Passerelle des Moughrabim : l’Etat demande un nouveau report !

LES + VUS CHEZ LES PRO

L’Etat – c’est à dire le gouvernement – a demandé à la Cour suprême un nouveau report de deux semaines pour fournir sa réponse aux requêtes déposée par le Fonds pour le patrimoine du Kotel et par des fidèles pour la réfection définitive de la Passerelle des Moughrabim. La saga de la Passerelle des Moughrabim, près du Kotel, est l’un des symboles de la renonciation incompréhensible d’Israël à sa souveraineté sur le Mont du Temple par peur des réactions internationales et d’émeutes musulmanes.

Cela fait plusieurs années que des ingénieurs avertissent des risques d’un effondrement de cette passerelle en bois, censée être « provisoire » depuis des années, et qui est la seule voie d’accès au Mont du Temple autorisée par les musulmans aux non-musulmans. Elle est également située au-dessus de l’espace réservée aux femmes devant le Kotel. Le bois y est fortement attaqué et fissuré. Mais à chaque fois qu’Israël a évoqué une volonté de faire rénover cette passerelle en une infrastructure solide, les gouvernements successifs ont fait marche arrière suite aux protestations de la Jordanie, de l’Autorité Palestinienne et aux menaces « d’embrasement général » de la part d’organisations islamiques. L’Etat s’est toujours contenté d’y faire effectuer discrètement des travaux mineurs mais qui ne suppriment pas le danger d’un effondrement qui pourrait avoir un lourd prix en vie humaines parmi les femmes qui prient devant le Kotel. Un drame dont la responsabilité serait alors imputée à Israël !

Aussi bien les ingénieurs que les organisations juives liées au Kotel et au Mont du Temple exhortent le gouvernement à remplacer une fois pour toutes cette passerelle par une nouvelle infrastructure solide, ce qui relève normalement des prérogatives élémentaires d’un Etat souverain sur sa capitale. La « complexité politique » évoquée par les gouvernements et les organes sécuritaires pour ne pas agir n’est en fait que le résultat d’une  situation dans laquelle ces gouvernements ont bien voulu se soumettre par une renonciation à l’application de la souveraineté. Une faiblesse qui n’attire que davantage d’ingérences et de menaces. La situation est telle que l’on arrive à des propositions absurdes : l’ancienne conseillère municipale de Jérusalem, Mina Fenton, qui est l’une des requérantes, demande à ce que l’espace réservé aux femme soit fermé tant que le passerelles ne sera pas réparée. Autrement dit, tout comme les visites de Juifs sur l’Esplanade du Temple, il est plus facile de punir les Juifs que de se mesurer aux exigences et menaces musulmanes.

Une issue positive à cette question est moins que probable à l’heure actuelle car ce genre de décision dépend en premier ressort du Premier ministre, qui est en l’occurrence l’otage du parti des Frères Musulmans qui affirmait encore récemment que les Juifs n’ont aucun droit sur le Mont du Temple.

Photo Nati Shohat / Flash 90

SourceLPHINFO.COM

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook