Les enfants palestiniens traumatisés par les invasions de domicile israéliennes

LES + VUS CHEZ LES PRO

Nidal Rajabe affirme que ses enfants sont traumatisés et dans un état de peur permanent, car sa maison familiale de Silwan, à Jérusalem-Est occupée, a été envahie à plusieurs reprises par les forces de sécurité israéliennes.

« Mes enfants ne peuvent pas dormir tranquillement la nuit, ils ont toujours peur de la prochaine descente de la police », a déclaré Nidal Rajabe à Al Jazeera.

Il a déclaré que des membres de sa famille avaient été arrêtés lors de ces raids, notamment son fils Harby, âgé de 17 ans, mais il pense également qu’ils étaient destinés à l’intimider.

Rajabe est l’un des plus de 1 500 résidents palestiniens de Silwan menacés de démolition de leur maison et d’expulsion forcée.

Israël a affirmé que les ordres de démolition sont émis à l’encontre des personnes qui ont construit des propriétés sans permis de construire.

Les résidents palestiniens et les groupes de défense des droits de l’homme affirment qu’Israël rend presque impossible pour les Palestiniens d’obtenir les permis de construire requis et que cette politique israélienne est un plan délibéré pour judaïser le secteur est de la ville.

La boucherie de Rajabe a été démolie en juillet pour défaut de permis de construire. Sa maison est également menacée de démolition pour la même raison.

Lorsque les forces de sécurité israéliennes, accompagnées de bulldozers, ont envahi son commerce pour procéder à la démolition, Rajabe affirme que lui et plusieurs de ses frères ont été agressés et emprisonnés pendant quelques jours pour avoir résisté à l’arrestation.

Harby, le fils de Rajabe, a reçu une balle dans le dos des forces israéliennes lors d’une manifestation contre la démolition. Il a subi une intervention chirurgicale pour retirer les éclats d’obus de ses organes internes après que la balle ait explosé à l’intérieur. Il a maintenant du mal à marcher.

« Harby a été profondément traumatisé par son expérience, mais mes autres enfants aussi : Ahmed, 17 ans, Marwa, 13 ans, et les jumeaux Muhammad et Bisan, 9 ans, et cela a affecté leur comportement », a déclaré Rajabe à Al Jazeera.

Les groupes de défense des droits de l’homme et les défenseurs de la médecine affirment que les raids israéliens ont un effet désastreux sur la santé mentale des enfants palestiniens.

Un rapport intitulé A Life Exposed (Une vie exposée) publié à la fin de l’année dernière par trois organisations israéliennes de défense des droits de l’homme – Physicians for Human Rights Israel, Yesh Din et Breaking the Silence – documente les graves répercussions sur la santé mentale, y compris sur les enfants, des raids israéliens sur les maisons palestiniennes en Cisjordanie occupée.

Le rapport s’appuie sur trois années de recherche comprenant 158 entretiens avec des Palestiniens qui ont subi des invasions de domicile, ainsi qu’avec plus de 40 soldats qui les ont exécutées.

« La menace omniprésente d’une éventuelle invasion fait de cette politique un outil violent et oppressif qui sert d’élément central au système israélien de contrôle de la population palestinienne », ont déclaré les chercheurs – ajoutant que « les invasions de domicile peuvent sérieusement entraver le fonctionnement quotidien et le développement émotionnel et mental des adultes et des enfants ».

Les raids durent normalement 80 minutes, impliquent entre une poignée et une trentaine de soldats et ont généralement lieu la nuit.

Les groupes de défense des droits des Israéliens ont déclaré que les forces de sécurité israéliennes effectuaient des raids sur des maisons palestiniennes pour y chercher de l’argent, des armes ou d’autres objets, pour procéder à des arrestations, pour examiner les caractéristiques physiques de la maison et l’identité de ses occupants, et pour saisir des biens pour des besoins opérationnels de sécurité, comme l’installation d’un poste d’observation.

Mais alors que l’armée prétendait que ces raids étaient effectués pour des raisons de sécurité, les auteurs du rapport ont conclu qu’ils étaient surtout utilisés comme un outil pour « créer une dissuasion et une intimidation afin d’accroître le contrôle militaire sur la population ».

Citant le rapport, ainsi que d’autres recherches, un éditorial du journal BMJ Paediatrics Open publié la semaine dernière a déclaré que la façon dont les invasions de domicile sont menées constitue une violation de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant – qu’Israël a ratifiée.

« Les invasions de domicile par l’armée israélienne se caractérisent par un usage injustifiable et excessif de la force, l’arbitraire, l’imprévisibilité et la fréquence, laissant les familles et les individus vulnérables aux décisions des soldats, qui détiennent un immense pouvoir », indique l’éditorial.

« Ils infligent des dommages psychologiques aux individus et aux communautés, car ils impliquent une intrusion soudaine et forcée dans l’espace privé des victimes, ainsi qu’une menace réelle de dommages physiques. »

L’éditorial appelle les organisations pédiatriques israéliennes et internationales à s’exprimer au nom des enfants traumatisés par les raids israéliens et « à agir en tant que représentants des enfants qui n’ont pas de voix et à appeler le gouvernement israélien à mettre fin à ces pratiques gravement nuisibles ».

L’éditorial indique que les invasions forcées de domicile interviennent dans un contexte de traumatisme déjà élevé, citant des recherches qui suggèrent que la prévalence du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) chez les enfants vivant en Cisjordanie occupée est estimée entre 34,1 % et 50,4 %, contre une moyenne de 6,8 % à 12,2 % dans le monde.

Les autorités israéliennes n’ont pas répondu à une demande de commentaire sur cette histoire.

« Son arrestation nous a choqués »

Khalid Shteiwi, 15 ans, du village de Kafr Qaddoum, près de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie, vit toujours dans la crainte d’être à nouveau détenu après avoir été arrêté il y a deux ans et emprisonné pendant quatre jours.

« Je ne m’attendais pas à être arrêté lorsque les soldats sont arrivés, car c’est généralement mon père qui est arrêté. J’ai donc été très surpris lorsqu’ils m’ont bandé les yeux et m’ont emmené dans une jeep militaire, car je ne savais pas où ils m’emmenaient ni ce qu’ils comptaient me faire », a déclaré Khalid à Al Jazeera.

Pendant son interrogatoire, il a été accusé d’avoir pris part à des manifestations. Après sa libération, l’adolescent a eu du mal à formuler ses expériences et s’est renfermé sur lui-même. Il a dit avoir été battu et n’avoir reçu ni nourriture ni eau pendant des heures au cours de sa détention.

« Nous avons dû le surveiller de près et lui apporter beaucoup de soutien car son arrestation nous a tous choqués », a déclaré son père, Murad Shteiwi, à Al Jazeera.

Mourad Shteiwi est l’un des principaux organisateurs des manifestations hebdomadaires de Kafr Qaddoum contre l’expropriation par les autorités israéliennes de grandes étendues de terres du village au profit de la colonie illégale voisine de Qadumim.

L’expropriation a bloqué une route du village menant à la ville commerciale la plus proche, Naplouse, obligeant les villageois à emprunter une route plus longue et détournée pour rejoindre la ville.

« Mes autres enfants sont encore effrayés par les précédents raids chez moi pour m’arrêter et par le ciblage régulier de notre maison avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc », a déclaré Shteiwi.

« Mais comme la résistance à l’occupation israélienne fait partie de mon engagement en tant que membre du comité impliqué dans les manifestations, je suis mieux placé pour expliquer la situation à mes enfants et leur offrir le soutien émotionnel et psychologique nécessaire ». Les autres enfants du village n’ont pas cette chance. »

Pendant ce temps, la famille Tamimi du village de Nabi Saleh, près de Ramallah, pleure la perte de leur fils Muhammad Tamimi, 17 ans, qui est mort en août après que des soldats israéliens lui ont tiré trois fois dans le dos à balles réelles lors d’un raid sur le village.

« Muhammad était dans la cour arrière lorsque les soldats ont tiré des gaz lacrymogènes dans notre maison, m’obligeant à emmener les autres jeunes enfants dans les pièces intérieures de la maison pour leur sécurité », a déclaré sa mère Bara Tamimi à Al Jazeera en se remémorant les événements qui ont conduit au meurtre de Muhammad.

« Mon plus jeune fils, Omar, qui a trois ans, demande encore sans cesse où est Muhammad et l’appelle. »

Traduction : AFPS

SourceFRANCE-PALESTINE.ORG

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook