Seine-Maritime : Pourquoi l’influenceuse Poupette Kenza a-t-elle été incarcérée ?

Vues:

Date:

Poupette Kenza a l’habitude de faire parler d’elle. Agée de 24 ans, elle est suivie par 1,1 million de personnes sur Instagram et totalise 1,3 million d’abonnés sur TikTok. Son métier consiste, en substance, à poster sur les réseaux sociaux des photos et des vidéos d’elle, de ses enfants et de son mari. Régulièrement, l’influenceuse, originaire de Rouen (Seine-Maritime), défraye la chronique pour ses propos déplacés ou ses partenariats avec des marques controversées.

En novembre 2023, elle est condamnée à 50.000 euros d’amende pour avoir fait la promotion d’un blanchisseur de dents interdit à la vente en France. Le 15 mai dernier, cette « star des réseaux », Kenza Benchrif de son vrai nom, affirme être « propalestinienne » et ne collaborer avec aucun agent ou partenaire « sioniste ou juif ». Puis au début du mois, elle poste une vidéo montrant son époux, Allan, en pleine crise d’épilepsie.

Tentative d’extorsion en bande organisée

Mais c’est une affaire bien plus grave qui vaut à la jeune femme de se retrouver aujourd’hui derrière les barreaux. Comme l’a révélé Le Parisien, Poupette Kenza a été mise en examen dimanche pour « tentative d’extorsion en bande organisée » et « association de malfaiteurs » par un juge d’instruction de Rouen. Elle est suspectée d’avoir recruté un homme de main pour soutirer la somme de 350.000 euros à son ancienne associée et amie, Caroline, avec laquelle elle est en froid.

Le 23 février dernier, cette dernière dépose son enfant à la crèche lorsqu’un homme se présente à son compagnon, Walid, qui l’attend dans sa voiture. Affirmant s’appeler « Amadou », il lui explique que Kenza Benchrif a une dette envers lui de 350.000 euros. La créatrice de contenus lui aurait alors soufflé que Caroline lui devait la même somme et qu’il pourrait garder l’argent s’il le récupérait.

« On m’a volé 350.000 euros »

« Amadou » met la pression à Walid et réclame le versement de 200.000 euros dans un délai de cinq jours. Le couple prend les menaces très au sérieux et dépose plainte. Le parquet de Rouen ouvre une enquête et confie les investigations à la direction interdépartementale de la police nationale. Et rapidement, les policiers soupçonnent Poupette Kenza d’être à la manœuvre.

Il faut dire que l’influenceuse a plusieurs fois évoqué sur les réseaux sociaux le différend qui l’oppose à son ancienne amie. Cette « grosse sorcière » aurait « fait du mal à beaucoup de gens », expliquait-elle un jour, en pleurs, à ses nombreux abonnés. « Elle m’a fait du sale », ajoutait-elle, précisant lui avoir confié « des centaines de milliers d’euros ». « On m’a volé 350.000 euros, se plaignait-elle. On m’a volé le prix de ma maison de rêve en France. »

Mini-caméra et balise GPS

Le couple donne rendez-vous au fameux Amadou pour lui remettre l’argent à proximité de la gare de Rouen. Ce dernier l’ignore, mais les investigations téléphoniques ont permis aux policiers de l’identifier : selon Le Parisien, il s’agit d’Éric Love O-.O., un homme né en 1978 au Cameroun mais habitant dans l’Isère. Ce 28 février, les enquêteurs le suivent discrètement et l’interpellent. Il est alors « porteur d’une grenade », indique le procureur de la République de Rouen, Frédéric Teillet, dans un communiqué.

Le suspect raconte aux policiers avoir contacté les victimes pour « régler un contentieux financier qui les opposait à une influenceuse actuellement en résidence à Dubaï ». Depuis plusieurs jours, il surveille étroitement Caroline et Walid. Il n’a pas hésité à installer une « mini-caméra aux abords de leur domicile » et à placer une « balise GPS » sur leur véhicule, poursuit le magistrat. Le 1er mars, le suspect est mis en examen pour tentative d’extorsion en bande organisée, détention d’explosif et association de malfaiteurs et placé en détention provisoire.

« Ma cliente est victime dans ce dossier »

Pour les limiers de la PJ, il ne fait aucun doute que Kenza Benchrif est la « donneuse d’ordre ». Mais ils doivent attendre pour entendre l’influenceuse, qui habite aux Émirats arabes unis. Plus récemment, ils apprennent que la jeune femme est de retour en France pour se rendre à un mariage en Normandie. Et le 4 juillet dernier, ils l’arrêtent près de Rouen. A l’issue de sa garde à vue, elle est mise en examen pour tentative d’extorsion en bande organisée et association de malfaiteurs. Enceinte de son troisième enfant, elle a été incarcérée « dans l’attente du débat sur son placement en détention provisoire » prévu jeudi, indique le procureur.

« Ma cliente dément les faits, elle ne savait rien des intentions qui étaient celles de cet intermédiaire », explique à 20 Minutes son avocat, Me Mourad Battikh. Éric Love O-.O. « lui a été présenté par un tiers comme étant un spécialiste de ce genre de problème qui savait gérer ce genre de situation », poursuit-il. Kenza Benchrif « pensait qu’il emploierait des méthodes tout à fait conventionnelles et légales ». Pour le pénaliste, la jeune femme « est d’abord victime dans ce dossier ». « Elle s’est fait spolier 350.000 euros et c’est ainsi que le dossier commence. Elle a d’ailleurs déposé plainte pour ça. »

La source de cet article se trouve sur ce site

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER:

spot_imgspot_img