pourquoi Chavouot est appelée Fête de clôture? Vidéo

Vues:

Date:

pourquoi Chavouot est appelée Fête de clôture? Vidéo

La plupart des fêtes du judaïsme possèdent plusieurs noms. Shavouoth, qui en français  est traduit par Pentecôte est désignée aussi par plusieurs appellations. Shavouoth est  la fête des semaines car elle est célébrée au terme des 7 semaines pendant lesquelles  nous comptons chaque soir qu’un jour de plus s’est écoulé et, c’est au cinquantième  jour qu’a lieu cette fête. 50 Jours c’est d’ailleurs la traduction littérale de Pentecôte du  grec Pentecostes ou cinquantième.

Ce jour se nomme aussi fête des prémices ou Hag HaBikourim car c’est à Chavouoth  que l’on offrait au Temple les prémices des nouveaux fruits qui apparaissaient alors sur les arbres : abricots, amandes, pêches, cerises… Hag Matane Torah ou la fête du  Don de la Torah.

Dans la Guemara, cette même célébration est évoquée différemment : Atsereth ou  clôture. La fête de Souccoth dure sept jours et le 8ème qui est selon les termes de la  Torah une « convocation sainte », est désignée comme « Shemini, Hag HaAtsereth » soit  huitième, fête de la clôture.

Clôture de quoi ? En fait, lorsque HaShem parle à Moïse au sujet du don de la Torah  au Peuple sur le Mont Sinaï, IL lui demande de bien avertir ce peuple aux réactions  brutales et imprévisibles de ne pas s’approcher des pieds de la montagne pour ne pas  mourir. De mettre, en quelque sorte, une clôture, pour qu’elle rappelle sans cesse la  Sainteté du lieu. Cette clôture est donc si importante que les Sages de la Guemara ont choisi de citer cette fête de par cette clôture ?

A Pessah, il y a un rituel particulier (le seder) qui incite les jeunes et les esprits curieux  à se renseigner sur ces signes : pessah, matsa ou maror. A Rosh HaShana, nous avons  aussi un seder différent mais qui font que les jeunes enfants et même les moins jeunes  s’interrogent sur les raisons de ce rituel. A Souccoth, la soucca, les arba minim, le seder  des ouspizine, intriguent aussi.

A Chavouoth, rien de particulier sinon que dans certaines communautés sur deux  repas on ne consommera que des mets lactés ou un repas lacté et un à base de  viande… A telle enseigne que même le Ramo (R’ Moshé Isserlèss), suggère de faire un  pain à base de beurre et un normal, parvé. Et que la nuit de cette journée de  Shavouoth les hommes vont se rendre à la synagogue/yéshiva pour y étudier la Torah  toute la nuit…

Cette étude, d’ailleurs, va empêcher ces messieurs de prendre part à l’éducation des  enfants car, ils auront hâte de prendre du repos pour récupérer les heures de sommeil  ratées.

Avant que de passer à d’autres considérations, je voudrais aborder ce sujet de repas  bassari ou halavi. Certains raccrochent cet usage au verset du Shir HaShirim que l’on  psalmodie : « devash vehalav tahat leshonekh » ou : du miel et du lait sont sous ta  langue, la Torah étant comparée à du lait soit à un aliment de première nécessité sans  lequel un enfant ne peut se développer.

D’autres basent leur raisonnement sur le fait que le peuple, aux pieds du Mont Sinaï,  absorbé et concentré par l’écho du tonnerre et de l’éclat des éclairs ainsi que le son  du chofar allaient en s’amplifiant, le peuple n’eut pas le temps nécessaire à l’abattage  d’animaux ni à la confection de plats carnés, ils ont dû donc consommer des aliments  lactés…

Par ailleurs, la tradition juive aime relier chaque événement majeur à l’amour des trois  patriarches, ainsi que nous l’avons souvent rappelé. Jacob est relié à Souccoth et  Abraham à Pessah car, la visite des Anges au patriarche eut lieu pour Pessah d’ailleurs,  c’est pour cela qu’Abraham demanda à Sarah de cuire des galettes (matsoth) et ainsi,  Isaac est relié à Chavouoth Hag HaAtsereth les Sages expliquent ainsi que le peuple  s’étant plaint de toutes ses forces à HaShem de ses souffrances, HaShem s’adressa  aux trois Patriarches pour leur demander à quel sacrifice ils étaient prêts pour faire  sortir le peuple d’Egypte plus tôt1 que ce qui avait été annoncé et, seul Isaac dont le  nom aurait dû être YSSHAK (youd-sine-heth-kouf valeur numérique 418 ) accepta que  son nom fût YTSHAK (youd-tadik-heth-kouf valeur numérique 208) ce qui fit que la  différence entre ces deux noms est de 210 soit le nombre d’années où les Bené Israël  sont restés en Egypte !!!

Shavouoth est donc considérée comme la fête de clôture de Pessah, cette atsereth  intervenant cinquante jour après pessah et non le lendemain de Pessah comme  shemini atsereth intervient au lendemain de souccoth.

Le parallèle intéressant à faire est que la nuit précédant shemini atsereth, a lieu une  nuit d’études tout comme a lieu une nuit d’études pour le shevii de Pessah et la  atsereth de Shavouoth. De même, les cinq meguiloth sont lues lors de différents  évènements du calendrier juif ainsi : celle d’Esther est lue à Pourim, celle de Ruth à  Shavouoth, celle de Shir HaShirim à Pessah, celle de Qoheleth à Souccoth et celle des  Lamentations est lue à 9 beAv !

Hag Chavouot Samé’ah dans l’espoir du retour rapide de nos otages sains et saufs à la maison et avec une pensée pour nos valeureux soldats qui luttent pour la protection d’Israël mais aussi celle du monde libre !

JForum.fr avec Caroline Elishéva REBOUH

La rédaction de JForum, retirera d’office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

La source de cet article se trouve sur ce site

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER:

spot_imgspot_img