23.8 C
Jérusalem
samedi 4 avril 2020

Menaces chimiques des conteneurs maritimes : le Technion et la BGU du Néguev (Israël) partenaires du projet Cosmic (UE)

Le groupe de services IT Atos contribue au développement du système COSMIC de détection des menaces chimiques dans des conteneurs maritimes. Le groupe français de services du numérique Atos multiplie les alliances stratégiques. Comme en témoigne sa participation active au projet européen COSMIC.

Dans le cadre du programme Horizon 2020 pour la recherche et l’innovation, le projet COSMIC est doté d’un financement européen de 3,5 millions d’euros. Plus de 350000 euros de contribution européenne revenant à Atos, par le biais de son entité espagnole. Ce projet de recherche a débuté à l’automne 2018 pour une durée de 30 mois.

Ce projet implique neuf partenaires : outre Atos, les entreprises Lingacom qui coordonne l’ensemble du projet COSMIC et SEADM (Sociedad Europea de Análisis Diferencial de Movilidad) sont engagées. Et trois instituts de recherche : le Technion et l’université Ben Gourion du Néguev en Israël (BGU), ainsi que le Conseil supérieur espagnol de la recherche scientifique (CSIC).

COSMIC est en cours de développement. Il porte sur la création d’un système d’inspection et de détection par capteurs de composants CBRNE (chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosifs) introduits dans des conteneurs.

Il vise, par extension, à lutter contre la menace terroriste, le vol et la contrebande. L’Union européenne et ses partenaires redoutant l’introduction clandestine de composants CBRNE dans des conteneurs et des véhicules aux abords des ports maritimes et aux frontières.

Quel rôle pour Atos ?

Atos, via sa filiale espagnole, pilote le groupe de travail System Analytics and User. Le groupe est en charge du développement du système COSMIC. Il doit analyser les sorties des dispositifs et capteurs utilisés, et d’autres informations issues de sources externes. Le logiciel et les algorithmes vont donc à la fois gérer les capteurs et les données.

« L’ensemble doit permettre l’inspection rapide d’un grand nombre de conteneurs et de véhicules», explique le groupe. « Une inspection en trois étapes (primaire, secondaire, ciblée) est prévue. Seuls les conteneurs non suspects seront libérés rapidement afin de poursuivre leur parcours ».

Trois administrations (douanes néerlandaises, police nationale israélienne et Guardia Civil espagnole) sont également représentées.

Ariane Beky pour silicon

ARTICLES POPULAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire cette semaine

Coronavirus. Israël réoutille des chaînes de production de missiles pour produire en masse des ventilateurs.

Israël a converti une installation de production de missiles pour produire en masse des ventilateurs et compenser une pénurie de machines de sauvetage alors...

Sarah Cattan. Sarah Halimi, jetée il y a 3 ans vivante par la fenêtre en plein Paris, parce que Juive.

C’était il y a déjà trois ans. C’était il y a seulement trois ans. C’est selon. C’était en 2017, donc. Il est, au moment où j’écris, vingt-deux heures et...

COVID-19 : Israël aide ses travailleurs et entreprises avec des mesures de soutien des liquidités

L’épidémie du coronavirus a largement affecté l’économie israélienne, avec plus d’un million d’Israéliens inscrits aux allocations chômage pour la première fois dans l’histoire du...

Tentative de meurtre à caractère terroriste sur un surveillant de la prison de Laon

Ce matin au centre de pénitentiaire de Laon, un 1er surveillant a subi l’assaut d’un détenu muni d’une paire de ciseaux. Il a crié...

Derniers Commentaires