Pyongyang : un fournisseur majeur de missiles ? En Israël, cela ne fait aucun doute.

Vues:

Date:

Les israéliens savent depuis bien longtemps que la Corée du Nord est devenu un pays très dangereux pour Israël. Dans l’article ci-dessous : « A l’avenir, la Corée du Nord deviendra un fournisseur majeur de missiles pour les pays du bloc Chine-Russie-Iran ».

Non-couvert par la censure militaire israélienne un article publié par la BBC:

ARTICLE BBC. « Le 2 janvier, une jeune inspectrice en armement ukrainienne, Khrystyna Kimachuk, apprend qu’un missile d’apparence inhabituelle s’est écrasé sur un bâtiment de la ville de Kharkiv.

Elle a commencé à appeler ses contacts au sein de l’armée ukrainienne, cherchant désespérément à l’analyser. En l’espace d’une semaine, elle a reçu les fragments de l’obus dans un lieu sûr de la capitale, Kiev.

Kimachuk a commencé à le démonter et à photographier chaque pièce, y compris les vis et les puces informatiques qui étaient plus petites que ses ongles. Presque immédiatement, elle s’est rendu compte qu’il ne s’agissait pas d’un missile russe, mais elle devait le prouver.

Cachée dans le fouillis de métal et de fils, Kimachuk a repéré un minuscule caractère de l’alphabet coréen. Puis elle tombe sur un détail plus révélateur : le nombre 112 a été estampillé sur certaines parties de l’enveloppe. Ce chiffre correspond à l’année 2023 du calendrier nord-coréen.

Elle se rend compte qu’elle a devant elle la première preuve tangible que des armes nord-coréennes sont utilisées pour attaquer son pays.

« Nous avions entendu dire que certaines armes avaient été livrées à la Russie, mais j’ai pu les voir, les toucher et les examiner comme personne n’avait jamais pu le faire auparavant. C’était très excitant », m’a-t-elle confié par téléphone depuis Kiev.

Depuis lors, l’armée ukrainienne affirme que la Russie a tiré des dizaines de missiles nord-coréens sur son territoire. Ces tirs ont fait au moins 24 morts et plus de 70 blessés.

Malgré toutes les rumeurs récentes selon lesquelles Kim Jong Un se prépare à déclencher une guerre nucléaire, la menace la plus immédiate est la capacité de la Corée du Nord à alimenter les guerres existantes et l’instabilité mondiale.

Kimachuk travaille pour Conflict Armament Research (CAR), une organisation qui récupère les armes utilisées en temps de guerre afin de découvrir comment elles ont été fabriquées. Mais ce n’est que lorsqu’elle a fini de photographier l’épave du missile et que son équipe a analysé ses centaines de pièces que la révélation la plus surprenante a été faite.

L’engin était truffé de composants issus des dernières technologies étrangères. La plupart des pièces électroniques ont été fabriquées aux États-Unis et en Europe au cours des dernières années. Il y avait même une puce informatique américaine créée en mars 2023.

Cela signifie que la Corée du Nord a acquis illégalement des composants d’armes essentiels, les a introduits en contrebande dans le pays, a assemblé le missile et l’a secrètement expédié en Russie, où il a ensuite été transporté jusqu’à la ligne de front et utilisé, le tout en l’espace de quelques mois.

« Ce fut la plus grande surprise : malgré les sanctions sévères imposées depuis près de vingt ans, la Corée du Nord parvient toujours à se procurer tout ce dont elle a besoin pour fabriquer ses armes, et ce à une vitesse extraordinaire », déclare Damien Spleeters, directeur adjoint de CAR.

À Londres, Joseph Byrne, spécialiste de la Corée du Nord au Royal United Services Institute (RUSI), un groupe de réflexion sur la défense, est tout aussi stupéfait.

« Je n’aurais jamais cru voir des missiles balistiques nord-coréens utilisés pour tuer des gens sur le sol européen », a-t-il déclaré. Avec son équipe du RUSI, il suit les livraisons d’armes nord-coréennes à la Russie depuis que M. Kim a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine en Russie en septembre de l’année dernière pour finaliser un prétendu contrat d’armement.

Grâce à l’imagerie satellite, ils ont pu observer quatre cargos russes faisant l’aller-retour entre la Corée du Nord et un port militaire russe, chargés de centaines de conteneurs à la fois.

Au total, la RUSI estime que 7 000 conteneurs ont été expédiés, avec plus d’un million de douilles de munitions et de roquettes Grad, du type de celles qui peuvent être tirées en rafales à partir de camions.

Ses estimations sont étayées par les services de renseignement américains, britanniques et sud-coréens, bien que la Russie et la Corée du Nord aient nié l’existence de tels échanges.

« Ces obus et roquettes sont parmi les plus recherchés au monde aujourd’hui et permettent à la Russie de continuer à attaquer les villes ukrainiennes à un moment où les États-Unis et l’Europe hésitent sur les armes à fournir », souligne M. Byrne.

Missiles bon marché

Mais c’est l’arrivée des missiles balistiques sur le champ de bataille qui inquiète le plus Byrne et ses collègues, en raison de ce qu’ils révèlent du programme d’armement de la Corée du Nord.

Depuis les années 1980, la Corée du Nord vend ses armes à l’étranger, principalement à des pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, dont la Libye, la Syrie et l’Iran. Il s’agit souvent de vieux missiles de type soviétique qui ont mauvaise réputation.

Il est prouvé que les combattants du Hamas ont probablement utilisé de vieilles grenades propulsées par fusée de Pyongyang lors de leur attaque du 7 octobre.

Mais le missile tiré le 2 janvier que Kimachuk a démantelé était apparemment le missile à courte portée le plus sophistiqué de Pyongyang, le Hwasong 11, capable de parcourir jusqu’à 700 kilomètres.

Bien que les Ukrainiens aient minimisé la précision de ce missile, Jeffrey Lewis, expert en armes nord-coréennes et en non-prolifération à l’Institut d’études internationales de Middlebury, estime qu’il ne semble pas beaucoup plus performant que les missiles russes.

Járkiv

Crédit photo, Getty Images

Légende image, Kimachuk affirme que la Russie a tiré des dizaines de missiles nord-coréens sur son territoire.

L’avantage de ces missiles est qu’ils sont extrêmement bon marché, explique M. Lewis. Cela signifie que l’on peut en acheter plus et en tirer plus, dans l’espoir d’effondrer les défenses aériennes, ce qui est exactement ce que les Russes semblent faire.

La question se pose donc de savoir combien de ces missiles les Nord-Coréens peuvent produire.

Le gouvernement sud-coréen a récemment constaté que la Corée du Nord avait expédié 6 700 conteneurs de munitions à la Russie. Il estime que les usines d’armement de Pyongyang fonctionnaient à plein régime et Lewis, qui a étudié ces usines par satellite, estime qu’elles peuvent en produire une centaine par an.

Des réseaux solides

Encore stupéfaits par leur découverte, M. Spleeters et son équipe tentent de comprendre comment cela est possible, étant donné qu’il est interdit aux entreprises de vendre des pièces à la Corée du Nord.

La plupart des puces informatiques qui font partie intégrante des armes modernes, les guidant dans l’air jusqu’à leur cible, sont les mêmes que celles utilisées dans nos téléphones, nos machines à laver et nos voitures, explique M. Spleeters.

Elles sont commercialisées dans le monde entier en quantités stupéfiantes. Les fabricants en expédient des milliards aux distributeurs, qui les vendent par millions, ce qui signifie qu’ils n’ont souvent aucune idée de la destination de leurs produits.

Néanmoins, M. Byrne a été frustré d’apprendre que de nombreux composants du missile provenaient de l’Occident. Cela montre que les réseaux d’approvisionnement de la Corée du Nord sont plus solides et plus efficaces qu’il ne le pensait lui-même, lui qui fait des recherches sur ces réseaux.

D’après son expérience, les Nord-Coréens basés à l’étranger créent de fausses sociétés à Hong Kong ou dans d’autres pays d’Asie centrale pour acheter des marchandises en utilisant essentiellement de l’argent volé.

Ils expédient ensuite les marchandises en Corée du Nord, généralement par la frontière chinoise. Si une fausse société est découverte et sanctionnée, une autre apparaît rapidement à sa place.

Vladimir Poutine

Crédit photo, Getty Images

Légende image, En achetant des armes à Pyongyang, Moscou viole les sanctions mêmes qu’elle a votées en tant que membre du Conseil de sécurité des Nations unies.

Les sanctions ont longtemps été considérées comme un outil imparfait pour lutter contre ces réseaux, mais pour avoir une chance de fonctionner, elles doivent être régulièrement mises à jour et appliquées. La Russie et la Chine ont toutes deux refusé d’imposer de nouvelles sanctions à la Corée du Nord depuis 2017.

En achetant des armes à Pyongyang, Moscou viole les sanctions mêmes qu’elle a votées en tant que membre du Conseil de sécurité de l’ONU. Puis, au début de l’année, elle a effectivement démantelé un groupe d’experts de l’ONU chargé de surveiller les violations des sanctions, sans doute pour éviter un examen minutieux.

« Nous assistons à l’effritement en temps réel des sanctions de l’ONU contre la Corée du Nord, ce qui donne à Pyongyang une grande marge de manœuvre », explique M. Byrne.

Tout cela a des implications qui vont bien au-delà de la guerre en Ukraine.

« Les vrais gagnants sont les Nord-Coréens », affirme M. Byrne. « Ils ont aidé les Russes de manière significative, ce qui leur a donné beaucoup d’influence ».

En mars, le RUSI a documenté l’envoi de grandes quantités de pétrole de la Russie vers la Corée du Nord, tandis que des wagons remplis de ce que l’on pense être du riz et de la farine ont été vus en train de franchir la frontière terrestre entre les deux pays.

L’accord, dont la valeur est estimée à des centaines de millions de dollars, stimulera non seulement l’économie de Pyongyang, mais aussi son armée.

La Russie pourrait également fournir au Nord les matières premières nécessaires à la fabrication de ses missiles, voire des équipements pour son armée.

Pyongyang : un fournisseur majeur de missiles ?

Plus inquiétant encore, la guerre offre à la Corée du Nord une vitrine pour le reste du monde.

Maintenant que Pyongyang produit ces armes en masse, elle voudra les vendre à d’autres pays, et si les missiles sont assez bons pour la Russie, ils le seront aussi pour d’autres, affirme M. Lewis, d’autant plus que les Russes donnent l’exemple qu’il n’y a pas de mal à violer les sanctions.

M. Lewis prédit qu’à l’avenir, la Corée du Nord deviendra un fournisseur majeur de missiles pour les pays du bloc Chine-Russie-Iran. À la suite de l’attaque de l’Iran contre Israël ce mois-ci, les États-Unis se sont déclarés « extrêmement préoccupés » par le fait que la Corée du Nord pourrait collaborer avec l’Iran dans le cadre de ses programmes d’armes nucléaires et balistiques.

« Je vois beaucoup de visages sombres lorsque nous parlons de ce problème », commente M. Spleeters. « Mais la bonne nouvelle, c’est que maintenant que nous savons à quel point la Corée du Nord est dépendante des technologies étrangères, nous pouvons faire quelque chose.

L’analyste est optimiste et pense qu’en travaillant avec les fabricants, il sera possible de couper les chaînes d’approvisionnement de la Corée du Nord. Son équipe a déjà réussi à identifier et à fermer un réseau illicite avant qu’il ne puisse réaliser une vente essentielle.

Mais M. Lewis n’est pas convaincu. « Nous pouvons rendre les choses plus difficiles, plus gênantes, peut-être augmenter les coûts, mais rien de tout cela n’empêchera la Corée du Nord de fabriquer ces armes », déclare-t-il, ajoutant que l’Occident n’a finalement pas réussi à contenir l’État voyou.

Aujourd’hui, ses missiles sont non seulement une source de prestige et de pouvoir politique, mais ils lui rapportent également d’énormes sommes d’argent, explique M. Lewis. Alors pourquoi Kim Jong-un les abandonnerait-il maintenant ? »

La source de cet article se trouve sur ce site

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER:

spot_imgspot_img