Shireen: Les palestiniens ne font pas confiance à Israël

46

Selon l’armée, sans la balle qui est en possession des enquêteurs de l’Autorité palestinienne, les enquêteurs ne peuvent pas déterminer avec certitude s’il s’agit de l’arme qui a tué Abu Akleh

L’armée israélienne dit avoir identifié le fusil d’un soldat qui pourrait avoir tué la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh, mais que seul l’examen de la balle détenue par les  Palestiniens permettrait de tirer des conclusions certaines a déclaré jeudi un responsable militaire. La confirmation a marqué un petit signe de progrès dans l’enquête sur le meurtre d’Abu Akleh, qui a été tué par balle le 11 mai alors qu’il couvrait un raid militaire israélien en Cisjordanie.

Des responsables palestiniens, ainsi que des collègues journalistes qui étaient avec Abu Akleh, ont déclaré que les troupes israéliennes stationnées à proximité l’avaient tuée. L’armée israélienne affirme qu’elle a été abattue lors d’un échange de tires entre des soldats et des hommes armés palestiniens, et qu’il est impossible de déterminer qui a tiré la balle mortelle sans une analyse appropriée.

Une enquête envisagée avec n’importe quel pays, excepté Israël

Israël a appelé à une enquête conjointe avec les Palestiniens. Mais les Palestiniens, qui ont la balle, ont refusé, disant qu’ils ne faisaient pas confiance à Israël. Ils ont déclaré qu’ils mènent leur propre enquête et qu’ils sont prêts à coopérer avec n’importe quel pays, à l’exception d’Israël. Dans le deuxième scénario, il a déclaré qu’elle aurait pu être touchée par un soldat israélien qui a tiré à travers un « trou de tir désigné » dans un véhicule militaire sur un tireur palestinien qui tirait sur le véhicule. Il a déclaré qu’il ne pouvait pas déterminer la source du feu sans analyser la balle.

Une arme isolée

Interrogé jeudi pour plus de détails, le responsable militaire a confirmé que les enquêteurs se sont concentrés sur une arme spécifique Il a souligné que même si la source du tir n’est toujours pas claire, « nous avons isolé l’arme de Tsahal qui pourrait être impliquée dans l’échange de tirs près de Shireen ». Il a dit que si les Palestiniens coopèrent à l’enquête, Israël « espère être en mesure de comparer la balle à ce canon et de vérifier s’il y a une correspondance ». Il a parlé sous couvert d’anonymat conformément aux directives d’information militaire. Les Palestiniens ont mené leur propre enquête. Vendredi dernier, le procureur public palestinien a déclaré que les conclusions préliminaires montrent qu’Abu Akleh a été tué par des tirs délibérés des troupes israéliennes. Le procureur a déclaré que l’enquête se poursuivrait.

Une enquête indépendante à partir des vidéos

Bellingcat, une société de recherche open source indépendante basée aux Pays-Bas, a mené sa propre analyse du matériel recueilli en grande partie à partir de vidéos sur les réseaux sociaux. Il a déclaré que ses premières découvertes ont apporté un soutien aux témoins palestiniens qui disent qu’elle a été tuée par des tirs israéliens . Abu Akleh, Palestino-Américain et vétéran de la chaîne satellite depuis 25 ans, a été tuée dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie. Elle était connue dans le monde arabe, connue pour documenter les difficultés de la vie palestinienne. La fusillade a suscité des condamnations et des déclarations d’inquiétude du monde entier. Israël a également été largement critiqué pour le comportement de la police, qui a poussé et battu les personnes en deuil lors de ses funérailles vendredi dernier, faisant presque tomber les porteurs de son cercueil.

Jforum – Ynet

SourceJFORUM.FR

1 COMMENTAIRE

  1. Ah bon ilsne font pas confiance en la
    Police israenienne!!! Tiens tiens,il y a surtout que ils ont surtout la trouille que l on désigne le vrai coupable!!!

Répondre à Andre Perez Annuler la réponse

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici