Shireen Abu Akleh: notre ami Erick Lebahr répond à Mohamed Sifaoui

99

Notre ami Erick Lebahr a répondu à Mohamed Sifaoui, suite à plusieurs publications du précédent concernant la mort de la journaliste palestinienne.

Cher Mohamed! Permet moi de te faire part de ma perplexité! Je n’oublie pas les partages et moments sympathiques passés ensembles. Je n’oublie non plus les valeurs que nous avons en commun.

Mais… il y a un Mais… Je m’étonne de tes positionnements partiaux sur cette affaire! Comme ta posture dans l’Affaire Bensoussan avait déjà, en son temps, suscité mon trouble.

Que dire ici? Tu ironises sur le doute qui suinte des positionnements de la partie Israélienne.

C’est justement toute la différence , cher Mohamed, entre un Etat démocratique et des pays et entités autoritaires et dictatoriaux. Je ferai, pour ma part l’éloge du doute, cher Mohamed. Le doute cartésien qui permet de suspendre son jugement, dans l’attente de disposer d’éléments supplémentaires suffisamment éclairés.

En préambule, je te dirai que cette mort est regrettable, désolante.

Elle ne l’est pas davantage , cependant, que celle des 19 civils israéliens innocents récemment tués, délibérément, eux, dans les rues , par des barbares, notamment à la hache et au couteau.

Il m’eût été délectable de pouvoir alors accueillir tes indignations en ces tristes occurrences.

Je m’étonne, là, de te voir participer peu ou prou à cette curée et hystérie ambiante et à ces accusations péremptoires proférées d’emblée.

Je m’étonne de te voir faire tiens, sans la moindre réserve , les résultats de l’enquête unilatérale du procureur palestinien et de l’autorité palestinienne, laquelle a refusé toute proposition d’enquête conjointe faite par Israël.

Si les grands démocrates de l’autorité palestinienne le disent, hein, c’est que c’est vrai…

Et que dire de la présentation partielle et partiale des faits par l’AFP et ses médias affidés!

Passons sur les outrances insignifiantes d’Amnesty international, cornaquée par les frères musulmans.

Passons sur les habituelles saillies de Clémentine Autain et autres insoumis.

Mais toi… Je m’étonne que tu aies balayé d’un revers de main la plausibilité de la thèse accidentelle, du dégât collatéral malheureux ayant frappé cette journaliste se trouvant sur un théâtre de guerre, sur un terrain de conflit et de tensions.

Je m’étonne qu’un esprit aussi avisé que le tien s’assoie aussi volontiers sur l’absence de la moindre preuve de l’existence d’un élément intentionnel, d’une volonté délibérée de la tuer.

Je m’étonne que dans un post, tu puisses te gausser de la demande par la partie israélienne d’une enquête indépendante.

Normal, non?

Et je m’étonne enfin que tu puisses montrer une image de vidéo de policiers israéliens s’en prenant à certains, lors des funérailles, sans assortir cette vidéo d’images précédentes ou au moins d’un commentaire explicitant ce qui s’est passé AVANT, à savoir le fait que des centaines de palestiniens aient jeté des pierres et autres projectiles sur les policiers, perturbant ainsi les funérailles, au mépris de la volonté de la famille de la défunte.

En conclusion, je m’étonne que tu te joignes si facilement à la cohorte de tous ceux qui cherchent sans cesse à scruter la paille qui se trouverait dans l’œil d’Israël, sans se préoccuper de la poutre qui obstrue leur propre regard.

Il est bien sûr important que la vérité émerge.

Cette vérité est que sur de multiples théâtres de conflits, partout dans le monde, meurent hélas de nombreux journalistes, dans l’exercice de leur métier. Et que pour autant, l’on n’entend pas pour eux une telle clameur d’indignations hystériques et surjouées.

Pourquoi? Parce qu’il faut, ici, accréditer cette grille de lecture simple, simpliste et qui sied aux simplets, selon laquelle tous les maux de cette planète, « C’est la faute d’Israël ».

Il te suffit d’ailleurs de substituer au mot “israélien” le mot “juif”, et tu comprendras alors que l’hypocrisie et la malhonnêteté intellectuelle qu’incarne ce double standard ne sont finalement que la perpétuation de cette sempiternelle ritournelle immémoriale: “La faute des Juifs!”

Bien à toi, cher Mohamed.

Erick Lebahr

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici