Le ton monte entre le Hamas et Israël, la situation devient tendue

Vue aérienne de tirs israéliens sur la bande de Gaza en réponse aux tirs de roquettes du Hamas.

La subvention qatarie fonctionne comme une horloge, il n’y a pas de retard dans le développement des infrastructures dans la bande de Gaza et l’espace de pêche n’a pas été réduit. Alors, qu’y a-t-il derrière le lancement de ces roquettes durant ces dernières nuits?

Il peut y avoir un lien avec la célébration par le Hamas du 20e anniversaire du début des bombardements, mais la réponse réside probablement dans la tentative israélienne de l’empêcher de remporter la victoire électorale en Judée-Samarie, notamment vu la crise politique qui règne au sein du parlement palestinien précédant la tenue d’élections.

Pendant deux jours consécutifs, une seule roquette a été lancée depuis la bande de Gaza dans une zone dégagée de la bande de Gaza ce qui a déclenché une alarme de couleur rouge, sans causer de dégâts en territoire israélien. Lorsqu’un tir de roquette non ponctuel est tiré, une question légitime se pose immédiatement: pourquoi? Quel message Gaza essaie-t-il de transmettre et à qui?

La subvention qatarie fonctionne-t-elle vraiment comme sur des roulettes? La réponse est oui.

Israël retarde-t-il soudainement des projets d’infrastructure à Gaza dont la réalisation a déjà été acceptée? La réponse est non.

L’espace de pêche maritime dans la bande de Gaza a-t-il été récemment réduit? La réponse est pas vraiment.

Alors, quelle est la raison? Il y a deux possibles. L’une est liée à un lamentable « anniversaire » de la part d’Israël et l’autre est généralement liée à la Judée-Samarie où des élections doivent avoir lieu.

Exactement vendredi il y a 20 ans, le 16 avril 2001, le Hamas avait tiré la première roquette depuis la bande de Gaza sur le territoire israélien. Or, peu de temps après la fusillade qui a suivi suite le tir de roquette, une source de Gaza a envoyé un message avec trois éléments: des émojis de gâteau de roquettes et à côté d’eux le numéro 20. Entre les deux, il était écrit en arabe « Joyeux anniversaire ».

Tirs de roquettes du Hamas sur Israël.

Le motif semble plausible, mais le Hamas n’est pas une organisation qui risquerait ses ressources militaires pour marquer un anniversaire ou un autre. De plus, il s’agit d’un tournage qui dure deux jours consécutifs, donc la probabilité que ce soit la raison du tournage est assez faible.

En revanche, ces dernières semaines, un événement complexe a eu lieu en Judée-Samarie, dont le début a été pris en compte, ce qui peut avoir des conséquences à  partir de la bande de Gaza. Depuis qu’Abou Mazen a signé un ordre de tenir des élections au parlement palestinien et que le Hamas a annoncé qu’il y participerait, l’establishment de la défense israélienne a commencé à resserrer son emprise sur l’infrastructure civile du Hamas en Judée-Samarie.

Cela implique l’arrestation de dizaines de membres du Hamas, dont certains appartiennent à l’échelon le plus élevé de l’organisation en Judée-Samarie. Les  arrestations ont été effectuées de députés du Hamas, des membres de haut niveau de l’organisation, des membres du Hamas faisant partie de la faction formée par l’organisation pour les prochaines élections législatives, des étudiants membres de la cellule islamique (Mur occidental) des universités et des prisonniers libérés affiliés. a l’organisation.

Les arrestations ne se sont pas concentrées dans une zone où le Hamas est fort, mais dans toutes les zones et districts de Judée-Samarie, de Djénine au nord à  Hébron au sud. La plupart des détenus ont été libérés peu de temps après leur interrogatoire et un appel de clarification du GSS. Dans certains cas, des membres des forces de sécurité sont venus au domicile de hauts responsables du Hamas en Judée-Samarie qui ont été avertis de ne pas se présenter en tant que « Hamas »:

De la ville de Dura  près d’Hébron ville où se trouve le frère du Fatah senior, Jibril Rajoub, celui-ci affirme que dans l’appel d’avertissement tenu à son domicile, il lui a été clairement signifié que la seule chose qu’il pouvait faire lors de cette élection est d’aller aux urnes et de voter.

La première vague d’arrestations contre des membres du Hamas en Judée-Samarie avait commencé en février dernier. Mais ensuite, le chef du Hamas à Gaza Yahya Sinwar a lancé un ultimatum et a menacé que si Israël perturbe les élections palestiniennes, le Hamas prendra soin de perturber les élections israéliennes.

Le message semble avoir été reçu et pendant un mois entier ‒ de la fin février au jour des élections israéliennes le 23 mars ‒ les services de sécurité ont complètement arrêté les arrestations contre les membres du Hamas afin de ne pas être entraînés dans une escalade militaire la veille des élections ou le jour même du scrutin. Mais l ‘«exemption» que le Hamas a reçue n’a pris fin que quelques heures après la clôture du scrutin, lorsque la deuxième vague d’arrestations qui se poursuit à ce jour a commencé.

Abou Mazen. Jours critiques avant les élections du mois prochain.

Les élections parlementaires palestiniennes auront lieu (si elles ne sont pas annulées ‒ mais c’est une autre histoire) dans un peu plus d’un mois. Ce sont des jours critiques où toutes les factions, y compris la faction du Hamas, entrent au sommet de la campagne. Israël, pour sa part, est déterminé à ne pas laisser le Hamas de prendre la tête en Judée-Samarie ‒ même s’il est parrainé par la campagne électorale.

Ces deux cas de figure sont sur une trajectoire directe de confrontation, sur laquelle les signaux ont été transmis au cours des 48 dernières heures. Le Hamas signale des tirs de harcèlement qui ne visent pas encore les zones habitées israéliennes (oui, les tirs en plein air sont destinés à frapper l’espace ouvert) et Israël, pour sa part, se prépare à réagir énergiquement en portant atteinte aux actifs importants du Hamas, actifs qui ne sont généralement pas inclus dans la cible pour les lancements de roquettes à tir unique).

Cela veut dire, en fin de compte, qu’Israël et le Hamas parlent actuellement dans la bande de Gaza d’un conflit qui a lieu en Judée-Samarie. Tant que les élections palestiniennes sont si arbitraires et que le processus est en place, il va de soi que les chances d’une escalade militaire dans le sud aient lieu. Mais comme indiqué précédemment, ces élection s, pour de nombreuses autres raisons, peuvent être annulées ou reportées à une autre date ultérieure inconnue.

Traduit de l’hébreu par Eliezer Zis pour JForum ‒ ynet news

SourceJFORUM.FR

ARTICLES POPULAIRES

1 COMMENTAIRE

  1. Photo plus que ridicule : « State of Palestine ». Ces abrutis aiment rêver, cela leur évite l’effort de faire ce qu’il faut pour obtenir ce qu’ils désirent. Surtout lorsque, comme dans ce cas, leur revendication est injustifiée et infondée. Totalement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire cette semaine

Derniers Commentaires