Shireen Abu Akleh : une journaliste d'Al Jazeera tuée par des tirs israéliens

18

Les forces israéliennes ont abattu la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh en Cisjordanie occupée, selon le ministère palestinien de la santé.

Elle a été touchée par une balle réelle ce mercredi alors qu’elle couvrait les raids israéliens dans la ville de Jénine et a été transportée à l’hôpital dans un état critique, selon le ministère et les journalistes d’Al Jazeera. Abu Akleh portait un gilet de presse lorsqu’elle a été tuée.

Elle a été déclarée morte à l’hôpital, a indiqué le ministère.

Un autre journaliste d’Al Jazeera, Ali Samoudi, a également été blessé par une balle dans le dos. Il est maintenant dans un état stable. Il a déclaré qu’aucun combattant palestinien n’était présent lorsque les journalistes ont été abattus, contestant directement une déclaration israélienne qui évoquait cette possibilité.

« Nous allions filmer l’opération de l’armée israélienne et soudain ils nous ont tiré dessus sans nous demander de partir ou d’arrêter de filmer », a déclaré Samoudi. « La première balle m’a touché et la seconde a touché Shireen… il n’y avait aucune résistance militaire palestinienne sur les lieux. »

Shatha Hanaysha, une journaliste palestinienne qui était présente à côté d’Abu Akleh lorsqu’elle a été abattue, a également déclaré à Al Jazeera qu’il n’y avait eu aucune confrontation entre les combattants palestiniens et l’armée israélienne, et a affirmé que le groupe de journalistes avait été ciblé.

« Nous étions quatre journalistes, nous portions tous des gilets, tous des casques », a déclaré Hanaysha. « L’armée d’occupation [israélienne] n’a pas cessé de tirer, même après qu’elle se soit effondrée. Je ne pouvais même pas étendre mon bras pour la tirer à cause des tirs. L’armée était inflexible sur le fait de tirer pour tuer. « 

Les circonstances de la mort d’Abu Akleh sont encore en train de se préciser, mais les vidéos de l’incident montrent qu’elle a reçu une balle dans la tête, a déclaré Nida Ibrahim d’Al Jazeera.

« Ce que nous savons pour l’instant, c’est que le ministère palestinien de la Santé a annoncé sa mort. Shireen Abu Akleh couvrait les événements qui se déroulent à Jénine, notamment un raid israélien dans la ville, située au nord de la Cisjordanie occupée, lorsqu’elle a été touchée par une balle à la tête », a déclaré Nida Ibrahim, depuis la ville palestinienne de Ramallah.

Shireen Abu Akleh a envoyé un message au bureau d’Al Jazeera à Ramallah par courriel à 6h13 dans lequel elle écrit : « Les forces d’occupation prennent d’assaut Jénine et assiègent une maison dans le quartier de Jabriyat. En chemin, je vous apporterai des nouvelles dès que l’image sera claire. »

Par ailleurs, en Cisjordanie occupée, le ministère palestinien de la santé a déclaré qu’un Palestinien de 18 ans, Thaer Mislet-Yazouri, a été abattu par les forces israéliennes dans la ville d’al-Bireh, près de la colonie illégale de Psagot.

Choc et chagrin

S’exprimant à travers ses larmes, M. Ibrahim a déclaré qu’Abu Akleh était une « journaliste très respectée ».

Abu Akleh, qui avait la double nationalité palestinienne et américaine, était l’une des premières correspondantes sur le terrain d’Al Jazeera, qu’elle avait rejoint en 1997.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle avait été attaquée par des tirs à l’arme lourde et des explosifs alors qu’elle opérait à Jénine, et qu’elle avait riposté. L’armée a ajouté qu’elle « enquêtait sur cet événement ».

Le Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas, a condamné le meurtre d’Abu Akleh.

« Viser Shireen, c’est viser clairement la vérité, et [Israël] veut couvrir ses crimes contre le peuple palestinien », a déclaré Osama al-Qawasami, porte-parole du Fatah. « Israël veut envoyer un message aux journalistes du monde entier : le sort de celui qui veut couvrir la vérité sera abattu. »

Yair Lapid, le ministre israélien des Affaires étrangères, a déclaré que Tel Aviv proposait une « enquête pathologique conjointe » sur la « triste mort » d’Abu Akleh. Il a ajouté que « les journalistes doivent être protégés dans les zones de conflit ».

Les bureaux d’Al Jazeera dans la bande de Gaza, qui abritaient également l’Associated Press, ont été bombardés par les forces israéliennes lors d’une offensive il y a un an, et les journalistes palestiniens et internationaux disent être régulièrement pris pour cible par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est.

De nombreuses personnes en Palestine et à l’étranger ont pris la parole sur les réseaux sociaux pour exprimer leur choc et leur chagrin.

« Les forces d’occupation israéliennes ont assassiné notre journaliste bien-aimée Shireen Abu Akleh alors qu’elle couvrait leur brutalité à Jénine ce matin. Shireen était la plus éminente journaliste palestinienne et une amie proche », a écrit Husam Zomlot, l’ambassadeur palestinien au Royaume-Uni.

Ceux qui l’ont connue l’ont décrite comme courageuse, gentille et porte-parole des Palestiniens.

« Shireen était une journaliste courageuse, gentille et d’une grande intégrité que des millions de Palestiniens et moi avons regardé en grandissant », a écrit Fadi Quran, un militant du groupe de campagne Avaaz.

« J’ai été horrifié d’apprendre qu’Israël a tué la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh à Jénine ! Shireen a couvert avec audace l’agression d’Israël en Palestine pendant plus de deux décennies », a écrit Huwaida Arraf, une militante et avocate palestino-américaine.

« Incrédule », a écrit Salem Barahmeh, un militant palestinien. « Nous avons grandi grâce à ses reportages sur la deuxième intifada. Elle était notre voix. Repose en paix et en puissance. Un autre jour, une autre tragédie. »

Giles Trendle, directeur général d’Al Jazeera, a déclaré que la chaîne était « choquée et attristée » par la mort de Shireen Abu Akleh.

« Nous avons eu une histoire à travers le monde, mais particulièrement dans cette région, où nous avons eu des tragédies », a-t-il dit, appelant à une enquête transparente sur le meurtre d’Abu Akleh.

« En tant que journalistes, nous continuons. Notre mission est de continuer. Nous ne serons pas réduits au silence malgré les tentatives de nous faire taire », a déclaré M. Trendle. « Notre mission est toujours de continuer à informer le monde de ce qui se passe. Et cela est plus important que jamais. »

Traduction : AFPS

SourceFRANCE-PALESTINE.ORG

1 COMMENTAIRE

  1. Cet article est ecoeurant haine,et de parti pris anti israelien!!! Pas un mot sur le fait que ce soit une possibilite que ce soit les terroristes qui l aient purement et simplement executee,afin de discrediter encore et toujours plus.Ca pue le meme scenario qu Al Dura.Cet enfant palestinien assassiné par des tirs palestiniens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici