Quand Kushner fait des révélations sur Netanyahou

546

Dans un livre à paraitre le 23 août, Jared Kushner, le gendre et proche conseiller de Donald Trump, fait des révélations sur les coulisses du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem et les accords d’Avraham.

D’après Kushner, Netanyahou a fait preuve de peu d’enthousiasme lorsque Donald Trump lui a annoncé son intention de transférer l’ambassade américaine à Jérusalem.  »Bibi a dit qu’il soutenait la décision du Président si c’était ce que le Président voulait, mais il n’a pas eu l’air particulièrement enthousiaste », écrit Kushner dans son livre. Il raconte ensuite que Trump a pensé que Netanyahou avait mal entendu ou mal compris et lui a répété une deuxième fois son intention. Mais une fois encore, le Premier ministre israélien s’est montré peu exalté. Toujours d’après Kushner, à cet instant, le Président américain a commencé à douter de sa décision. Il aurait demandé à Netanyahou pourquoi il devrait prendre un tel risque de transférer son ambassade, s’il a l’impression que cela ne compte pas tant que ça pour le Premier ministre israélien.

L’entourage de Netanyahou a réagi à ces révélations en les niant:  »Le Premier ministre Netanyahou est celui qui a demandé au Président Trump de transférer l’ambassade, à plusieurs reprises. Il a beaucoup apprécié la décision. Avant de prendre sa décision, le Président Trump a demandé à Netanyahou:  »Il y a dans mon entourage des gens qui disent que cet acte est dangereux pour les Etats-Unis, qu’en pensez-vous? -Netanyahou a répondu au Président qu’il ne voyait pas de risque réel et qu’il n’y avait aucune raison de ne pas procéder au transfert de l’ambassade. On peut se douter que si le Premier ministre Netanyahou n’avait pas répondu ainsi, le transfert n’aurait pas eu lieu ».

Jared Kushner évoque aussi dans son livre les coulisses des négociations des Accords d’Avraham. Il raconte que le ministre des Affaires étrangère émirati est venu le trouver pour lui dire que son pays était d’accord pour normaliser les relations avec Israël si ce dernier abandonnait l’annexion de la Judée-Samarie.
A cette époque, le deal du siècle est lancé et les Américains ont donné leur bénédiction à Israël pour annexer les points de peuplement juifs de la Judée-Samarie. Parallèlement, les points de peuplement arabe auraient acquis une autonomie au sein de l’Autorité palestinienne. Kushner ne cache pas dans son ouvrage, que l’objectif final était de créer un Etat palestinien indépendant. Il raconte qu’après trois jours de négociations, Netanyahou a refusé la proposition américaine considérant qu’elle demandait une trop grande contrepartie à Israël.

Parallèlement donc les Emirats proposent une normalisation des relations avec Israël. Netanyahou affirme alors à Kushner, qu’il veut plus, il faut qu’un accord soit signé avec au moins trois pays arabes et il suspendra l’application de la souveraineté israélienne sur la Judée-Samarie.  »Je n’en croyais pas mes oreilles », écrit Jared Kushner qui pensait que le deal du siècle allait être le point de départ d’une solution définitive au conflit israélo-palestinien.

C’est ainsi que les Accords d’Avraham sont nés et que la souveraineté israélienne sur la Judée-Samarie a été repoussée selon la version israélienne et abandonnée selon la version des pays arabes signataires.

Photo: GPO

SourceLPHINFO.COM

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici