Pierre Saba. Instrumentalisations paravirales

LES + VUS CHEZ LES PRO

Le virus sars-cov-2 (C19) ravage les corps et les esprits.

Certains courent après le vaccin ad hoc, d’autres le fuient, d’autres encore le fuient après l’avoir cherché et inversement !

Il a longtemps été expliqué que les vaccins ne concernaient pas les virus. Avec la C19, le vaccin est détaillé comme particulier et le plus efficace possible, en dépit de sa jeunesse.

Pas plus que les autres, les vaccins anti C19 ne sont pas infaillibles. Pas plus que les autres, ils ne présentent chimiquement ni biologiquement des difficultés d’ordre immunitaire. En toutes hypothèses médicales, les risques à court, long et moyen termes des vaccins sont présentés aux publics par les scientifiques homologués comme inexistants ou infiniment inférieurs à ceux de la C19. Autrement dit, on meurt plus du virus que de « ses » vaccins.

Ces diffusions rationnelles n’en sont pas moins aléatoires et confuses. En face, c’est la peur, l’opacité, la dissimulation, l’instrumentalisation.

Des minorités démographiques ont peur du vaccin en général, de celui destiné à la C19 en particulier. Les motifs tournent autour de l’efficacité, des incidences sur la santé personnelle des récipiendaires, etc.

Les tergiversations des pouvoirs publics du monde entier sont interprétées comme la volonté de rendre opaque l’administration vaccinale.

Les adversaires du vaccin insistent peu sur les incidences de la C19 sur les corps des personnes privées et les sociétés civiles.

La peur pour soi et les siens proches, l’absence de solidarité envers autrui sont des sentiments qui sont dissimulés par le défi des profanes au scientifiques, et l’instrumentalisation des dogmes confessionnels à des fins d’intérêts personnels.

Les adversaires du vaccin exigent que leurs récriminations soient hissées au niveau des arguments des spécialistes. Ils exigent d’être cités autant de fois que nécessaire alors qu’ils représentent une minorité face aux majorités des partisans du vaccin. Ils manipulent idées générales, concepts cliniques, dogmes religieux afin de cacher leur peur personnelle au demeurant parfaitement légitime!

Tenter d’investir la conscience d’autrui est un exercice vain. Ceci est vrai pour les partisans comme pour les adversaires du vaccin. Au regard des victimes & des résultats généraux, penser que manipuler, instrumentaliser, cosmétiser sa peur du vaccin en valeur de liberté nationale et personnelle est une indécence qui s’accompagne de comparaisons historiques abjectes (étoile jaune, shoa, dictature, etc) que contrarient les contre pouvoirs (parlements, juges, etc).

Que chacun assume ses positions et ses contradictions!

Les adeptes du vaccin doivent être satisfaits du renforcement de leurs immunités à risques minima.

Les adversaires du vaccin doivent assumer leurs peurs personnelles, ne plus se cacher derrière des considérations politiques, commerciales, idéologiques, institutionnelles, confessionnelles qui ne dépassent jamais le stade de l’invective sans jamais atteindre quelque démonstration théorique ni scientifique qui soient.

A la confusion normale installée autour de ce virus s’agrègent inutilement des manipulations à vocation personnelle.

Nec temere, nec timide : sans imprudence et sans peur disaient déjà les Latins !

Pierre Saba

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook