Pierre Saba – Comment frapper les antisémites

A Strasbourg, un ressortissant algérien, employé par la compagnie de portage à domicile Deliveroo, refuse à deux reprises de prendre commande une fois arrivé dans deux restaurant casher. Il annule sur place et d’autorité les commandes. Il indique aux restaurateurs comme s’il s’agissait d’actes naturels qu’il ne sert pas les Juifs et que la commande est annulée !

Les restaurateurs victimes ont porté plainte. Se sont portées parties civiles les associations locales SOS-RACISME, LICRA, MRAP, CRIF, consistoire israélite départemental et le BNCVA (lutte pénale contre l’antisémitisme)

Saisi, le tribunal correctionnel de Strasbourg, sous l’autorité du président Gautier, condamne en comparution immédiate le délinquant antisémite à quatre mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Il précise que « toute discrimination est interdite en France par la Loi » et qu’il convient de « respecter tout le monde dans ce pays ». Il condamne le délinquant à verser mille euros de préjudice moral aux restaurateurs victimes et des dommages aux associations qui se sont portées partie civile.

Le délinquant antisémite algérien est de surcroît présent en France sans droit ni titre ! Il dispose d’un visa de tourisme de trois mois amplement dépassé. Il travaille sans visas de travail ni de séjour. Il fait l’objet de l’obligation préfectorale de quitter le territoire français à l’issue de la peine prononcée par le tribunal correctionnel.

Fort informé des risques aggravants d’antisémitisme qu’il encoure, l’algérien antisémite tente vainement de reconnaître les faits… à l’exclusion de la phrase de boycott antisémite.

Illustration. DR

Hésitante au début à dévoiler l’identité du livreur antisémite, Deliveroo met finalement un terme au contrat de collaboration avec lui.

Le comportement antisémite de ce livreur et celui de Deliveroo, les réactions des restaurateurs et des associations antiracistes, et le jugement correctionnel portent quelques indications.

1- La présence illégale de ce livreur en France aurait pu l’inciter à la discrétion en vue d’une éventuelle intégration à la communauté nationale.

Il n’en est rien ! Au contraire, sa présence illégale lui sert à enfreindre les principes de droits humains, à violer la législation antiraciste et à provoquer des incidents antisémites avec une assurance que les légistes français feraient bien d’examiner.

C’est ici un ressortissant illégal qui offense des citoyens français en raison de leur participation à un établissement casher qui proposerait de la cuisine israélienne, bref, encore et toujours en France à des Français juifs.

L’assurance du délinquant antisémite repose sur la réputation d’inaction et d’impuissance des services de police et de justice dans la lutte contre l’antisémitisme en France.

2- Les restaurateurs auraient pu ne pas poursuivre. On les aurait compris, tant la charge conjuguée de victime et de plaignant exige d’importants efforts.

En optant pour la réaction pénale, ils participent au découragement des délinquants antisémites qui ne manquent pas de diffuser entre eux les résultats de l’antisémitisme du livreur. Ils cassent la mansuétude inadmissible qui entoure ces antisémites qui se croient désormais tout permis comme la suggéré le président Gautier.

3- L’application de la Loi par le tribunal correctionnel, les peines fiduciaires, l’obligation de sortie du pays et le contrôle préfectoral constituent un avertissement réel et palpable à cet antisémite comme à tous les autres.

4- Quid de l’emploi par Deliveroo de personnes sans permis et dont l’antisémite algérien condamné est issu ?

Le dénouement correctionnel de Strasbourg est l’expression insigne de l’application de la Loi, la démonstration de l’exemple à suivre (restaurateurs, associations de défense des droits cultuels et humains, préfecture), de l’exemple à ne pas suivre (livreur antisémite).

Cette expression est publique. Elle est le contraire du « cacher sous le tapis » de ce qui gêne. Elle est éminemment prophylactique. Elle place les victimes en situation de demander des comptes à la société via l procédure judiciaire.

Elle constitue un moyen sûr de lutter contre la haine et la bêtise antisémites, la forfanterie et l’inactivité publique.

L’utilisation de l’instrument juridique et judiciaire de la lutte contre l’antisémitisme élimine l’injustice de la haine par l’efficacité.

Pierre Saba

L’article Pierre Saba – Comment frapper les antisémites est apparu en premier sur Tribune Juive.

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

ARTICLES POPULAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire cette semaine

Derniers Commentaires