Sarah Cattan. Il y aura un procès aux Assises. Justice sera rendue à Sarah Halimi

5

Des clichés lors de sa prise de parole au Centre des congrès de Jérusalem devant les dirigeants du monde et sur la terre d’Israël, des généralités sur l’antisémitisme, de grands écarts comme il en est friand, des morceaux de show face aux forces de police israéliennes, tout cela sachant qu’il était filmé et que le moindre de ses mots était répercuté par les media présents, à tout ça, le Président a évidemment cédé : Il aime ça.

Toujours est-il qu’Il a compris combien il serait grotesque de ne pas évoquer l’Affaire Sarah Halimi qui désormais entoure chaque mot prononcé lorsqu’Il se mêle de parler d’antisémitisme ou de Justice en France.

Sincère, je ne sais s’il l’était. Obligé, j’affirme qu’il le fut

L’immense marche silencieuse organisée par Eddie Suissa, l’Opération Carte postale envoyée à l’Elysée pour réclamer Justice pour Sarah, le regroupement de tant de psychiatres européens qui désormais, avec Claude Bloch, se mêlent de l’Affaire, les prises de position courageuses d’un Szpiner ou d’une Muriel Ouaknine, le discours d’un William Attal, l’écho assourdissant de par le monde suscité par l’ubuesque arrêt décrétant irresponsable l’islamiste qui lyncha et jeta vivante par la fenêtre Sarah Halimi, les interventions malheureuses et infiniment déplacées de sa Ministre qui comprenait l’émotion juive mais osait rappeler que les pays civilisés ne jugeaient pas leurs fous, bref tout cela l’a obligé, contraint à descendre dans l’arène et à dire, devant une telle assemblée, avec les précautions oratoires qui s’imposaient, à dire donc le besoin de procès qui était là.

Je sais la demande de procès qui doit se tenir. Alors il y a des rapports d’experts, et c’est la voie que la cassation suit”.

Il ne pourra se dédire

Ce procès aux Assises aura lieu.

Non grâce à la Justice française,

Non grâce au courage qui aurait nommé l’antisémitisme
islamiste,

Mais grâce à nos efforts conjugués : Ne jamais
se taire devant l’injustice.

Exiger ce qui est un dû

Ne jamais plier.

Et évidemment ne pas croire la partie gagnée :
redoubler de vigilance. Exiger ce qui est un dû.

Un jury populaire entendra un jour Kobili Traoré. Mais aussi les témoins. Mais aussi les policiers. Mais aussi les voisins. Mais aussi les enfants et le frère de Sarah Halimi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici