18.3 C
Jérusalem
vendredi 25 septembre 2020

Shoah: Des historiens égratignent le rapport Bergier

LES + VUS CHEZ LES PRO

Macron détourne le matériel médical pour l’envoyer au régime terroriste iranien : colère du député Ciotti, “L’Iran avant la France ???”

Actualités By liguedefensejuive | 2 avril 2020 Le député Éric Ciotti (LR) a fustigé mercredi l’annonce par l’eurodéputée Nathalie Loiseau, la représentante du parti de Macron au parlement européen,...

Rafael Nadal : Une histoire juive?

A l’issue du Grand Shelem qu’il vient, à nouveau, de remporter, comme jamais personne avant lui, nous remettons en ligne cet article réactualisé, du...

Après sa conversion au judaïsme, le mannequin Karlie Kloss se fiance avec Joshua, le frère de Jared Kushner

Sur son compte Instagram Karlie Kloss a annoncé ses fiançailles avec Joshua Kushner, un homme d’affaires et un investisseur américain mais surtout célèbre pour être...

Ruinée, la chanteuse Ophélie Winter serait devenue SDF (Public et TPMP)

Les dernières photos d’Ophélie Winter publiées ce vendredi 20 septembre, dans “Public”, font mal au cœur. Ruinée, elle errerait dans les rues de Paris,...

L a France arnaquée :Des retraites françaises versées à des morts, au Maghreb

Quand des retraités ou couples de retraités rentrent en Afrique du Nord, la mauvaise tenue de l’état civil permet à des veuves de ne...

Donnant sur le Lac de Lugano, le poste frontière de Caprino a été transformé, d’abord partiellement, en musée des douanes en 1935. Son fondateur, le garde-frontière Angelo Gianola, entendait ainsi présenter au public les objets emblématiques de la douane, les marchandises de contrebande notamment. Le bâtiment deviendra même dès les années 1970 le Musée suisse des douanes. Est-ce ce souci de l’archive, cette méfiance à l’égard de la contrebande, qui a incité les douaniers de Caprino à noter précisément les passages durant les années de guerre?…….Détails……..

«A ma connaissance, c’est le seul registre en Suisse où sont indiqués, outre les noms des réfugiés accueillis, ceux des réfugiés refoulés», note l’historien Adriano Bazzocco dans le dernier numéro de la Revue d’histoire de la ShoahLien externe (une publication du Mémorial de la ShoahLien externe à Paris) consacré à «La Suisse face au génocide». 
150 Juifs sont répertoriés dans le registre de Caprino. 97 sont accueillis, 53 refoulés. 
Parmi ceux-ci, 21 au moins «réussiront à se faire accueillir lors de tentatives ultérieures, 11 seront arrêtés et déportés à Auschwitz où 9 d’entre eux trouveront la mort, tandis que le destin des 19 personnes restantes est inconnu», indique Bazzocco, qui prépare une thèse sur l’histoire de la contrebande à la frontière italo-suisse.
La Suisse n’a pas fait que refouler les Juifs fuyant le nazisme. Un grand nombre a trouvé refuge dans le pays. Ces quelques photos proviennent du …

Pas de chiffres exacts

Difficile, bien sûr, d’en tirer des conclusions générales sur l’accueil et le refoulement des Juifs en Suisse durant les années sombres. Quelques indices tout de même: bien des personnes refoulées ne se découragent pas et retentent leur chance, avec plus ou moins de succès.
Cette micro-étude à la frontière tessinoise montre aussi la grande marge d’incertitude dans ce type de recherche. 
Malgré la précision du registre, le destin d’une vingtaine de personnes reste inconnu: ont-elles finalement passé la frontière? Déportées? Dans cette histoire si douloureuse et sensible, les chiffres exacts sont proscrits.
D’ailleurs, faut-il à tout prix produire des chiffres? 
Une estimation globale «basse» – quelques milliers de refoulés – blanchit-elle pour autant la Suisse et son attitude face aux réfugiés juifs? 
«A supposer que le nombre de réfugiés refoulés n’atteint que quelques milliers de personnes, ce serait une confirmation de l’analyse de la CIE [Commission Bergier], qui a affirmé que ces victimes auraient pu être acceptées sans risque alimentaire, politique ou militaire pour la Suisse», estime dans la même revue l’historien Marc Perrenoud.

Réfugiés juifs ou réfractaires?

Il faut dire que dans ce dossier, les estimations divergent fortement. La CIELien externe (Commission indépendante d’experts Suisse-Seconde Guerre mondiale), présidée par l’historien Jean-François Bergier, a repris dans son rapport de 2002 des estimations établies par l’historien Guido Koller: selon elle, environ 24.500 refoulements, de Juifs et de non Juifs, ont été opérés aux frontières helvétiques.
Cependant, «la commission Bergier s’est imprudemment risquée à affirmer que, jusqu’au printemps 1944, une grande partie des civils refoulés étaient des Juifs», pointe Adriano Bazzocco. 
«C’est ce qui explique que les médias et même les historiens aient souvent adopté indistinctement le chiffre des réfugiés civils refoulés comme critère à l’aune duquel évaluer le degré d’accueil des réfugiés juifs, créant une grande confusion», ajoute l’historien.
Or, à la seule frontière tessinoise qui intéresse Bazzocco, sur les 12’508 réfugiés refoulés entre septembre 1943 et mars 1944, le chercheur estime qu’une grande partie étaient des réfractaires italiens, plutôt que des réfugiés juifs.

Refoulements à la frontière française

C’est, bien sûr, à la frontière franco-suisse que s’est joué le destin de la majorité des réfugiés juifs. 
La genevoise Ruth Fivaz-Silbermann, auteur d’une thèse récente sur le sujet, estime qu’«on peut fixer le nombre de refoulements de Juifs à environ 3270, ce qui correspond à 2850 personnes refoulées», pour environ 12’675 personnes juives autorisées à entrer.
L’historienne note qu’à Genève notamment, où se présentent des milliers de réfugiés, le nombre des refoulés est largement inférieur au nombre des accueillis. «En moyenne 15% des arrivées aboutissent à un refoulement», précise Ruth Fivaz-Silbermann.
On est loin des estimations de la commission Bergier. 
Où se trouve la vérité? Pour Marc Perrenoud, qui fut conseiller scientifique de la commission, les lacunes documentaires, les destructions de documents, l’absence de renseignements fiables sur les personnes refoulées «empêchent de dresser des statistiques définitives et exhaustives sur l’ensemble de la frontière suisse et sur toute la période 1939-45».
Dans la Revue d’histoire de la Shoah, Marc Perrenoud replace la question du passage en Suisse pendant la guerre dans une histoire plus longue. Celle d’une extrême réticence des autorités helvétiques à l’égard de l’immigration étrangère, notamment juive.

La politique Rothmund

Pour la seule année 1932, les douanes ont refoulé «plus de 16’000 étrangers à cause du manque de revenus ou d’emplois», se prévaut l’année suivante le représentant de la direction des Douanes, Samuel Haüsermann. Dans ce contexte de forte réduction de la population étrangère depuis la guerre de 14-18, le Juif n’est pas le bienvenu.
En 1942, Heinrich Rothmund, directeur de la division de la police du Département fédéral de justice et police, déclare que «le Juif a toujours été considéré, chez nous, comme un étranger et il n’a été admis que pour autant qu’il consente à s’adapter à nos coutumes».
Lorsque la pression s’accroît à la frontière franco-suisse après les rafles de l’été 1942, Rothmund précise que «ceux qui n’ont pris la fuite qu’en raison de leur race, les Juifs par exemple, ne doivent pas être considérés comme réfugiés politiques».
Il faudra attendre la fin de la guerre, rappelle Marc Perrenoud, pour que la Suisse entrouvre ses portes aux réfugiés.

Source Swiss Info

Vous nous aimez, prouvez-le….
CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Les démolitions illégales en Cisjordanie atteignent des sommets pendant la crise de la Covid-19, déplore l'ONU

Alors que la pandémie de Covid-19 affecte l’ensemble de Cisjordanie, les démolitions illégales de maisons et de biens dans le territoire occupé palestinien n’a...

Dites à Puma que s'il lutte contre le racisme, il doit alors lutter contre l'occupation israélienne

Le mouvement Black Lives Matter oblige le monde du sport à affronter le racisme - pourtant le préjudice qui a détruit ma carrière est...

“Antisémitisme, complotisme, apologie d’Hitler, du IIIe Reich et du terroriste Mollah Omar” : le rappeur Freeze Corleone accusé par la LICRA de faire du...

(1/2) Antisémitisme, complotisme, apologie d'Hitler, du IIIe Reich et du terroriste Mollah Omar, le rappeur @freezecorleone fait business de son obsession des juifs #hatemoney...

Des immeubles en Chine envahis par les plantes, les habitants fuient (vidéo)

Des bâtiments résidentiels « végétalisés » à Chengdu, dans la province chinoise du Sichuan, le 3 août 2020 AFP/ARCHIVES – STR Des immeubles en Chine envahis par...

« Apologie de l’antisémitisme »: G. Darmanin veut poursuivre le rappeur Freeze Corleone

French Interior Minister Gerald Darmanin delivers a speech on the state of terrorism threat at the French General Directorate for Internal Security (Direction generale...

La députée Anne-Christine Lang quitte l’Assemblée nationale à cause d’une femme voilée

By liguedefensejuive | 17 septembre 2020 Attachée aux “valeurs républicaines, à la laïcité et aux droits des femmes”, Anne-Christine Lang a décidé de quitter l’audition pour contester le...

VIDEO-« Tu n’est qu’une merde » : Valérie Bénaïm clashe le rappeur nazi Freeze Corleone dans TPMP

By liguedefensejuive | 18 septembre 2020 « > Hier soir, TPMP est revenue sur l’affaire du rappeur Freeze Corleone exposé pour ses textes haineux et antisémites. Valérie Bénaïm a pris...

Rejoignez nous sur Facebook