Sarah Cattan. Jusqu’à quand buteront-ils impunément un noir

14
Mamadou Barry

Vous souvenez-vous? La mort terrifiante de Mamadou Barry, cet universitaire guinéen sous les yeux de son épouse de sa petite fille, avait ému. Mais elle fut vite oubliée. C’était en juillet. L’an passé. Près de Rouen.

Aux Etats-Unis, la chose est monnaie courante. Jusqu’à quand? Depuis lundi, la mort de George Floyd lors de son arrestation par la police est en train de mettre le feu. “Je ne peux pas respirer“, répéta cet Afro-Américain de 46 ans alors qu’un policier l’immobilisait avec un genou sur le cou. C’était lundi. C’était à Minneapolis. George Floyd est mort.

George Floyd, rappeur, était connu sous le nom de Big Floyd
Troisième nuit d'échauffourées à Minneapolis, le 28 mai 2020, après la mort de George Floyd.
Troisième nuit d’échauffourées à Minneapolis, le 28 mai 2020, après la mort de George Floyd. (KEREM YUCEL / AFP)

Depuis, Minneapolis, en proie à de violentes manifestations, s’enflamme. Incendies et émeutes se multiplient dans cette ville de l’Etat du Minnesota mais aussi dans d’autres grandes villes du pays, Chicago, Los Angeles ou New York entre autres.

La mort de George Floyd? Elle n’est pas un cas isolé. Souvenez-vous cette série d’arrestations et meurtres du même acabit, qui conduisirent à l’émergence du mouvement Black Lives Matter (La vie des Noirs compte).

 Black Lives Matter est un mouvement militant afro-américain qui se mobilise contre la violence ainsi que le racisme systémique envers les Noirs

George Floyd? Il est arrêté par la police qui le soupçonne d’avoir voulu écouler un faux billet de 20 dollars. La scène de l’arrestation, filmée par une passante, montre un homme, noir, plaqué au sol sur le ventre par un policier qui l’immobilise … d’un genou planté sur le cou de la victime. 

George Floyd se plaint de longues minutes de ne pouvoir respirer? Le policier n’en a cure. Les passants s’en mêlent, horrifiés? Un second policier les tient à distance. George Floyd est alors transporté à l’hôpital: trop tard, notre homme est mort.

Des images, captées par les caméras du restaurant devant lequel il fut arrêté, montrent un George Floyd, mains menottées dans le dos, n’opposant aucune résistance. 

Le FBI ouvre une enquête, après avoir limogé 4 agents laissés en liberté. Depuis, Derek Chauvin, le policier qui, sur ce film, maintient son genou pendant de longues minutes sur le cou du quadragénaire, a été arrêté vendredi et inculpé pour « homicide involontaire » et « acte cruel et dangereux ayant causé la mort ».

Un officier de police devant des dizaines de manifestants vendredi soir à Detroit./SETH HERALD/AFP
Un officier de police devant des dizaines de manifestants vendredi soir à Detroit./SETH HERALD/AFP  

L’avocat de la famille de George Floyd dénonce un usage “abusif, excessif et inhumain de la force” pour un délit “non violent”.

Chacun a en tête d’autres morts qui conduisirent la police de New York et celle de Los Angeles à interdire le plaquage ventral.

Vidéo intégrée
Vidéo intégrée

Plusieurs figures médiatiques ont réagi à cette affaire, notamment dans le monde du sport: Colin Kaepernick, star du football américain qui avait mis un genou au sol pendant l’hymne américain en 2016 pour protester contre le racisme et les violences policières, a de nouveau apporté son soutien aux manifestants. Au sein de la classe politique, on dénonce cette injustice systématique qui existe encore dans le pays ou encore un acte de torture, une exécution publique dans une société marquée par le racisme. Donald Trump, qui se dit indigné, demande que justice soit rendue.

A l’international, on évoque le dernier d’une longue série de meurtres d’Afro-Américains non armés commis par des policiers américains et des auto-justiciers, et la Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, appelle à stopper les “meurtres” d’Afro-américains par la police.

On croit faire un cauchemar. Moi je me souviens: Il avait 5 ans peut-être. Mon fils avait les faveurs du responsable du rayon Fruits et légumes de la petite superette. Qui t’a donné cette fraise, fis-je mine de m’étonner un jour? C’est le blanc, là-bas, me répondit Franz, me désignant cet homme malien reconnaissable à cette blouse blanche que ne portaient jadis que les chefs de rayon.

L’article Sarah Cattan. Jusqu’à quand buteront-ils impunément un noir est apparu en premier sur Tribune Juive.

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici