« Que faites-vous, Naftali Benett ?? » (publié dans Maariv par Kalman Liebeskind)

LES + VUS CHEZ LES PRO

Le journaliste sioniste-religieux Kalman Liebeskind a publié une tribune retentissante dans Maariv à l’occasion des cent jours de prise de fonction du gouvernement Benett-Lapid. Il y dresse un sévère constat sur l’attitude de Naftali Benett et de ses collègues de Yamina avant et depuis la formation de la coalition actuelle, les accusant d’avoir « balancé par-dessus bord toute leur idéologie » pour arriver au pouvoir.

La tribune débute par une attaque frontale : « Le Premier ministre marque cent jours de pouvoir sans principes, sans lignes rouges, sans influence sur ce que font ses ministres, avec un silence assourdissant face à ses alliés qui soutiennent le terrorisme et avec une cécité totale face aux démarches diplomatiques que ses collègues entreprennent avec les Palestiniens. Naftali Benett traîne avec lui un amoncellement de taches morales et éthiques, parmi elles, de nombreux mensonges envers ses électeurs, des promesses trahies les unes après les autres ainsi qu’une situation dans laquelle rien de ce qu’il fait n’a de rapport avec une quelconque idéologie, en tout cas pas celle dont il s’est prévalue jusqu’à ce qu’il endosse cette fonction… ».

Liebeskind rappelle qu’après les élections, le parti Yamina avait demandé l’invalidation du parti islamique Ra’am à cause de son soutien au terrorisme, alors qu’aujourd’hui, non seulement Ra’am fait partie de la coalition de Naftali Benett, mais Yamina a permis la nomination d’un député de ce parti au poste stratégique de président de la commission de l’Intérieur, alors qu’il avait notamment exprimé son soutien aux émeutiers pogromistes d’Acre. (Nomination d’ailleurs applaudie par le député Nir Orbach).

Extraits de la tribune : « Nous sommes habitués au cynisme des politiciens et à leurs zigzags. Mais là, ce n’est plus de la politique, c’est du sens. Benett, Shaked, Kahana, Orbach et Silman ont exigé l’invalidation de Mansour Abbas, Walid Taja et Saed Al-Harumi car ils sont de réels partisans du terrorisme, et ils pensaient que ce serait de la folie que de tels individus siègent à la Knesset. Et maintenant, que chacun se pose la question combien de vide éthique et idéologique a pu mener ces mêmes personnes, trois mois et demi après avoir demandé l’invalidation de ces députés pour ‘soutien au terrorisme’, à signer avec eux un accord de coalition et leur accorder un poste-clé ? Combien Nir Orbach s’est-il montré lamentable en publiant sur Instagram un communiqué de félicitations à la députée Ibtisam Mar’ana lorsqu’elle a été nommée présidente de la commission des travailleurs étrangers, après que son parti ait demandé son invalidation à cause de son soutien au terrorisme contre Israël ! Jusqu’à quelle bassesse a-t-il pu descendre pour affirmer que Walid Taha est digne de faire partie de la Knesset, après avoir demandé son invalidation pour son soutien aux terroristes meurtriers ?

Sur cette question, Kalman Liebeskind pourfend également la députée Yamina Idit Silman, qui a poussé le bouchon très loin en déclarant à une journaliste que parmi tous les députés de l’hémicycle, elle avait été  les plus fortement et agréablement impressionnée par le député Saed Al-Harumi (décédé depuis)

(…) Comment ces gens expliquent-ils à leurs enfants ce qu’ils ont fait ? Que pour éviter des cinquième élections ils ont jeté à la poubelle tout ce qu’ils leur ont inculqué ? Y a-t-il d’autres personnes se réclamant du sionisme-religieux qui ont été prêtes à descendre aussi bas dans les profondeurs du rien de tout ? Je le répète : ce n’est pas un débat politique, ce n’est pas une hésitation sur la question de savoir quoi voter sur telle ou telle question. La bande de Yamina, et avec elle Gideon Saar. Zeev Elkin, Yoaz Hendel et Tzvika Hauser ont décidé que si ce qui vous anime le plus est le fait de devenir Premier ministre, se débarrasser de Binyamin Netanyahou ou se soucier de votre carrière politique, alors il est permis de ne plus avoir de lignes rouges. »

Un autre paragraphe édifiant dans cette tribune : « Toutes ces taches sont minimisées face à la plus grande infamie qui sera à jamais inscrite sur le front du chef de Yamina. Benett a totalement effacé du lexique la notion de ‘lignes rouges’. Après cette législature, plus rein ne sera interdit et tout sera licite. Tout sera acceptable et légitime ».

Kalman Liebeskind continue en énumérant une série d’échecs et de manque de leadership de Naftali Benett, et conclut ainsi sa longue tribune :

« Tous les commentateurs qui jusqu’à récemment le diabolisaient se démènent aujourd’hui pour le protéger car il leur a offert un gouvernement avec Meretz, avec les Arabes, avec le retour de la ‘solution de deux Etats’ et sans Bibi, sans le Likoud, sans les orthodoxes et sans la droite, un gouvernement comme le dit Yaïr Lapid : ‘Un gouvernement normal, avec des gens normaux qui viennent du bon endroit’. ces personnes, toutes de gauche, regardent Naftali Benett et y voient un âne, alors que lui, le pauvre, se regarde et voit le messie ».

Photo Yonatan Sindel / Flash 90

SourceLPHINFO.COM

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook