Pierre Saba – Les institutions ne valent que ce que valent ceux qui les servent

0
34

On ne le dira jamais assez, Israël est en légitime défense depuis les agressions qu’elle accuse de la part d’Etats ennemis en 1948. L’Etat hébreu organise depuis soixante-et onze ans la défense de sa population face à la terreur et aux bombardements par les forces ennemies.

Le système électoral (proportionnelle quasi-intégrale) et le régime parlementaire des partis en vigueur en Israël ne sont pas à proprement parlé des facilitateurs de quiétude institutionnelle.

Pourtant, le pays fonctionne, se développe, prospère, participe à l’économie comme à l’intelligence mondiale… tant que les rouages des pouvoirs publics ne sont pas bloqués.

C’est précisément la situation. Trois élections législatives consécutives attestent de la paralysie des instituions et ne permettent toujours pas la constitution d’un cabinet de coalition. Le chef du gouvernement expédie les affaires courantes, gère les problèmes de l’Etat et ceux, pointus, de sa sécurité nationale. Il ne peut procéder à des décisions budgétaires ni exécuter une politique générale de fond.

Aux sujets chroniques se greffe dorénavant le drame du virus mondial Covid19 qui ajoute de plein fouet la priorité sanitaire à celles de l’économie, de la politique et des institutions.

Certes, on ne peut trop compter sur les institutions ni sur les résultats électoraux pour sortir le pays de la division qui le paralyse. Mais ni le niveau, ni la qualité des relations entre les responsables politiques israéliens ne permettent une quelconque équation qui permettrait au pays de sortir de la crise.

A ce stade, seuls des accords de personnes, de partis et de programmes politiques pourraient y faire face comme c’est le cas depuis l’indépendance du pays en 1948.

L’aréopage politique israélien – toutes tendances confondues – porte une triste responsabilité dans la somme des altercations que subit en ces périlleux instants sanitaires le peuple israélien.

Pierre Saba

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici