La source de cet article se trouve sur ce site

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian a réagi ce lundi à l’annonce du président algérien Abdelaziz Bouteflika.

« L’espoir » de la France. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian « salue » la décision du président algérien Abdelaziz Bouteflika, qui a annoncé ce lundi qu’il abandonnait sa candidature à un 5e mandat présidentiel, après deux semaines de manifestations inédites en Algérie depuis son arrivée au pouvoir. Le ministre salue également sa décision de « prendre des mesures pour rénover le système politique algérien ». 

« Au lendemain des grandes manifestations, qui se sont déroulées dans le calme et la dignité à travers toute l’Algérie, la France exprime l’espoir qu’une nouvelle dynamique à même de répondre aux aspirations profondes du peuple algérien puisse s’engager rapidement », ajoute le ministre dans son communiqué. 

« La France réitère son attachement à ses liens d’amitié avec l’Algérie en formant des voeux de paix, de stabilité et de prospérité pour l’ensemble de son peuple », conclut le ministre. La France et l’Algérie ont des liens étroits mais complexes, fruits notamment de l’Histoire, quand l’Algérie a été colonie française, du XIXe siècle jusqu’en 1962. 

« Pas d’ingérence »

« La France prend acte du renoncement du président Bouteflika », avait déclaré un peu plus tôt le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal. 

« Je ne crois pas avoir beaucoup d’autres commentaires à faire. Les Algériens tiennent à ce qu’on respecte leur indépendance, leur souveraineté, ils ne veulent pas qu’on fasse de l’ingérence », a poursuivi Gabriel Attal lors de l’émission Audition Publique sur LCP et Public Sénat, en partenariat avec l’AFP et Le Figaro

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here