialement conduit à une « hudna » (pause) temporaire et à la libération d’environ 100 des 253 otages kidnappés. par l’organisation terroriste lors du massacre de plus d’un millier de personnes le 7 octobre dans le sud d’Israël, déclenchant une guerre contre l’État juif qui se poursuit encore aujourd’hui.

Mais tout comme le Hamas a violé un cessez-le-feu en vigueur lorsqu’il a lancé sa guerre contre Israël le Shabbat Simhat Torah (7 octobre), le Hamas a également violé le cessez-le-feu en vigueur en novembre et a refusé toutes les offres faites depuis.

Les craintes de provoquer la colère du Qatar ont depuis été dépassées par la révélation selon laquelle les journalistes d’Al Jazeera étaient des terroristes du Hamas et directement impliqués dans le massacre du 7 octobre, ainsi que par la connaissance que le Qatar – qui avait le pouvoir de faire pression sur le Hamas pour qu’il conclue un accord pour libérer les otages – a plutôt choisi de ne pas le faire.

JForum.fr avec www.jewishpress.com

Muhammad Samir Wishah, journaliste d’Al Jazeera, lorsqu’il ne travaille pas en tant que commandant militaire du Hamas à Gaza.Crédit photo : Porte-parole de Tsahal Avichay Adraee / X

La rédaction de JForum, retirera d’office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

La source de cet article se trouve sur ce site

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER:

spot_imgspot_img